A parcourir : Etudes postcoloniales – Aperçus sur une notion en devenir

[ndlr] En complément de l’introduction sur le cours du Viêt-Nam au XXe siècle, retrouvons ci-après quelques clés de compréhension pour appréhender la diversité des Colonial et Postcolonial Studies. Notre sélection, loin d’être exhaustive, regroupe quelques articles en ligne et une trentaine d’ouvrages (aperçu Google Books).

Pour les études françaises dépassant ce cadre conceptuel, on pourra se reporter à la bibliographie illustrée en ligne de Michel Renard : « Les historien(ne)s du temps colonial. Essai de répertoire hypermédia » (mise à jour le 13/08/2012).

 

Articles en ligne

  • Note sur les fondements des postcolonial studies – Béatrice Collignon

Résumé / Abstract

Longtemps absent dans les sciences sociales françaises, le terme « postcolonial » apparaît de plus en plus fréquemment dans les publications et programmes de rencontres, sous l’impulsion des débats autour de l’héritage de la colonisation et des « indigènes de la République ». Dans ce contexte, cette note présente les principaux traits qui fondent des postcolonial studies telles qu’elles se sont développées dans le monde anglo-saxon depuis une vingtaine d’années. Cette mise au point, à l’usage des géographes entre autres, vise à clarifier les échanges en montrant le décalage entre le post-colonial français et les postcolonial studies.

Long ignored by French social sciences, the term « postcolonial » has recently become popular in academic literature and meetings, in relation to the political debate about colonial legacy and 2nd and 3rd immigrants generations (the so-called « indigènes de la République »). Yet, although the term is the same (« postcolonial »), the meaning it is usually given in France by those who qualify their work as such is quite different from the one it has in the anglo world. In this context, this note aims at clarifying the situation for French geographers and others by presenting briefly some of the main aspects of postcolonial theory.

Référence électronique :

Béatrice Collignon, « Note sur les fondements des postcolonial studies », EchoGéo [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 06 mars 2008, consulté le 23 janvier 2013. URL : http://echogeo.revues.org/2089 ; DOI : 10.4000/echogeo.2089

Lire la suite : http://echogeo.revues.org/2089

 

  • Post-Colonial et Colonial Studies: enjeux et débats – Emmanuelle Sibeud

De tous les développements récents des Cultural Studies, les Post-Colonial Studies sont sans doute le plus mystérieux. Que veut dire être « Post-Colonial »?

S’agit-il d’un nouvel ordre de phénomènes à étudier ou d’un projet théorique et éventuellement politique ? Ces questions sont encore très exotiques en France, mais elles occupent une place importante dans les recherches anglophones. Ainsi le dernier congrès annuel de la Society for French Historical Studies (à Paris au mois de juin 2004) proposait-il un nombre relativement élevé de travaux sur la colonisation française, qui ne se rattachaient certes pas tous aux Post-Colonial Studies, mais qui soulignaient la légitimité qu’elles ont acquise jusque dans les réseaux assez classiques des historiens.

Cet engouement peut surprendre. Les Post-Colonial Studies sont délibérément transdisciplinaires, bardées de références théoriques assez hétérogènes et quelque peu jargonnantes. Elles posent cependant des questions importantes en particulier aux historiens. Peut-on dire que nous vivons dans un monde « Post-Colonial », c’est-à-dire libéré politiquement, économiquement et culturellement des formes coloniales de domination et de leurs éventuels avatars, mais en même temps profondément marqué par cette domination ? Et si tel est le cas, comment rendre compte de la diversité des expériences historiques des ex-colonisés et des ex-colonisateurs en évitant le double écueil d’un éclatement de l’histoire en récits divergents ou, au contraire, de son enfermement dans une logique binaire qui reconduirait sempiternellement l’opposition entre « eux » et « nous »?

Réf. électronique : Emmanuelle Sibeud « Post-Colonial et Colonial Studies: enjeux et débats », Revue d’histoire moderne et contemporaine 5/2004 (no51-4bis), p. 87-95.
URL : www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2004-5-page-87.htm.

