Disparition du Père Chan Tin, le 1er Décembre 2012

[ndlr] Annonce de la disparition du père Chân Tin par Nguyen Ngoc Giao, Dien Dan Forum. L’article a été publié sur le nouveau site Actualités Vietnam.

Le Père Chan Tin est mort à 16h05,  le 1er Décembre 2012, à l’âge de 92 ans.

C’était un religieux engagé. Durant toute  sa vie il a lutté  pour l’indépendance, la liberté, la démocratie et les droits de l’Homme.

Chan Tin était né le 15 Novembre 1920, dans le village de Van Xuan, district de Huong Tra, province de Thua Thien-Hue. Après avoir prononcé ses premiers vœux chez les Rédemptoristes en 1944, Chan Tin est sacré prêtre en 1949. En 1963, il est nommé directeur de la revue Duc Me (Sainte Mère).

En 1969, avec les prêtres Truong Ba Can, Nguyen Ngoc Lan, d’autres prêtres et des amis progressistes, Chan Tin fonde la revue Doi Dien (Faire Face). Cette revue de qualité devient le porte-drapeau du mouvement urbain du Sud-Vietnam contre l’intervention américaine, contre la dictature du général Nguyen Van Thieu, la corruption et l’injustice sociale.

En 1970, avec les prêtres Nguyen Huy Lich, Nguyen Ngoc Lan et le Professeur Ly Chanh Trung, le Père Chan Tin prend fortement position contre les tortures infligées aux étudiants arrêtés. A la suite de ces protestations, le gouvernement Nguyen Van Thieu doit libérer les étudiants dont le leader Huynh Tan Mam. Le mouvement des étudiants sud-vietnamiens prend alors un essor, sans discontinuer jusqu’à la fin de la guerre.

Source : sachxua.net

Chan Tin devient une figure de proue de la « troisième composante », présidant le Comité pour la libération des prisonniers politiques, luttant pour l’application de l’Accord de Paris (1).

Au lendemain de la libération de Saigon en 1975, Chan Tin et la « gauche catholique » servent avec efficacité de pont entre le pouvoir communiste et l’Eglise catholique du Sud, notamment Mgr Nguyen Van Binh, archevêque de Saigon. La « lune de miel » commence bien : sa revue Doi Dien et le journal Tin Sang (dirigé par le député catholique Ngo Cong Duc) obtiennent tout de suite l’autorisation de reparaitre. C’est en fait une décision prise par Tran Bach Dang, responsable de l’information et de la propagande du Gouvernement Révolutionnaire Provisoire ; décision fortement condamnée par Le Duc Tho, l’homme fort du Bureau Politique.

La revue du père Chan Tin cesse définitivement de paraitre  en 1978, deux ans plus tard, c’est au tour du quotidien Tin Sang : l’échec de la politique gauchiste en matière économique, l’isolement du Vietnam face au blocus sino-américain renforcent chez la vieille garde du Parti Communiste Vietnamien, la peur du spectre catholique apparu dans la lointaine Pologne (création de Solidarnosc, impact de l’élection de Jean-Paul II).

Le « divorce » du groupe du Père Chan Tin (et de son ami Nguyen Ngoc Lan, marié entretemps) avec le régime, s’est doublé du conflit fratricide avec le groupe du père Truong Ba Can (également rédemptoriste) qui dirige la revue « Cong giao va Dan toc » (Catholicisme et Nation) soupçonnée d’être trop proche du pouvoir.

Une période de détente, ouverte en 1986 avec la Doi Moi (politique du Renouveau), n’a pas duré au-delà de l’été 1989 (massacre de Tiananmen, élections libres en Pologne). En mai 1990, Chan Tin et Nguyen Ngoc Lan  sont « assignés à résidence » pour « propagande contre le régime », le premier loin de Saigon, le second à domicile.

Le père Chan Tin, libéré en 1993, continue d’être objet de pressions, voire de violences (il a été passablement blessé lors d’un accident simulé par la police en 1998 lorsqu’il se rendait aux obsèques de Nguyen Van Tran, vétéran communiste).

Par ses écrits et ses homélies, le prêtre rédemptoriste a continué, jusqu’à la fin de sa vie, de s’engager pour la démocratisation du pays, pour le respect des libertés et des droits de l’Homme.

Par Nguyen Ngoc Giao

NOTES

(1)  Le 27 janvier 1973, l’Accord “sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix”  est  signé à Paris entre les Etats-Unis, la République Démocratique du Vietnam (RDV), la République du Sud Vietnam et le Gouvernement Révolutionnaire Provisoire (GRP) de la République  du Sud  Vietnam (anciennement Front National de Libération). Il met fin à 10 années de guerre entre les Etats-Unis et le Vietnam. L’accord prévoit, dans son volet militaire, le retrait des forces américaines dans un délai de 60 jours et l’échange des prisonniers. Sur le plan politique, les deux “parties sud-vietnamiennes” (Saigon et GRP) s’engagent à parvenir à une solution politique par la formation d’un gouvernement “de concorde et de réconciliation nationales” tripartite (incluant la “troisième composante”). Si les troupes américaines ont pu partir dans l’ordre, avec les pilotes et GIs américains détenus par la RDV et le GRP, le règlement politique n’a jamais vu le jour, Saigon refusant tout compromis avec le GRP et réprimant férocement la troisième composante. Washington soutient à fond l’attitude de Saigon, car à ses yeux, l’arrivée des “communistes” au pouvoir à Saigon par des élections libres est “mille fois pire” que leur arrivée par les tanks. Washington ne veut absolument pas d’un deuxième Allende (le premier va par ailleurs être renversé et tué en septembre de la même année 1973). Les tanks “communistes” sont donc arrivés le 30 avril 75.

Les négociateurs sont Lê Duc Tho pour la République Démocratique du Vietnam et Henry Kissinger pour les Etats Unis. Ils recevront le prix Nobel de la Paix en 1973, mais Lê Duc Tho le refusera.

Source : Actualités Vietnam

Cette information en vietnamien sur RFA :

Chúng tôi vừa nhận được tin linh mục Stephano Chân Tín đã qua đời vào chiều hôm nay tại nhà thờ Kỳ Đồng thuộc Dòng Chúa Cứu Thế Sài Gòn. Linh mục  Stephano Chân Tín được bổ nhiệm làm Giám Ðốc Nguyệt San Ðức Mẹ vào năm 1963. Năm 1969 Linh mục Chân Tín đứng ra thành lập tạp chí Đối Diện, một tờ báo có khuynh hướng chính trị chống lại chính phủ thời bấy giờ và kêu gọi tẩy chay tham nhũng cũng như tranh đấu cho những bất công xã hội. Ông là một Linh mục rất nổi tiếng vì có lập trường chính trị của người được coi là thuộc thành phần thứ ba không theo cũng như không ủng hộ phe nào trong thời kỳ trước năm 1975.

Lire la suite : Radio Free Asia, 01/12/2012

  • Voir aussi l’interview : « Đầu năm phỏng vấn linh mục Chân Tín về Giáo hội và Đất nước », Nữ Vương Công Lý, 14/02/2012