Cao Xuân Huy – En mars, fusils brisés – Recension de Pierre Brocheux

Première recension du témoignage de Cao Xuân Huy par l’historien Pierre Brocheux.

Cao Xuân Huy, En mars, fusils brisés, Paris, Riveneuve 2021, 243 p. (traduit du quôc ngu par Emmanuel Poisson)

Un historien du Vietnam ne peut pas passer à côté de ce livre et l’ignorer. Non pas qu’il soit le premier livre concernant la guerre du Vietnam (celle dite de réunification) où deux états vietnamiens s’affrontèrent après la trêve instaurée par les Accords de Genève (rappelons qu’il s’agissait d’accords de cessez le feu et non de paix). D’un côté la République démocratique du Vietnam (dite communément Nord Vietnam fondée en 1945) et la République du Vietnam (dite communément Sud Vietnam proclamée en 1955). La première dirigée par le parti communiste vietnamien disposait d’une armée aguerrie par neuf années d’hostilités contre le Corps expéditionnaire français et consacrée par la victoire de Dien Bien Phu (1954). La seconde était le produit du « contre-feu nationaliste »que les Français avaient organisé et armé avec l’aide des États-Unis, avec le but affiché de barrer la route au communisme soviétique. Les fondateurs et artisans de la Viêt Nam Công Hoa devaient créer un état moderne, et rappelons nous que le juriste français Georges Vedel disait « un état c’est d’abord l’ armée ».

Celle que créa la République du Vietnam fut défaite quinze ans après que le parti communiste ait décidé de relancer la « lutte armée » dans le Vietnam méridional (#1960).

Les historiens de la Vietnam War ont étudié l’Armée républicaine (ils sont cités par les éditeurs du livre dans la préface) mais le livre de Cao Xuan Huy ne se situe pas dans le même registre que les thèses universitaires ou les documentaires filmés. Celles-ci sont des histoires d’en-haut ; l’officier sud-vietnamien Cao Xuan Huy nous conte un récit « d’en-bas », dans un moment crucial pour ne pas dire décisif, dans les derniers jours pour ne pas dire les dernières heures de la République du Vietnam . Il combat dans un corps d’élite de l’ARVN (Armée de la république du Vietnam) qui se bat aux environs de Huê alors que les hauts plateaux sont déjà tombés aux mains de l’Armée populaire. Lui et ses camarades sont capturés après avoir été les acteurs et témoins d’une débâcle infernale.

Son récit n’a rien de littéraire, le langage est cru, il est le cri d’un désespéré qui a vu se confondre incapacité, humanité et bestialité dans ses propres rangs. Même si son livre fut rédigé des années plus tard, on sent que l’auteur a porté cette tragédie en lui après qu’il ait été libéré du camp de prisonniers.

Les préfaciers mettent en parallèle ce livre avec celui d’un combattant « nordiste » Bao Ninh dont le récit fut en rupture complète avec l’exaltation d’une guerre héroïque pour une juste cause. Le sudiste comme le nordiste, Abel et Caïn, se rejoignent en mettant à nu le visage sombre de la brute humaine.

Reste deux questions. L’une existentielle et historique : pourquoi une armée équipée à l’américaine (comme l’armée nationaliste chinoise dans les années 1949, comme l’armée afghane aujourd’hui en 2021), est défaite ?

La seconde est essentielle et philosophique : pourquoi cette guerre intestine et fratricide ? Ceci m’a conduit à relire Victor Hugo :

L’homme ivre d’un affreux bruit,

N’a plus d’autre intelligence que le massacre et la nuit

On pourrait boire aux fontaines,

Prier dans l’ombre à genoux,

Aimer, songer sous les chênes ;

Tuer son frère est plus doux.

Pierre Brocheux