Lire la suite : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2004-5-page-87.htm

 

  • Que faire des postcolonial studies ? [CR de lecture] – Yves Gounin

A propos de l’ouvrage : La situation postcoloniale. Les postcolonial studies dans le débat français / sous la direction de Marie-Claude Smouts, Paris, Presses de Sciences Po, septembre 2007, 451 p.

Les postcolonial studies sont devenues depuis une vingtaine d’années dans le monde anglo-saxon un domaine d’études à part entière. Elles ont leurs figures tutélaires (Frantz Fanon, Edward Said), leurs grands-prêtres (Gayatri Spivak, Homi Bhabba), leurs anthologies, leurs chapelles… On les enseigne aux États-Unis, en Australie, en Angleterre, mais aussi au Danemark, en Italie, au Mexique. Mais bizarrement, les postcolonial studies sont longtemps restées ignorées en France. Aussi le colloque qui s’est tenu les 4 et 5 mai 2006 au CERI et dont le présent ouvrage est issu constitue-t-il un événement dans les sciences sociales françaises. Pour la première fois en France, des philosophes, des anthropologues, des politologues, des sociologues, des historiens, des professeurs de littérature ont débattu avec une communicative alacrité de la définition, des méthodes et des enjeux de cette approche novatrice.

Quel est l’objet des études postcoloniales ? Pour certains, elles devraient se borner à décrire le monde de l’après-colonialisme. Il s’agirait d’aller débusquer les séquelles de la colonisation aussi bien dans les ex-colonies (néocolonialisme, échange inégal, État importé, etc.) que dans les ex-métropoles. Cet aspect-là n’est pas le moins intéressant et a d’ailleurs déjà donné lieu, en France, à des recherches très stimulantes de la part de chercheurs qui ne se revendiquent pas expressément des postcolonial studies. Tel est l’objet de l’ouvrage capital La fracture coloniale où les auteurs, Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire, s’emploient, comme l’indique leur sous-titre à décrypter la société française contemporaine « au prisme de l’héritage colonial ».

Lire la suite du CR : https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2008-3-page-145.htm

 

  • Introduction to Postcolonial Studies – by Deepika Bahri, Fall 1996

The Postcolonial Studies website (PS) is a project in progress at the English Department at Emory University.

The field of Postcolonial Studies has been gaining prominence since the 1970s. Some would date its rise in the Western academy from the publication of Edward Said’s influential critique of Western constructions of the Orient in his 1978 book, Orientalism. The growing currency within the academy of the term « postcolonial » (sometimes hyphenated) was consolidated by the appearance in 1989 of The Empire Writes Back: Theory and Practice in Post-Colonial Literatures by Bill Ashcroft, Gareth Griffiths, and Helen Tiffin. Since then, the use of cognate terms « Commonwealth » and « Third World » that were used to describe the literature of Europe’s former colonies has become rarer. Although there is considerable debate over the precise parameters of the field and the definition of the term « postcolonial, » in a very general sense, it is the study of the interactions between European nations and the societies they colonized in the modern period. The European empire is said to have held sway over more than 85% of the rest of the globe by the time of the First World War, having consolidated its control over several centuries. The sheer extent and duration of the European empire and its disintegration after the Second World War have led to widespread interest in postcolonial literature and criticism in our own times.

Read more : http://www.english.emory.edu/Bahri/Intro.html

 

  • Les postcolonial studies – Retour d’empires – Nicolas Journet ( Revue Sciences humaines, 15/06/2011)

Le postcolonial ne désigne pas seulement ce qui vient après les colonies, mais un genre d’études issu de la critique des sources occidentales du savoir et de l’histoire. Est donc postcolonial tout objet qui résiste à ce regard colonial, ou que l’on décrit comme tel.

