Thich Nhat Hanh (1926-2022)

Nous avons appris le décès du Vénérable Nhât Hanh dans la pagode Tu Hiêu à Huê où il s’était retiré. Fidèle à son idéal de pleine conscience et de moine bouddhiste engagé, il reste une figure centrale du bouddhisme vietnamien contemporain. Nous reproduisons ci-dessous le message de Florence Tran avec son autorisation.

Thich Nhat Hanh © Village des Pruniers

Thich Nhât Hanh est parti, libre, de son pays natal, comme il l’avait souhaité. Lui qui avait dû se résigner à l’exil alors qu’il tentait avec ses disciples de trouver une 3ème voie pacifiste en pleine guerre du Vietnam. Il avait dérogé à la doxa du non-agir bouddhiste. Et on peut le comprendre, comment ne rien faire quand votre pays est déchiré de toutes parts ? Il a essayé de mettre en pratique dans la pire des situations l’entraide et la compassion. Beaucoup de ses fidèles ont été attaqués, mutilés, voire pire, lors de manifestations pacifistes à Saïgon. Même si certains diront qu’ils ont été noyautés ou manipulés par les communistes, ils ont essayé quelque chose pour que cette guerre fratricide cesse. Immense respect pour lui et ces bouddhistes engagés. On est loin des considérations parfois très égoïstes de certains aspects du développement personnel new age d’aujourd’hui. Il a inspiré et va continuer à inspirer beaucoup de personnes, au-delà de cet ultime voyage ! Un grand merci à lui.

Florence Tran, documentariste.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
indomemoires (21 janvier 2022). Thich Nhat Hanh (1926-2022). Mémoires d'Indochine. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q670