Laos, Sociétés et pouvoirs (V. Bouté et V. Pholsena, dir.) – CR de lecture de Ambre-Emilie Saillio Arquier

“Les flux entrants d’IDE ont dépassé 800 millions d’USD grâce au régime relativement libéral et favorable aux investisseurs de la RDP lao” peut-on lire dans le dernier examen des politiques commerciales de la République démocratique populaire lao effectué par l’Organisation mondiale du commerce en 2019. Ce qualificatif de “régime relativement libéral” est l’aboutissement d’une politique menée par le Parti Révolutionnaire populaire Lao, Parti-Etat à la tête du Laos, depuis 1986 où lors de son quatrième Congrès le parti entérine officiellement le “Nouveau mécanisme économique” (ouverture au marché). Dans l’ouvrage Laos. Sociétés et pouvoirs, ce tournant est à la fois analysé comme un moyen pour le Parti de se maintenir au pouvoir et comme un marqueur de changement social impliquant de nouveaux enjeux et de nouvelles dynamiques.

L’objectif de cet ouvrage est justement “de montrer, dans le contexte actuel des réformes économiques et sous l’angle de la perspective historique, la reconfiguration des rapports entre Etat et sociétés au Laos” (page 10), de façon à ce que les changements sociaux ne nuisent pas à la pérennité du pouvoir communiste.

Pour ce faire, les auteurs se sont en partie appuyés sur les travaux d’autres chercheurs, en particulier ceux de Grant Evans, d’Yves Goudineau et de Michel Lorrillard. Cependant, comme cela est souligné dans l’introduction, ces travaux n’abordent pas directement les thématiques du changement social, des structures et des pratiques politiques du Laos contemporain. Afin de mener à bien leur projet, les auteurs de l’ouvrage ont ainsi collecté des récits et mené des études de terrain (en participant à des cérémonies, observant des monuments…) s’inscrivant dans leur volonté de considérer les structures et agents locaux de l’Etat et la pluralité des individus.

Les conclusions issues de ces recherches débouchent sur trois parties, organisées autour de “trois logiques d’acteurs”, premièrement “celle du Parti”, puis “celle de la société civile” et finalement “celle des réseaux internationaux” (p. 12).

Le parti et ses stratégies de légitimation

La première partie vise à expliciter la façon dont le Parti s’est constitué, imposé, et a mis en place des stratégies visant à se maintenir au pouvoir.

Une première contribution, que l’on doit à Martin Rathie, commence ainsi par retracer l’histoire et l’évolution du Parti révolutionnaire populaire lao. En plus d’offrir un développement chronologique mettant en évidence l’influence qu’a eue le Parti Communiste Indochinois sur les mouvements nationalistes au Laos (notamment le Lao Issara), ce qui explique le lien entre indépendance et révolution, M. Rathie s’appuie sur les entretiens d’acteurs et de témoins afin de faire émerger les parcours des principaux acteurs du Parti, ayant par la suite eu une place centrale dans la vie politique du pays. Il met aussi déjà en évidence le lien ambigu qu’entretient le Parti avec la monarchie (le premier renversant la seconde) traduit par la figure du prince Souphanouvong, dit “Prince rouge”. Le chapitre se termine sur l’adoption du “nouveau mécanisme économique” par le Parti.

Le chapitre suivant semble adopter une démarche opposée. En effet, Vatthana Pholsena entend “partir du bas” (p. 46) en s’intéressant à la façon dont des individus anonymes ont intégré l’appareil du Parti. Plus particulièrement, elle retrace la trajectoire d’adolescents enrôlés dans les rangs du Parti par le biais d’écoles-pensionnats dont l’objectif est d’“engendrer l’homme nouveau socialiste” (p. 48). On retient notamment le témoignage de Kham qui explique “Mes parents étaient de pauvres paysans […] il [son oncle, cadre révolutionnaire] insista pour que je puisse partir étudier, acquérir une éducation, pour que je ne devienne pas une personne ignorante comme eux”, qui met l’accent sur le fait que ces écoles soient vues comme des opportunités pour certains. D’ailleurs, V. Pholsena explique qu’après la Révolution, beaucoup de ces enfants, quels que soient leur genre et leur classe sociale, deviennent fonctionnaires. Cela est à l’origine d’une idée d’ascension sociale qui a été un élément de légitimité pour le régime.