Lire la suite (article payant) : http://www.scienceshumaines.com/les-postcolonial-studies-retour-d-empires_fr_14840.html

 

Colloques, Recherche, Réseaux

  • Des analyses « Tiers-mondistes » aux « Postcolonial Studies » – théories critiques du pouvoir et revendications politiques (UQAM, annonce de colloque 1er et 2 septembre 2011)

En moins d’une trentaine d’années, les postcolonial studies se sont imposées comme des approches théoriques incontournables dans l’ensemble des disciplines des sciences sociales. Leur enseignement est désormais institutionnalisé dans les universités anglophones états-uniennes en particulier (Parry, 2006) et elles font, depuis peu, l’objet d’importants débats dans le champ universitaire francophone comme en témoigne les traductions récentes des travaux de K. Bhabha (2007), de G. Spivak (2009), de D. Chakrabarty (2009) ou encore la multiplication d’ouvrages en français plus ou moins polémiques sur la question (Smouts, 2007 ; Amselle, 2009 ; Bayart, 2010 ; Bernault et al., 2010 ; Lacoste, 2010).

Cette pensée critique émerge dans les départements littéraires des universités américaines à la fin des années 80 (Ashcroft) et s’inspire tout à la fois de la critique de l’Orientalisme d’Edward Saïd (Saïd, 1978), de la French theory poststructuraliste (Derrida, Foucault, Deleuze et Lyotard), des cultural studies (S. Hall ; P. Gilroy) et des historiens des subaltern Studies (Guha, 1982). Il s’agit donc d’emblée d’un courant de pensée multidisciplinaire.

Les théories postcoloniales partagent cependant un certain nombre d’objectifs et de postulats communs. Au nombre des objectifs, elles se proposent en particulier de rompre avec la conception hégémonique – occidento-centrique et/ou eurocentrique – du progrès et de la modernité, héritée simultanément de l’humanisme des Lumières, de la construction de l’Étatnation et de la colonisation. Cette rupture s’imposerait notamment pour dépasser les historiographies dominantes – colonialiste, nationaliste et/ou marxiste – qui en plus d’instrumentaliser les contestations populaires, marginaliseraient les subaltern (Dipesh Chakrabarty). Par opposition, les théories postcoloniales préconisent une approche « par le bas », centrée sur ces subaltern, leur conscience et leur capacité d’agir (agency), plutôt que sur le point de vue des institutions et des « élites », y compris nationalistes ou militantes.

Lire la suite : CEDIM/UQAM

 

  •  The Postcolonial Film Series: (starting January 8, 2013) – PCI Project

On January 8, 2013, the Postcolonial Initiative PCI Utrecht starts its third postcolonial film series with a selection of films that draw on a variety of different contexts in our postcolonial world. The series will be organized annually between January and June and invites all interested in our European postcolonial present and the representation of its political, cultural and aesthetic realities and challenges. We want to explore, through visual representations and cinematographic narratives, how these realities are analyzed and re-imagined in contemporary film. Each film will be introduced briefly by scholars connected to the PCI and we hope to chat in the bar afterwards.

Lire la suite : http://www.postcolonialstudies.nl/

 

  • Quelques centres et réseaux de recherche

Centre d’Enseignement et de Recherche en Etudes Postcoloniales (CEREP) – Faculté de Philosophie et Lettres. Université de Liège, Belgique

Centre for Colonial and Postcolonial Studies – University of Sussex, UK

Centre for Cultural, Literary and Postcolonial Studies (CCLPS) – SOAS. University of London, UK

Centre for Postcolonial and Globalisation Studies – University of South Australia

Centre for Postcolonial Studies – Goldsmiths. University of London, UK

Colonial and Post Colonial Studies – Worldwide Universities Network

Frankfurt Research Center for Postcolonial Studies (FRCPS) – Goethe-Universität Frankfurt am Main

Institute for Colonial and Postcolonial Studies (ICPS) – Faculty of Arts. University of Leeds, UK

The Postcolonial Studies Association (PSA) – Professional organisation. Doncaster, South Yorkshire, UK

Postcolonial Studies Research Network – Division of Humanities, University of Otago, New Zealand

The Institute of Postcolonial Studies (IPS) – Independent organisation. Melbourne, Australia

The Stockton Postcolonial Studies Project Home – Digital research project of The Richard Stockton College of New Jersey, USA

 

Débat et lectures

  • La situation postcoloniale : les postcolonial studies dans le débat français

L’irruption des postcolonial studies dans le débat français, sur fond de malaise dans les banlieues, s’accompagne de malentendus. Cette approche, venue des universités anglophones, est tantôt évoquée pour dénoncer la lenteur de la France à prendre en considération les réalités postcoloniales, tantôt repoussée comme une mise en accusation du passé, dangereuse pour la cohésion nationale. Mais rares sont ceux qui, en France, connaissent vraiment ces écrits, leur genèse et leur évolution.

