Verdict sévère, image désastreuse, fabrication totalitaire – foi contre foi

Les accusés au Tribunal de Vinh le 9 janvier 2013. AFP/VNA

Assurément le régime communiste vietnamien prend peur. Il entend mener sa guerre contre « l’ennemi intérieur » avec détermination. Un groupe de 14 jeunes catholiques [1] vient de passer devant le Tribunal populaire de la province de Nghệ An, localisé à Vinh, et de récolter, après deux jours de procès, un total cumulatif de près de 80 ans de prison comme l’affiche dans son titre le journal en ligne Dân Trí [2]. Le groupe a été accusé d’avoir ni plus ni moins fomenté un complot visant à « renverser le gouvernement populaire » (hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân) selon la formule consacrée [3]. Ils tombaient donc sous le coup de l’article 79 du code pénal vietnamien et étaient passibles de la peine de mort [4]. Accusés d’être des membres du parti Việt Tân, une organisation pro-démocrate exilée étiquetée « terroriste » par la Sécurité publique, ces quatorze citoyens entendaient mettre en pratique les principes de « l’évolution pacifique » (diễn biến hòa bình) par des « moyens non violents » (bất bạo động) pour déstabiliser le régime selon l’organe officiel du PCV (Parti communiste vietnamien) à Hanoi [5].

L’acte d’accusation rappelle qu’ils auraient mené des activités politiques depuis le début de l’année 2009, qu’ils auraient intégré l’organisation Viêt Tân qui leur aurait attribué des pseudonymes, fournis de l’argent et des documents pour mener à bien leur opération de subversion [6]. Selon le journal Tuổi Trẻ [Jeunesse], le chef de ce groupe serait Hồ Đức Hòa, un catholique né en 1974 qui aurait reconnu les faits et se serait montré coopératif lors de l’enquête, explication de la « clémence de sa peine » (13 ans au lieu des 20 ans précisés dans la loi, voire la prison à vie ou la peine de mort pour les cas les plus graves) [7]. Sur 17 inculpés au départ, trois sont encore en fuite selon les autorités policières : il s’agit de Nguyễn Xuân Kim, Thái Văn Tư et Lê Sỹ Sáng aujourd’hui activement recherchés [8]. L’avenir nous dira s’il s’agissait d’agents infiltrés ou de réels « comploteurs ». La précision de l’acte d’accusation donne à penser que le groupe était infiltré et pour le moins très régulièrement suivi.

Le catholique Đặng Xuân Diệu à la barre. Source : Tuổi Trẻ

Le 9 janvier le verdict implacable est tombé : Hồ Đức Hòa, Lê Văn Sơn, Đặng Xuân Diệu écopèrent de 13 années de prison. Nguyễn Đặng Minh Mẫn de huit ans ; Nguyễn Văn Oai, Nguyễn Văn Duyệt, Thái Văn Dung, Trần Minh Nhật, Nguyễn Đình Cường chacun de quatre ans d’emprisonnement ; Đặng Ngọc Minh, Nguyễn Xuân Anh, Hồ Văn Oanh, Nông Hùng Anh chacun de trois ans d’emprisonnement. Toutes ces peines de prison ferme sont accompagnées de 2 à 5 d’assignation à résidence. Seul  Nguyễn Đặng Vĩnh Phúc (le frère de Nguyễn Đặng Minh Mẫn) écopa de trois ans de prison avec sursis [9].

