Péninsule n° 64 : Etudes khmères ? 1 – Outils pour une approche du Cambodge contemporain

[ndlr] La revue Péninsule consacre deux numéros au renouvellement des Etudes khmères en France. Le premier numéro intitulé « Outils pour une approche du Cambodge contemporain » vient de paraître. Il propose en neuf tableaux un parcours pluridisciplinaire dans l’histoire et la société du Cambodge contemporain. Il s’agit de faire le point sur les thématiques privilégiées par la khmérologie actuelle. Les analyses sur l’historiographie et la religion côtoient l’histoire quantitative ou la science-politique et s’intéressent aux récentes transformations culturelles, urbaines, spatiales et économiques de ce pays.

Cette initiative est le fruit d’un colloque organisé conjointement par l’Association d’Echanges et de Formation pour les Etudes Khmères (AEFEK), l’Institut National des Langues et Civilisations orientales (INALCO) et le Centre Asie du Sud-Est (CASE) du CNRS. Rappel ci-dessous des résumés en ligne sur le site de la revue Péninsule.

 

I. Les cadres culturels hérités

L’emprunt et l’empreinte culturelle khmère

Jacques DOLIAS, Docteur en études khmères (INALCO).

La société cambodgienne marque sa vitalité et son originalité par la manière dont elle a adopté les mythes, récits et légendes empruntés, qu’ils proviennent de l’Hindouisme (exemple du dieu Viśvakarman) ou du Bouddhisme (témoignage de la déesse Terre Braḥ Dharaṇī peu avant l’illumination du Bouddha). Elle a réajusté les emprunts à l’aune de son propre univers légendaire et animiste. Dans leurs choix, les Khmers n’ont pas manqué non plus de reconnaître quelques-uns des éléments mythologiques ou religieux orientaux que les anciennes populations austro-asiatiques véhiculèrent d’est en ouest, dont certains furent intégrés aux mythes indiens.

De la religion au Cambodge comme phénomène historique

Alain FOREST, Professeur à l’Université Paris-VII-Denis Diderot.

Cet article présente un essai d’histoire religieuse du Cambodge, à paraître aux éditions Les Indes savantes (Paris, 2012). Il s’agit, d’une part, de tenter une histoire ‘générale’, des origines à nos jours – en étant conscient des limitations d’un tel projet ; d’autre part, d’établir un lien constant entre histoire religieuse et histoire de la société cambodgienne. L’ouvrage épouse les données classiques concernant la chronologie des grands mouvements religieux au Cambodge tout en accordant une attention particulière aux synthèses entre ces grands mouvements et les expressions populaires locales. Il met ainsi en lumière la capacité enveloppante du bouddhisme mais aussi quelques-unes de ses limites : le rapport à l’animalité, le devenir des défunts… Il interroge également la portée socio-politique des réformes du bouddhisme depuis le début du XXe siècle.

* * *

II. Du protectorat à l’indépendance

Gens de la rizière à l’époque du protectorat français. Essai d’histoire quantitative sur l’accès à la terre des paysans khmers

Mathieu GUÉRIN, chargé de recherche au Centre de Recherche en Histoire Quantitative, UMR 6583 CNRS.

Le traitement des archives cambodgiennes et françaises sur la période du protectorat français au Cambodge par les méthodes de l’histoire quantitative permet d’aller bien au-delà de la récolte des informations contenues dans les sources. L’utilisation des documents fiscaux, judiciaire et administratif émis par les administrateurs cambodgiens et français de Kompong Thom au début des années 1930, permet ainsi de montrer que l’accès à la terre n’était pas assuré pour tous, mais aussi que les femmes pouvaient jouer un rôle important en tant que chef d’exploitation agricole ou encore que la société villageoise cambodgienne était largement dominée par les hommes de la tranche d’âge 40-60 ans.

Relire l’historiographie des Cambodgiens

David CHANDLER, Professeur émérite à l’Université de Monash.

L’historiographie cambodgienne, traditionnellement limitée au genre des chroniques royales (rājabaṅsāvatār), a pris son envol sous le régime de Lon Nol (1970-1975), avant de s’altérer sous les Khmers Rouges (1975-1979) lorsque les gens du commun ont été forcés de penser à eux-mêmes ainsi qu’à leur société en des termes narratifs. Aujourd’hui libérée des contraintes de son cadre traditionnel, l’histoire nationale cambodgienne revêt un intérêt plus grand qu’il ne l’a jamais été pour la plupart des Khmers.

