Un grand témoin de l’histoire nous a quitté: Nguyen Van Thanh (1921-2012)

[ndlr] Message de Pierre Daum du 4 décembre 2012.

Chers amis

C’est avec beaucoup de tristesse que je vous informe que mon vieil ami

NGUYEN Van Thanh

nous a quitté hier, dimanche 2 décembre. Il avait 91 ans.

Il était l’un des tout derniers anciens travailleurs indochinois encore en vie.

Ceux qui ont lu son merveilleux livre de mémoires, Saïgon Marseille Aller simple (Elytis 2012), savent que Thanh est né le 8 novembre 1921 près de Vinh, au Vietnam. Son père était mandarin, et sa mère descendante de princes et d’empereurs. Engagé en 1939 pour servir comme ouvrier dans les usines d’armement en métropole, Thanh fit partie des 20 000 travailleurs indochinois de la seconde guerre mondiale. En 1942, il ose porter la main sur son commandant français qui le frappait. Avec son cousin Shan, il se retrouve enfermé pendant 3 mois au camp de redressement disciplinaire de Sorgues, dans le Vaucluse. Envoyé en 1943 avec sa compagnie à Lattes, dans l’Hérault, pour travailler à la coopérative vivrière, il fait la connaissance de Juliette, jeune paysanne française de 16 ans. Le couple, qui fêta l’année dernière ses 65 ans de mariage (!) a deux fils, Pierre et Jean-Paul, et de très nombreux petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Depuis trois ans, Thanh a participé inlassablement à toutes les actions organisées en hommage aux travailleurs indochinois. Comme par exemple à Saint-Chamas (BdR) le 10 décembre 2011 (voir la vidéo ci-dessous).

Thanh occupe aussi une place importante dans le film de Lam Lê, Công Binh, la longue nuit indochinoise, qui sortira en salle le 30 janvier 2013 (http://www.congbinh.net/)

* * *


Immigrés malgré eux par provencetv

Nous assistons à un hommage rendu aux Travailleurs Indochinois, immigrés malgré eux, qui furent employés à la Poudrerie de Saint-Chamas en Provence de 1939 à 1945. Ce fut un grand moment d’émotion, où fut dévoilée une plaque commémorative et une remise de médailles faite aux anciens ouvriers présents ainsi qu’aux descendants d’ouvriers absents ou disparus.

Pour en savoir plus :

  • Daum, Pierre, « Saïgon-Marseille aller simple : le récit d’une page d’histoire oubliée » [recension d’ouvrage], Mémoires d’Indochine [carnet de séminaire] : https://indomemoires.hypotheses.org/85. Article initialement publié sur Rue 89.

 



Citer ce billet
indomemoires (2012, 4 décembre). Un grand témoin de l’histoire nous a quitté: Nguyen Van Thanh (1921-2012). Mémoires d'Indochine. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4ua