Comme le démontrent les images qui circulent sur la blogosphère le procès se déroula dans une atmosphère oppressante avec la présence policière de « centaines de fonctionnaires de la police de Nghệ An » pour assurer le bon fonctionnement du procès et « protéger le tribunal » comme le rappelle le chapeau d’un photographie publiée sur Tuổi Trẻ Online (Hàng trăm cán bộ, chiến sĩ Công an Nghệ An tham gia bảo vệ phiên tòa) [10]. La condamnation souleva un tollé de protestation des organisations de protection des droits de l’homme (Amnesty International, Human Rights Watch), des ambassades américaine et française (voir ci-dessous) ou de journalistes. La revue en ligne Églises d’Asie ne manque pas de souligner les effets désastreux attendus de ce procès au verdict très lourd et met en doute sa véritable efficacité [11]. De son côté, l’agence Reporters Sans Frontières a déjà officiellement démenti, photo à l’appui, la version donnée par les autorités au sujet de Paulus Lê Văn Sơn en ces termes :

“Nous avons la preuve que les autorités vietnamiennes utilisent des prétextes fallacieux pour condamner les blogueurs critiques à son encontre. Paulus Le Son n’a jamais participé à un événement du Viet Tan entre le 25 et le 30 juillet 2011 pour la simple et bonne raison qu’il participait à une formation organisée par Reporters sans frontières, à Bangkok. Cette formation, à l’intention de blogueurs en provenance de différents pays d’Asie du Sud-Est, portait sur la gestion des réseaux sociaux et l’e-reputation. Cette condamnation n’illustre rien d’autre que la paranoïa des autorités qui, non seulement surveillent les moindres déplacements de ses citoyens mais sont aussi mal informées par leurs services de renseignement” [12].

Ce démenti ne nous apprend rien de nouveau si ce n’est qu’il met à jour de façon éclairante la fabrication de l’acte d’accusation concernant un des jeunes catholiques lourdement condamnés. La pratique est ancienne et le montage de dossiers à charge pour les « ennemis intérieurs » est une affaire qui remonte au moins à l’année 1946 lorsque la Sécurité publique et les Forces d’assaut du Viêt-Minh-PCI incriminèrent le VNQDĐ.

Enfin, les dirigeants du Viêt Tân, qui s’opposent ouvertement ces pratiques totalitaires, ont dénoncé dans un communiqué de presse un simulacre de procès : « Viêt Tân rejette les propos colportés par le tribunal communiste visant à rationaliser les charges de “subversion” » [13]. Les jeunes eux-mêmes ont refutés l’accusation de manipulation ou d’appartenance au Viêt Tân en affirmant qu’ils ont agi par « patriotisme » [14]. L’affaire révèle néanmoins que les méthodes non-violentes d’opposition au pouvoir communiste divulguées par le Viêt Tân font de plus en plus d’émules. Et la publicité que fait le pouvoir sur cette organisation, passée de la lutte armée dans les années 1980 à la lutte pacifique au milieu des années 1990, risque de se révéler à double tranchant. Le caractère « révolutionnaire » (cách mạng) de l’organisation (indiqué dans son appellation en vietnamien) et son association à des méthodes pacifiques pour mener à la « réforme » (canh tân) du système fait immédiatement penser aux soulèvements populaires qui ont mis à bas les régimes communistes de l’Europe de l’Est dans les années 1990 et les régimes autoritaires lors du « Printemps arabe » de 2010-2011. Plus près du Viêt-Nam, la véritable angoisse est illustrée par le Myanmar (engagé dans un processus démocratique) comme le souligne, dans le journal Le Monde, Tran Duc un des responsables du Viêt Tân : « Les ‘printemps arabes’ ont échaudé le pouvoir, il a peur, d’autant plus que la situation politique birmane les inquiète » [15].

Bandeau hommage aux prisonniers de conscience catholiques sur le site du diocèse de Vinh à Hanoi.