 Khmers et autochtones : des études orientalistes aux idéologies ethnonationalistes

Catherine SCHEER, doctorante en ethnologie, Centre Asie du Sud-Est, CNRS/EHESS, UMR 8170.

Cet article se propose d’étudier la place qui fut attribuée au Cambodge à ceux qu’on regroupe aujourd’hui sous le titre de « minorités autochtones nationales ». Avant d’aborder des thèses ethno-nationalistes forgées par les élites cambodgiennes depuis l’indépendance, il s’agira de retourner à des travaux de khmérologues qui leur ont servi de sources d’inspiration. On peut enfin s’interroger sur l’influence que de telles constructions idéologiques ont pu avoir sur la manière dont ces minorités définissent aujourd’hui leur identité au sein de la nation khmère.

* * *

III. Les bouleversements urbains

À la recherche des savoirs urbains. Les enjeux socio-spatiaux du marché du logement à Phnom-Penh

Gabriel FAUVEAUD, doctorant en géographie, ATER à l’IEDES, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8586-PRODIG.

L’accélération des investissements immobiliers locaux engendre une transformation rapide des espaces urbains de Phnom Penh. Au-delà des stratégies économiques, l’organisation des échanges et de la construction de logements sont tributaires de l’accès à certaines ressources socio-spatiales. La mobilisation par les individus et les groupes de leur capital spatial, la sollicitation de leurs réseaux socio-spatiaux et la captation d’informations territoriales semblent être des enjeux de premier plan dans le déploiement des
stratégies immobilières.

Siem Reap : processus et enjeux de la fabrication d’une ville touristique

Adèle ESPOSITO, docteur de l’Université Paris Ouest-Nanterre. Laboratoire IPRAUS de l’ENSAPB

La ville de Siem Reap, située aux portes du site d’Angkor, connaît, depuis l’inscription de ce dernier dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (1992), un développement sans précédents. L’article examine les processus de fabrication urbaine qui mettent en échec les nombreux documents de planification proposés par des experts de la coopération internationale. L’analyse des démarches et des logiques de l’activité constructive offre des clés de compréhension, en montrant que promoteurs et investisseurs élaborent des procédures qui contournent le cadre réglementaire et leur permettent d’accéder à un véritable pouvoir de transformation de la ville.

Des bidonvilles aux nouveaux-villages (bhūmi, dī kruṅ, bhūmi thmī). Sémantique des nouvelles formes urbaines du Cambodge et ses enseignements géographiques

Julie BLOT, Doctorante en géographie et ATER à l’Université Paris- Sorbonne, Laboratoire ENeC (UMR 8185).

Cet article se penche sur la géographie khmère à travers les termes désignant à la fois les entités traditionnelles, telles que la ville et le village, mais aussi de nouveaux espaces comme la banlieue et le bidonville. Quant aux « sites de relocalisation », créés pour accueillir les bidonvillois chassés du centre-ville, la langue peine à traduire une réalité apparue trop brutalement. Les mots désignant ces lieux nous renseignent sur la façon dont les Cambodgiens perçoivent les mutations urbaines contemporaines.

* * *

IV. Bilan économique

Le Cambodge entre réalité économique et fiction statistique (1990-2010)

Marie-Sybille de VIENNE, professeur des universités, INALCO, directrice du Centre d’études sur l’Asie du Sud et du Sud-est (ASIES EA 4512)

En 1970, le profil productif élémentaire (corrélation du PNB et du PNB/capita) du Cambodge le situait dans la même catégorie que le Sri
Lanka, dans une position voisine de celle du Cameroun. La même opération effectuée à l’année 2010 révèle un profil comparable à celui du Mali, loin derrière les deux pays précédemment cités. Pour autant, une plus ample analyse statistique, couplée à un passage sur le terrain, montre une activité économique n’ayant que peu à voir avec celle du Mali, alimentée par des investissements étrangers (IDE) qui, cumulés, représentent près de 60% du PNB : le Cambodge se retrouve ainsi au 4e rang de l’ASEAN. Qui plus est, les flux d’aide au développement sont supérieurs aux IDE. Quel est donc l’incidence de ce double apport en capitaux sur l’économie cambodgienne ?

Documents en ligne en pdf :

Source : Revue Péninsule