Hommage au Professeur Nguyên Thê Anh – par François Guillemot

Cher Professeur, nous étions heureux-ses

Nous étions heureux-ses en votre compagnie à l’École Pratique des Hautes Études, cette école historique et philologique logée dans les murs d’une Sorbonne tout autant historique.

Nous étions heureux-ses à la Maison de l’Asie où se trouvait votre unité de recherche sur l’histoire des civilisations de la péninsule indochinoise.

Nous étions heureux-ses à vous écoutez, à débattre, à questionner, à raisonner… Il y avait les anciens d’une fidélité absolue : Paul-Marie Braun, Dang Quôc Co, Liliane Vo Quang et Yên, la musicologue Quynh Hanh, Vo Thu Tinh, Nguyên Tân Hung, Lê Dinh Cat, Nguyên Hoang Nghi, Nguyên Quang Tuân, Lucien Trong, Dominique, Thu et Quang…1 il y avait notre jeune génération Christopher, Agathe, Benoît, Fanny, Frédéric, Pascal, Claire, Vân Thu, Kim Liên… jusqu’à Louis, Florence, Viêt Anh de l’Institut Han Nôm à Hanoi…

Nous partions en voyage avec les bonzes de la forêt au Laos, nous nous plongions dans les affres de l’indépendance birmane, nous entrions dans des temples secrets du Champa, nous décryptions les attributs des génies populaires ou tutélaires, nous interrogions la construction des États-nations, les rébellions bouddhistes ou mandarinales, les mythes fondateurs, les textes ancestraux siamois, la modernité des élites ou les économies morales paysannes et il y avait toujours ce Viêt-Nam en filigrane… en embuscade.

Notre soif de connaissance était sans limite avec vous et tout ceci nous rendait heureux-ses…

Nous étions heureux-ses au restaurant asiatique, près de la Sorbonne, pour clore une saison de séminaire. Paris au printemps… en votre agréable et élégante compagnie.

Pendant quatorze ans vos enseignements ont rythmé le savoir sur la péninsule indochinoise2 au sein de cette école puis inlassablement de 2005 à 2022 vous avez pris sur votre temps libre pour constituer une liste de fidèles et nous faire parvenir quotidiennement les meilleures analyses sur l’Asie. Nous étions heureux-ses à vous lire et à continuer d’apprendre.

Nous, vos ancien-nes élèves, nous pensons à votre trajectoire personnelle, à votre courage, votre ténacité, votre intransigeance, votre rigueur de toujours, votre résilience qui, du Laos de votre enfance à la guerre du Viêt-Nam, vous a amené en France pour accomplir d’une main de maître cette transmission du savoir sur l’Asie.

Un savoir critique puisé à la source des nouvelles études anglo-saxonnes… vous étiez un des rares à converser et à écrire autant en français, en anglais qu’en vietnamien.

Nous étions ainsi quelques uns-unes à faire notre thèse sous votre direction, une direction sans concession, rigoureuse de sens.  C’était un chemin semé d’embûches parfois difficile mais nous étions fièr-es et heureux-ses.

Nous pensons aujourd’hui à tout ce que vous avez apporté à notre génération pour élaborer une histoire solidement charpentée, novatrice et fondamentale ouvrant des perspectives.

Nous étions heureux-ses en votre compagnie à Paris jusqu’à la douceur du printemps et nous garderons ce bonheur intérieur en nous-mêmes pour toujours. Pour toute ceci, un grand Merci. ĐA TẠ

François Guillemot, ancien élève de l’EPHE, ingénieur de recherche au CNRS en poste à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon (UMR 5062).


Image “à la une” de gauche à droite : Philippe Papin, Directeur d’Études à l’EPHE, François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS et le Professeur Nguyên Thê Anh lors du 6e Congrès du GIS Asie le 26 juin 2017 à Paris.

Notes

  1. L’ensemble des participant-es à ces séminaires sont mentionné-es dans les livrets-annuaire de l’EPHE, disponibles sur le portail Persée []
  2. Les enseignements sur la chaire Histoire et civilisations de la péninsule indochinoise furent professés par Pierre-Bernard Lafont, décédé en 2008, Mme Thanh-Tâm Quach-Langlet, décédée en 2003 et Nguyên Thê Anh seul à partir de 2002 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
indomemoires (20 mars 2023). Hommage au Professeur Nguyên Thê Anh – par François Guillemot. Mémoires d'Indochine. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q68d