L’impact de cette affaire est déjà connu à travers les micro-reportages des reporters de RFA (Radio Free Asia) [16]. La sévérité du verdict ne fait qu’encourager les jeunes catholiques dans leur foi et confère aux condamnés une aura de « martyrs ». En donnant la parole à d’autres catholiques pour recueillir leur avis, RFA a pu fournir la clé de ce verdict imposant :

« Beaucoup pensent que les autorités ont prononcé de très lourdes condamnations ; mais je pense autrement. C’est précisément à cause de la fermeté de leur foi chrétienne que les peines ont été si lourdes. D’habitude, pour alléger leur peine, les inculpés reconnaissent leur faute et demandent l’indulgence. Les jeunes catholiques sont restés fermes dans leur conviction et, avec persévérance, ont proclamé leur innocence. Ils ont été conduits par le désir de justice et de paix. Ils sont allés au-delà de leur peur au point de ne pas craindre l’internement… C’est à cause de cela que les autorités les ont condamnés si lourdement. » [17]

Il apparaît donc que c’est une affaire de foi qui a opposé les deux parties et qui mobilise aujourd’hui massivement le parti et la propagande d’État contre les catholiques. Les accusés les plus lourdement punis ont réfuté les accusations du tribunal en s’en remettant à leur foi chrétienne. Cet affront de la foi divine contre la foi totalitaire est sans doute à l’origine de la leçon infligée au-delà même de ce procès à tous ceux qui désireraient se mettre en travers du chemin dicté par le PCV pour ce pays. Avertissement donc pour les catholiques, les protestants, les bouddhistes, Hòa Hảo et autres caodaïstes qui seraient tenter de « se servir de leur foi » pour contrer la foi du prince, la foi autoritaire d’un régime qui n’entend pas se réformer mais se préserver. Et la justice dans tout cela ? C’est justement pour deux conceptions de justice que les deux parties s’opposent : une justice citoyenne contre la justice de l’État-Parti.

Qu’on ne s’y trompe pas la RSVN n’était pas menacée par un groupe de fous de Dieu désireux d’instaurer un État nationaliste religieux (le renouveau du Diemisme en quelque sorte). Non, elle avait affaire à une poignée de cyber-citoyens et bloggers inspirés par la lutte pacifiste pour transformer l’État-Parti en une réelle démocratie respectueuse des droits de ses citoyens. Brad Adams, le directeur Asie de l’organisation Human Rights Watch, considère cette affaire contreproductive pour le pouvoir :

« Au lieu de les emprisonner, le gouvernement vietnamien devrait leur rendre hommage pour leurs efforts déployés afin de traiter les multiples problèmes auxquels est confronté le pays, que le gouvernement a lui-même identifiés » [18].

En condamnant fortement ces jeunes activistes non violents, les autorités risquent fort de liguer un peu plus contre elles la partie de la population la moins bien lotie du système et de figer encore un peu plus les initiatives pour assouplir le régime. L’État-Parti s’est donc trompé de cible au risque de se perdre dans une répression sans fin face à une « autoévolution pacifique » redoutée mais devenue inévitable et même aujourd’hui souhaitable.

FG, 16/01/2013. MàJ 12/12/2016.

Notes

[1] Hồ Đức Hòa (1974-), Đặng Xuân Diệu (1979-), Lê Văn Sơn (1985-), Nguyễn Đặng Minh Mẫn (1985-), Nguyễn Đình Cương (1981-), Đặng Ngọc Minh (1957-), Nguyễn Văn Duyệt (1980), Nguyễn Văn Oai (1981-), Nông Hùng Anh (1983-), Nguyễn Xuân Anh (1982-), Hồ Văn Oanh (1985-), Thái Văn Dung (1988-), Trần Minh Nhật (1988-), Nguyễn Đặng Vĩnh Phúc (1980-). Voir : « Xét xử 14 đối tượng ‘âm mưu lật đổ chính quyền' », VOV Online, 10/01/2013. (theo TTXVN).

[2] Voir : Hoàng Lam, « Gần 80 năm tù cho nhóm đối tượng hoạt động nhằm lật đổ chính quyền », Dân Trí, 10/01/2013.

[3] Voir en détail l’acte d’accusation sur Thanh Niên Công Giáo [TNCG – Jeunesse Catholique] : « Bản cáo trạng của vụ 17 thanh niên Công Giáo và Tin Lành theo tội danh « Hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân », 02/12/2012. Repris par Dan Luan.

