Những « Vệ út » : Les enfants-soldats de Ho Chi Minh au début de la guerre d’Indochine

Lors des soixante jours de résistance à Hanoi entre le 19 décembre 1946 et le 17 février 1947, une « force spéciale » agissait aux côtés des troupes de l’armée régulière de la RDVN. Elle était constitué d’enfants d’à peine dix ans, ceux que l’on appelait alors affectueusement les « Vệ út », les « cadets des Forces d’Autodéfense ».

Cet aspect peu connu de la résistance vietnamienne a été révélé en décembre 2006 à l’occasion du soixantième anniversaire du déclenchement de la guerre. L’emploi des enfants dans la résistance fut également mentionné dans les mémoires de Vo Nguyen Giap. L’historien Christopher Goscha a souligné l’utilisation de ces « recrues intéressantes » pour le Viêt-Minh à Hanoi et Saigon et en a rappelé les limites. [1]

Jusqu’à aujourd’hui peu de recherches se sont intéressées spécifiquement aux rôles des enfants dans la guerre d’Indochine puis plus tard lors de la guerre du Viêt-Nam de quelque bord qu’ils fussent. Il est vrai que cet aspect de la guerre nécessite un accès aux archives et à défaut la construction d’un corpus de témoignages vérifiés et solides. Qui étaient-ils ? Combien étaient-ils ? Que faisaient-ils ? Comment se comportaient-ils face au feu ? Une série d’articles parus en 2006 dans le journal Tuổi Trẻ [Jeunesse] revenait sur le destin (côté RDVN) de quelques-uns de ces survivants d’une époque qui façonna leur destin. [2]

Source : www.vnmilitaryhistory.net

« Qui étaient-ils ? » est la première question qui vient à l’esprit. Il s’agissait la plupart du temps d’enfants pauvres, d’orphelins, de petits vendeurs de rues (de journaux ou de sandwiches), de cireurs de chaussures qui passaient leurs journées dans les rues d’Hanoi pour trouver de quoi survivre et se nourrir. De nombreux orphelins ayant survécu à la terrible famine de l’hiver 1944-1945 avaient été poussés dans le hameau des travailleurs pauvres de Phuc Tân, Phuc Xa aux abords du Fleuve rouge. A cette époque la langue de terre de Phuc Tân, longeant le Fleuve rouge, rassemblait plus d’une centaine de paillotes branlantes qui abritaient les travailleurs pauvres mais également des dizaines d’enfants abandonnés ou malchanceux. Tous les « gavroches » de la ville trouvaient là un refuge et un peu de réconfort. Des liens d’amitié se nouèrent, des destins communs pouvaient s’épauler. Puis la guerre arriva à grands pas. Et le 19 décembre Phu Tân s’embrasait.

Pour empêcher le Viêt-Minh de se ravitailler, les forces du CEFEO incendièrent ce quartier de misère sans en mesurer les conséquences. Des dizaines de jeunes furent immanquablement pris dans le cercle de la guerre. Ces enfants quittèrent leur Phu Tân en feu pour investir la capitale. Dans l’autre sens, les citoyens de Hanoi cherchaient à fuir par tous les moyens vers les provinces adjacentes de Nam Dinh, Ha Nam, Ninh Binh… Quant aux « poussières de vie » de Hanoi, elles se retrouvèrent aux barricades dressées par les Forces d’Autodéfense et, de fait, furent associées à la résistance. Jeune agent de liaison de 11 ans, l’ancien « cadet » Nguyen Van Phuc expose ses motivations :

« La chose extraordinaire est que moi et de nombreux autres gamins de mon âge qui tentions d’échapper à l’évacuation se retrouvèrent là à participer à la résistance. Notre objectif étaient vraiment simple : rester pour frapper ceux qui avaient brûlé nos maisons à Phuc Tân » [3].

L’idée d’en découdre prévalait sans mesurer véritablement ce que comportait cet engagement sur les premières lignes comme le rappelle Nguyen Van Hieu : « Nous étions encore trop petits pour comprendre que la guerre et la mort se cotoyaient de très près » [4].

