Accords de Paris, tournant décisif de la lutte anti-américaine [Vietnam +]

Le chef de la délégation du Vietnam auprès de l’Unesco, l’ambassadeur Duong Van Quang.
(Source: AVI)

[ndlr] A l’occasion du 40e anniversaire de l’Accord de Paris, le 27 janvier 1973, retour sur le rôle important du « front diplomatique » dévéloppé par Hanoi pendant la guerre du Viêt-Nam.

La signature des Accords de Paris a constitué un tournant décisif qui a ouvert le chemin aux événements suivants, en réunissant toutes les conditions en matière stratégique, politique, diplomatique et militaire en faveur du soulèvement et de l’offensive générale de 1975.

Des propos tenus par le chef de la délégation du Vietnam auprès de l’Unesco, ambassadeur Duong Van Quang, lors d’une interview récemment accordée au correspondant de l’Agence vietnamienne d’Information (AVI) à l’occasion du 40e anniversaire de ces accords historiques, le 27 janvier 1973, qui ont permis de mettre un terme à l’intervention militaire américaine au Vietnam.

Selon le diplomate, qui a été chercheur en relations internationales et directeur de l’Académie diplomatique du Vietnam, ces accords «ont montré la pertinence de la décision stratégique prise par le Vietnam consistant à progresser étape par étape pour enfin aboutir à une victoire totale sur l’ensemble des trois fronts : politique, diplomatique et militaire».

Le Vietnam devrait suivre strictement le principe dit «vừa đánh vừa đàm», c’est-à-dire se battre tout en négociant, car il ne pouvait vaincre les Etats-Unis d’un seul coup, a-t-il poursuivi. «Nous devions trouver la meilleure façon de combattre et de l’emporter», a-t-il expliqué, ajoutant qu’à l’époque : «Le fait que le Vietnam ait su transformer la diplomatie en front était une vraie innovation».

«La diplomatie vietnamienne a montré son rôle actif et contribué fortement à mettre fin à la guerre d’une manière plus favorable».

«Le Vietnam a réussi à mener une campagne pour encourager le soutien des pays du camp socialiste dans sa lutte contre l’agression américaine. L’injustice de la guerre américaine a fait que le Vietnam est parvenu à bâtir un front populaire mondial contre les impérialistes américains. Une autre innovation de la diplomatie vietnamienne, où le rôle de la diplomatie populaire s’est fait valoir», a estimé M. Quang, affirmant que le facteur déterminant de la victoire de 1975 était la politique d’indépendance, de souveraineté menée par le Vietnam au cours de sa lutte pour la libération.

Il a souligné que sous le prisme du Vietnam, Paris constituait un lieu favorable aux négociations. La ville disposait à l’époque d’une communauté vietnamienne dont nombre aidaient avec enthousiasme les délégations de la République démocratique du Vietnam et du Front national de libération du Vietnam.

Le Parti communiste français a apporté des aides considérables, surtout dans le regroupement des forces politiques et des peuples soutenant la lutte vietnamienne. Il était, de surcroît, la passerelle entre la France et le Vietnam, puisqu’à cette époque, les deux pays n’avaient pas encore établi leurs relations diplomatiques.

Dans le même temps, le Vietnam a profité du rôle des médias, si influent à Paris, pour informer le monde de sa cause lorsque la guerre au Vietnam occupait une part importante des actualités internationales, particulièrement durant la dernière phase des négociations de Paris.

L’ambassadeur Duong Van Quang a également rappelé la signification très importante des Accords de Paris, qui règlementaient la politique, les forces politiques, l’élection générale et la formation des administrations au Sud du Vietnam, préalables à la victoire finale de 1975. – AVI (Agence Vietnamienne d’Information – 9 janvier 2013).

Source : Vietnam +, 09/01/2013.