[4] Voir : « Bộ luật Hình sự Việt Nam sửa đổi, bổ sung 2009/Chương XI », Wikisource.

[5] « Xét xử vụ án hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân », Nhân Dân, 10/01/2013.

[6] Voir l’article cité de VOV et l’acte d’accusation sur Dân Luận ou TNCG.

[7] Vu Toan, « Đề nghị mức án các bị cáo trong vụ Hồ Đức Hòa », Tuổi Trẻ, 09/01/2013.

[8] VOV Online, art. cit.

[9] Voir par exemple: Xét xử 14 đối tượng ‘âm mưu lật đổ chính quyền’, Viet Nam Net, 10/01/2013. Le jugement a été reproduit en boucle à partir des informations de l’agence officielle TTXVN. Le site du Premier ministre Nguyen Tan Dung a également fait état du procès en cours le 09/01/2013. Deux sites locaux de la Cong An ont repris la dépêche : Cong An Da Nang et Cong An Nghe An (article de Hữu Nguyễn). Voir aussi le reportage de la télévision locale mis en ligne sur You Tube (intégré ici en fin d’article) : Việt Nam kết án tù 13 người Thiên chúa giáo với tội « lật đổ chính quyền ».

[10] Voir l’article sur TTO : Vu Toan, « Xử vụ Hồ Đức Hòa cùng đồng phạm hoạt động lật đổ chính quyền », Tuổi Trẻ Online, 10/01/2013. Voir aussi : « Phiên Tòa Xét Xử 14 Thanh Niên Công Giáo Và Tin Lành ngày 08/01/2013 », Liên Kết Người Việt, 08/01/2013 et les reportages sur le déroulement du procès sur RFA : Quỳnh Chi, « Tường thuật phiên toà xử các thanh niên Công giáo », RFA, 08/01/2013 et Gia Minh, « Nhiều người bị ngăn cản tại phiên tòa xử 14 thanh niên Công giáo », RFA, 08/01/2013.

[11] « Nghê An : les lourdes peines prononcées contre les jeunes chrétiens seront-elles aussi « dissuasives » que l’espèrent les autorités ? », EDA, 14/01/2013.

[12] « RSF détient les preuves de l’innocence de Paulus Le Son », RSF, 11/01/2013.

[13] « Quatorze défenseurs des droits de l’homme condamnés au cours d’un simulacre de procès au Vietnam », Viêt Tân, 09/01/2013.

[14] « Au Vietnam, 14 chrétiens condamnés à 80 ans de prison », Radio Vatican, 11/01/2013.

[15] François Bougon, « Vague de répression au Vietnam contre des blogueurs catholiques », Le Monde, 11/01/2013.

[16] Voir : Quỳnh Chi, « Kết quả phiên xử các thanh niên Công giáo và Tin lành », RFA, 09/01/2013 et Khánh An, « Liệu những bản án mang tính “răn đe” có hiệu quả? », RFA, 10/01/2013.

[17] EDA, art. cit. traduit de RFA.

[18] Le Monde, art. cit.

 

Pour en savoir plus :

* * *

Vietnam – Peines de prison prononcées à l’encontre de défenseurs des droits de l’homme (11 janvier 2013)

La France condamne les lourdes peines de prison prononcées le 9 janvier à l’encontre de 14 défenseurs des droits de l’homme par la Cour populaire de la province de Nghe An, au Vietnam. Plusieurs décisions similaires ont été prises ces derniers mois par les autorités vietnamiennes.

De telles décisions portent gravement atteinte aux droits de l’homme, notamment aux libertés d’opinion et d’expression et à la liberté d’association. La France rappelle que ces droits et libertés sont garantis par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel le Vietnam est partie. Elle relève également que l’ASEAN vient d’adopter une Déclaration sur les droits de l’homme, visant à renforcer leur plein respect en Asie.

Source : Ministère des Affaires étrangères

* * *

La prononciation des peines par le Tribunal populaire de la province de Nghe An (reportage de la télévision locale)