“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 7

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Exemples de Mémoires de femmes vietnamiennes publiés au Viêt-Nam ou à l’étranger, en exil.

★ ★ ★

Mémoires et genre : mémoires genrées

Séance 7 : mercredi 17 novembre 2021 (9-12h)

Un coup d’œil sur nos rayons de bibliothèques et l’on sera surpris-e du poids écrasant des auteurs sur les autrices. En philosophie occidentale, les manuels présentent essentiellement des auteurs. Rares sont les femmes philosophes à être citées, à deux exceptions près Hannah Arendt et Simone de Beauvoir. Est-ce à dire qu’elles n’existent pas ? Rien n’est moins sûr car le processus de leur invisibilité est désormais connu (Michèle Le Doeuff, 1989 et 1998). En histoire, Michelle Perrot, dans un ouvrage célèbre, rappelait les lourds “silences de l’histoire” en ce qui concerne les femmes. “Écrire l’histoire des femmes suppose qu’on les prenne au sérieux, qu’on accorde au rapport des sexes un poids, même relatif, dans les événements et dans l’évolution des sociétés”, écrit-elle. Les nouvelles études sur le rôle des femmes dans la préhistoire (Anne Augereau, 2021) sont le signe d’un changement. Dans le domaine des études sur le genre la tendance s’inverse peu à peu avec l’apparition cette dernière décennie d’une multitude de productions nouvelles, décapantes et dérangeantes. Cependant, cette “prise de conscience” que retrace la sociologue Christine Détrez ne doit pas être passagère et épouser les simples contours d’une mode.

Des outils sont forgés comme les dictionnaires sous la direction des chercheures Christine Bard et Sylvie Chaperon (Dictionnaire des féministes, PUF, 2017) ou sous la direction de Catherine Achin et de Laure Bereni (Dictionnaire genre et science politique, Science Po, Les Presses, 2013), l’Encyclopédie critique du genre sous la direction de Juliette Rennes (La Découverte, 2016 et 2021 pour l’édition en ligne) ou encore Feu ! Abécédaire des féminismes présents coordonné par la philosophe Elsa Dorlin (Libertalia, 2021). Une nouvelle histoire illustrée avec une riche iconographie se construit comme le démontrent les ouvrages de Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel (Ne nous libérez pas, on s’en charge, 2020), ou Combattantes sous la direction de Martial Poiron (Seuil, 2020). Des précis sont édités comme l’Histoire mondiale des féminismes de Florence Rochefort (coll. Que Sais-Je ?, 2018), des collections sont initiées comme “EgalE à égal” chez Belin ou de conséquents recueils d’articles (Geneviève Fraisse, La fabrique du féminisme, Le passager clandestin, 2012 ; Michèle Riot-Sarcey, Le genre en questions, Creaphis Editions, 2016) donnent à voir l’évolution et l’affirmation d’une pensée. Des archives féministes sont constituées pour offrir à la recherche des sources sur des travaux ignorés ou sur des actions invisibilisées.

Cette dernière séance du séminaire Mémoires d’Indochine s’intéressera à l’émergence des études de genre en péninsule indochinoise. Au Viêt-Nam, l’historienne vietnamienne Bui Trân Phuong est sans doute la pionnière dans ce domaine avec sa thèse soutenue en 2008 en langue française consacrée à l’émergence du féminisme dans ce pays confucéen en situation coloniale. Cependant, du point de vue des sources, rares sont encore les récits de vie des femmes dans cet angle de l’Asie. En particulier, les autrices vietnamiennes, à l’intérieur du pays ou en terre d’exil, ont forgé leurs propres récits de la révolution et de la guerre. On peut compter parmi elles les grandes écrivaines Duong Thu Huong, Nha Ca, Pham Thi Hoai mais aussi sur quelques activistes des deux camps (Nord et Sud Viêt-Nam). Au Cambodge, les témoignages de femmes martyrisées sous le régime de Pol Pot ont également vu le jour. D’autres récits, comme celui d’une grand-mère Hmong, montrent l’importance qu’il y aurait à mener une étude genrée des événements tragiques du XXe siècle de l’Indochine coloniale aux États post-coloniaux mais aussi dans leurs dimensions transnationales et multiethniques. Ou comment concevoir une histoire qui lie “race, genre, classe” (selon le concept développé par le Black Feminism) et écologie.

Pour approfondir, voir l’aperçu bibliographique en ligne : “CONSTELLATION” : OUTILS POUR L’ÉTUDE DU GENRE ET DES FÉMINISMES. URL : https://guerillera.hypotheses.org/5042

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux derniers exposés oraux autour de deux sujets liés à la domination et à l’émancipation en Indochine coloniale.

Visioconférence et texte :

Christine Détrez : “Des femmes au genre : les étapes d’une prise de conscience” (conférence de mars 2021).


Bui Tran Phuong, « Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/255


Recensions d’ouvrage pour accompagner la séance :



Numéro spécial de revue :

Sous la direction de Naomi Davidson et Capucine Boidin, Le genre des indépendances, CLIO, Femmes, Genre, Histoire, n° 53, 2021. Aperçu en ligne : https://journals.openedition.org/clio/19549

Exposés oraux

Louise Arnoud-Maillet :

  • Christina E. Firpo, Black Market Business. Selling Sex in Northern Vietnam, 1920–1945, Ithaca, NY, Cornell University Press, 2020.


Anatole Bernet :

Geoffrey Gunn, Monarchical Manipulation in Cambodia. France, Japan, and the Sihanouk Crusade for Independence, Copenhague, NIAS Press, 2018. Présentation : https://www.niaspress.dk/book/monarchical-manipulation-in-cambodia/


Illustration “à la une” : Récits de vie de femmes vietnamiennes.