Cet ouvrage sans équivalent présente de façon contradictoire mais dépassionnée les principaux auteurs, concepts et problématiques des postcolonial studies. Il en fait l’examen critique et discute à plusieurs voix leur pertinence pour la situation française actuelle.

Penser en termes postcoloniaux ne signifie pas se crisper avec amertume sur le passé et creuser des oppositions négatives. Cela conduit au contraire à penser la diversité de la société française dans la « Relation » et la convergence des histoires. L’exercice est nécessaire, et il y a urgence. – 4e de couverture- (date de publication : septembre 2007)

A écouter sur France Culture (La Fabrique de l’histoire)

 

  •  Lectures en ligne (sélection Google books, aperçu de la diversité des approches)

A Companion to Postcolonial Studies (2005)

A Critique of Postcolonial Reason: Toward a History of the Vanishing Present (1999)

Against the Postcolonial: Francophone Writers at the Ends of the French Empire (2005)

Coloniality at Large: Latin America and the Postcolonial Debate (2008)

Critical Theory And Performance (2007): see Postcolonial Studies, p. 67-70

Crossing Borderlands: Composition and Postcolonial Studies (2004)

Deconstruction and the Postcolonial: At the Limits of Theory (2007)

Encyclopedia Of Postcolonial Studies (2001)

Exegesis in the Making: Postcolonialism and New Testament Studies (2011)

Exploring Postcolonial Biblical Criticism: History, Method, Practice (2012)

Interdisciplinary Measures: Literature and the Future of Postcolonial Studies (2008)

La construction du discours colonial – L’empire français aux XIXe et XXe siècles (2009)

Les études postcoloniales: un carnaval académique (2010)

Lineages of Political Society: Studies in Postcolonial Democracy (2011)

Linked Histories: Postcolonial Studies In A Globalized World (2005)

Mapping Subaltern Studies and the Postcolonial (2012)

Marxism, Modernity and Postcolonial Studies (2002)

Nationalism and Cultural Practice in the Postcolonial World (1999)

Post-Colonial Cultures (2005)

Post-Colonial Studies: The Key Concepts (2000) and Post-colonial Studies: The Key Concepts, 2nd edition (2007)

Post-colonial Women Writers: New Perspectives (2008)

Postcolonial Approaches to the European Middle Ages: Translating Cultures (2005)

Postcolonial Biblical Criticism: Interdisciplinary Intersections (2005)

Postcolonial Challenges in Education (2009)

Postcolonial Contraventions: Cultural Readings of Race, Imperialism, and transnationalism (2003)

Postcolonialism, Feminism and Religious Discourse (2002)

Postcolonial Literary Studies: The First Thirty Years (2011)

Postcolonial Representations: Women, Literature, Identity (1995)

Postcolonial Studies: A Materialist Critique (2004)

Postcolonial Theory and the United States: Race, Ethnicity, and Literature (2000)

Reconstructing Hybridity: Post-Colonial Studies in Transition (2007)

Terror and the Postcolonial: A Concise Companion (2010)

The Cambridge Companion to Postcolonial Literary Studies (2004)

The Politics of the Female Body: Postcolonial Women Writers (2006)

The Post-Colonial Studies Reader (1995)

The Postcolonial Science and Technology Studies Reader (2011)

The Postcolonial Unconscious (2011)

The Pre-Occupation of Postcolonial Studies (2000)

Transnational French Studies: Postcolonialism and Littérature-monde (2010)

Travel Writing and Empire: Postcolonial Theory in Transit (1999)

Visual Difference: Postcolonial Studies and Intercultural Cinema (2011)