Những Vệ út trong mùa đông 1946 – Ảnh tư liệu.
Source : http://www.vnmilitaryhistory.net

Mais à Hanoi, la situation devint intenable pour le Viêt-Minh lorsque la voie secrète pour le ravitaillement fut découverte. Il fallut penser à évacuer. Un accord fut trouvé avec les consuls chinois, britannique et américains pour respecter avec les Français une trève de ving-quatre heures permettant l’évacuation des civils chinois, hindous et vietnamiens de la ville. Vo Nguyen Giap rappelle cet épisode dans La résistance encerclée :

Le haut commandement décida de laisser dans l’interzone I une petite unité de cinq cents combattants sélectionnés. La plupart de nos forces devant être évacuées avec les civils pendant la trève. Toutefois, après l’évacuation, selon le rapport du PC du régiment, notre effectif sur place était encore de mille deux cents combattants, dont deux cents femmes et soixante quinze enfants. Nous n’avions pas compté ceux qui, éludant le recensement sélectif, étaient décidés à continuer le combat dans l’interzone. [5]

Autant dire que ceux qui restèrent faisaient figure de volontaires de la mort car les bombardements de l’aviation et de l’artillerie françaises reprirent avec plus d’intensité pour anéantir les dernières poches de résistance du Viêt-Minh.

Evalués à plus de 175, les enfants-soldats de Ho Chi Minh des premiers temps de la résistance servaient comme agents de liaison entre les unités Viêt-Minh, comme éclaireurs logés sur les toits des maisons pour surveiller l’avancée des troupes françaises, comme agents de ravitaillement ou de renseignement. Si peu prirent les armes (elles-mêmes en nombre réduit), certains possédaient des grenades et beaucoup se sacrifièrent lors des durs combats urbains. Peu à peu, ces enfants furent intégrés dans l’armée régulière (Ve Quoc Quan) principalement en tant qu’agents de liaisons. Ils furent pris en main politiquement et militairement dans les détachements de jeunesse du Viêt-Minh. Lors de l’évacuation de la ville en février 1947, ils furent regroupés à Dai Thu dans la province de Thai Nguyên comme le souligne Dang Van Tich :

« Les cadets d’Autodéfense suivirent leurs ainés lors du repli du Régiment de la Capitale. En arrivant à Thai Nguyên, le groupement des cadets qui ne comptaient plus qu’environ 120 enfants fut rassemblé en deux compagnies. Ce fut l’unique chance pour que tous les cadets ayant participé aux 60 jours de résistance puissent faire connaissance » [6].

Nhạc sĩ quyết tử quân Lương Ngọc Trác với các em Vệ út Trang Công Lũy (phải), 10 tuổi và Phạm Đình Luận (trái), 9 tuổi – những chú bé liên lạc gan dạ trên chiến lũy Liên khu 1.

Un ouvrage illustré, rassemblant 145 photographies, a été publié en 2006 par l’ancien « cadet d’Autodéfense » Dang Van Tich mais la vie quotidienne de ces 175 enfant-soldats pris dans le feu de la guérilla urbaine de 1946 puis dans la longue guerre de trente ans restent encore méconnus. Les journalistes Tran Dinh Tu et Lam Hoai ont commencé à lever le voile sur le destin de quelques-uns de ces survivants, engagés bon gré mal gré dans une aventure guerrière qu’ils ne pouvaient imaginer aussi longue et déterminante pour leur pays.

François Guillemot, 20/12/2012.

Notes :

[1] Christopher E. Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2011, pp. 145-146.

[2] Voir les liens aux 6 articles en vietnamien ci-dessous : « Những Vệ út trên chiến hào vệ quốc ». Christopher Goscha s’appuie sur ces documents pour retracer l’histoire des « Vê ut », voir Vietnam, un Etat né de la guerre, pp. 157-159.

[3] TRẦN ĐÌNH TÚ, « Những Vệ út trên chiến hào vệ quốc« , Tuổi Trẻ, 11/12/2006.

[4] TRẦN ĐÌNH TÚ, « Những “Gavroche” Hà thành« , Tuổi Trẻ, 11/12/2006.

[5] Vo Nguyen Giap, Mémoires 1946-1954. Tome 1 :  La résistance encerclée, Fontenay-sous-Bois, Anako Editions, coll. Grands Témoins, 2003, p. 53.

[6] TRẦN ĐÌNH TÚ, « Những “Gavroche” Hà thành« , art. cit.

Pour en savoir plus :

  • La série de six articles parus en 2006 sur Tuổi Trẻ : « Kỷ niệm 60 năm ngày Toàn quốc kháng chiến (19-12-1946 – 19-12-2006) »

Những Vệ út trên chiến hào vệ quốc

>> Kỳ 1: Tuổi thơ dữ dội
>> Kỳ 2: Những “Gavroche” Hà thành
>> Kỳ 3: Nữ Vệ út và báu vật 60 năm
>> Kỳ 4: Tiểu đội nhí và “chiến thuật xe bò”
>> Kỳ 5: Người chép sử Vệ út

>> Kỳ 6: Cô đầu phố Khâm Thiên

  • Nguyễn Trọng Hàm, Đặng Văn Tích, Hoàng Kim Đáng (biên soạn), Quyết tử để Tổ Quốc quyết sinh, Hà Nội : Nhà xuất bản Quân đội nhân dân, 2005.