Le chapitre suivant, écrit par Olivier Tappe, est d’ailleurs entièrement consacré aux stratégies de légitimation mises en place par le Parti. Il met en évidence la célébration conjointe, et paradoxale, de figures révolutionnaires, monarchiques et du bouddhisme. De fait, les figures révolutionnaires et monarchiques ont un même objectif de mise en lumière d’un Laos menant des luttes et des combats, là où le bouddhisme correspond davantage à une dimension morale et culturelle positive. L’idée d’une lutte et d’une culture communes à l’ensemble des Laotiens que représenterait le Parti fait de ce dernier un pilier de l’identité du pays dans l’imaginaire (pour reprendre un terme utilisé par Benedict Anderson sur lequel O. Tappe s’appuie) populaire, ce qui est un élément de sa durabilité.

Une société civile entre mutations et migrations

La deuxième partie vient se situer à l’échelle des individus, en s’intéressant aux dynamiques d’innovation des communautés villageoises, groupes ethniques, familles afin de répondre aux mutations touchant le Laos depuis la seconde moitié des années 1990.

Dans un premier chapitre, Olivier Evrard vient ainsi s’intéresser aux migrations de la communauté khmou selon une approche biographique. Ces migrations sont voulues par l’Etat (dans le cadre de projets de développement rural visant à rassembler des villages de montagne dans les vallées, développer les cultures de rente et lutter contre l’agriculture sur brûlis) mais grâce aux témoignages individuels qu’il collecte, O. Evrard parvient à mettre en évidence une divergence au sein des migrations khmou, liée à leurs relations avec le Parti. En effet, les Khmou rok, historiquement plus proches du Parti, semblent davantage bénéficier des migrations (leur permettant une ascension sociale) que les Khmou youan.

Une divergence de trajectoire migratoire est aussi mise en avant dans la contribution de Vanina Bouté. En effet, celle-ci explique que trois types de populations sont à distinguer dans le mouvement de migration vers les villes (capitales de province ou chefs-lieux de district de tailles plutôt modestes) encouragé de façon détournée par l’Etat : les premiers habitants – déjà présents sur les lieux -, les fonctionnaires – qui sont les premiers à migrer dans les villes – et les paysans – qui arrivent dans les années 1990, encouragés ou plutôt poussés par l’Etat. Malgré des stratégies individuelles adoptées par ces derniers (s’inscrire dans un réseau familial ou communautaire au sein de la ville d’installation et partir avec un certain capital économique), ils sont davantage victimes de la pression foncière et connaissent de plus grandes difficultés que les fonctionnaires, sans que l’Etat ne leur apporte d’aide.

Ces migrations ont aussi la particularité de mener à l’apparition de villages multiethniques, comme celui de Thongnamy dans lequel s’est rendu Pierre Petit.  Ce dernier y assiste à trois cérémonies : un mariage interethnique, la fête du greh (dans sa version interne au foyer et dans sa version publique) et Noël. Il explique alors qu’il existe une familiarité des Khmous avec les usages rituels de la société Lao, qu’il y a une sorte de revendication d’appartenance à un groupe lors des fêtes publiques où les rituels sont mis en scène, et que la célébration d’une fête comme Noël, récemment intégrée, offre de nouveaux points de repère à la communauté interethnique en formation.

Nouvelles dynamiques à l’œuvre

Finalement, la troisième et dernière partie quitte complètement l’échelle individuelle pour analyser les dynamiques Etat-Société sous le prisme de l’ouverture internationale de l’économie du pays, avec un point de vue très contemporain allant jusqu’aux suppositions concernant l’avenir du Laos.

