Christèle Dedebant : Le bagne des Annamites. Les derniers déportés politiques en Guyane [parution]

Parution d’une longue enquête historique de la journaliste Christèle Dedebant sur une histoire complètement oubliée des bagnes coloniaux. Présentation de l’éditeur.

Surveiller et punir dans l’Empire colonial français.
Le 6 mai 1931, aux abords du bois de Vincennes, on inaugurait l’une des attractions majeures de l’entre-deux-guerres : l’Exposition coloniale internationale. Au même moment, de l’autre côté du globe, le vapeur français “La Martinière” quittait le port de Saigon dans le plus grand secret. Dans ses cales, 535 “indigènes” de 18 à 35 ans, – des “Annamites”, comme on appelait les Indochinois, enfermés dans des cages de fer, en partance pour la Guyane. Ce 17 mai 1931, quand le vapeur “La Martinière” avait levé l’ancre en direction de Cayenne, la France était à la tête du deuxième empire colonial du monde. Sa domination s’exerçait sur un territoire dix-huit fois plus vaste que l’Hexagone.

Docteure en histoire contemporaine, journaliste au magazine Géo, Christèle Dedebant vit à Aix-en-Provence et faits de fréquents séjours à Cayenne.

URL éditeur : https://www.actes-sud.fr/le-bagne-des-annamites


Photographie “à la une” : Camp Crique Anguille. Allée dans les vestiges. Photo : Chatsam, 10 juin 2017 (source : Wikipedia)



Citer ce billet
indomemoires (2024, 3 mai). Christèle Dedebant : Le bagne des Annamites. Les derniers déportés politiques en Guyane [parution]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10svq