Christopher Goscha : « L’asymétrie mémorielle Algérie-Indochine en France : ou comment expliquer l’oubli indochinois ?  » – Vendredi 29 mars 2024 (IAO)

Pour archivage. Grosse affluence au séminaire de l’IAO à l’occasion de la conférence de Christopher Goscha, professeur d’histoire à l’UQÀM (Montréal). Résumé ci-après.

En 2022, Emmanuel Macron a effectué une visite officielle à Alger pour réaliser une « réconciliation mémorielle » entre les sociétés française et algérienne sur la guerre qui les a déchirées (1954-1962). En 2020, il avait confié à l’historien Benjamin Stora une « mission sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie ». Ces démarches tentaient d’affronter le passé, les tensions entre les deux pays et des problèmes d’intégration, et elles avaient sans doute des objectifs politiques. De façon frappante, la guerre d’Indochine reste dans l’ombre de l’Algérie dans la mémoire française, alors que pourtant le conflit indochinois (1945-1954), qui a opposé la France au Vietnam d’Hô Chi Minh, fut la guerre de décolonisation la plus violente du 20ème siècle. Comment expliquer cet oubli relatif du Vietnam à une époque où la France semble plus prête qu’auparavant à regarder son passé colonial en face ? Christopher Goscha tentera de répondre à cette question.

Photo de l’affichette : Le commandant Marcel Bigeard, commandant le 6e bataillon de parachutistes coloniaux (BPC), en liaison radio au cours du parachutage de ses hommes sur Diên Biên Phu. Date : 16/03/1954 © Daniel Camus ; Jean Péraud/ECPAD/Défense.



Citer ce billet
indomemoires (2024, 11 avril). Christopher Goscha : « L’asymétrie mémorielle Algérie-Indochine en France : ou comment expliquer l’oubli indochinois ?  » – Vendredi 29 mars 2024 (IAO). Mémoires d'Indochine. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w75l