Danielle Tan commence par mettre en évidence l’influence qu’a la Chine sur le Laos (ce dernier accueillant des flux de toutes sortes, mais notamment d’importants investissements, en provenance de la principale puissance de la région). Pour autant, D. Tan écarte la thèse d’un néo-colonialisme chinois pour mettre en lumière les intérêts que représente cette présence chinoise pour l’Etat Laotien. En effet, la Chine vient au Laos épauler l’Etat dans le renforcement de l’économie, la mise en valeur du territoire. Elle fait aussi office de médiateur entre l’Etat et l’économie globale, et, par la mise en place de zones économiques spéciales, elle prend pied dans des territoires que l’Etat a du mal à maîtriser. Là où nous pourrions voir une perte de souveraineté de l’Etat Laotien au profit de la Chine, D. Tan parle au contraire d’une “souveraineté graduée” (p. 181) de l’Etat laotien qui ne serait pas possible sans la Chine dans certaines régions.

Ces liens entre le Laos et la Chine témoignent de l’entrée du premier dans la mondialisation, entrée ayant des conséquences sociales que souligne Annabel Vallard dans l’ultime chapitre. En s’intéressant à la filière textile, cette dernière montre en effet que le tissage traditionnel laisse place aux “entreprises artisanales à vocation internationale” (page 194) régies par les lois du marché (division du travail, prototypes, système hiérarchique, dépôt de copyrights, marketing…).

***

Pour conclure, nous pouvons dire que cet ouvrage à la structure et aux démarches très claires, nous montre comment le Parti-Etat a su s’adapter, s’ouvrir à la mondialisation tout en gardant le contrôle et en influençant les dynamiques sociales ayant résulté de ces adaptations afin de se maintenir.

Loin d’offrir un exposé théorique, il présente des observations et des analyses très localisées permettant de saisir des réalités (mais, forcément, d’une façon qui ne saurait être exhaustive, l’ouvrage n’a d’ailleurs pas pour ambition de saisir toutes les réalités, comme nous pouvons le lire dans l’introduction : “en raison de ce parti pris méthodologique – analyser les logiques de différents acteurs – cet ouvrage n’a pas pour objectif d’être exhaustif”, p. 11). 

Au-delà de la problématique principale, d’autres thèmes traversent les chapitres. On pense notamment à une approche géopolitique, insistant tout au long de l’ouvrage sur les liens historiques et antérieurs à la colonisation unissant le Laos avec le Vietnam et la Chine, liée à une forte composante géographique (avec par exemple l’étude des migrations temporaires de travail s’intéressant à la longue histoire des migrations temporaires des Khmous vers la Thaïlande).

Cependant, nous pouvons dire que la coexistence de nombreux thèmes, ainsi que de diverses échelles (échelle du pays, échelle individuelle puis échelle régionale et internationale) rendent parfois plus difficile à saisir le lien avec la problématique, tout en permettant d’ouvrir de nombreuses pistes de recherche.

Bibliographie :

  • Anderson, Benedict, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002.
  • Bouté, Vanina, En miroir du pouvoir : Les Phounoy du Nord Laos: ethnogenèse et dynamiques d’intégration, Paris, Ecole française d’Extrême-Orient, 2011.
  • Evans, Grant, Laos. Culture and Society, Chiang Mai, Silkworm Books, 1999.
  • Goudineau, Yves et Michel Lorrillard, Recherches nouvelles sur le Laos, Paris, Ecole française d’Extrême-Orient, 2008.
  • Mariani, Léo, « Laos. Sociétés et pouvoirs », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, no 21, 15 juin 2013, p. 157-159. Recension.
  • Tan, Danielle, Du communisme au néolibéralisme : le rôle des réseaux chinois dans la transformation de l’Etat au Laos, Thèse de doctorat en Science politique, Paris, Institut d’études politiques, 2011. Sous la direction de Françoise Mengin.

Ambre-Emilie Saillio Arquier, promotion ASIOC 2021-2022.

Ambre-Emilie Saillio Arquier est étudiante en première année en Histoire à l’ENS de Lyon.


Photographie “à la une” : © 2015 Didier Marti



Citer ce billet
indomemoires (2022, 13 avril). Laos, Sociétés et pouvoirs (V. Bouté et V. Pholsena, dir.) – CR de lecture de Ambre-Emilie Saillio Arquier. Mémoires d'Indochine. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q67d