Souscription : Michelin au Viêt-Nam – Une histoire sociale (1925-1940)

[Message d’Eric Panthou du 29/11/2012]

Cette étude établit le particularisme de ces plantations, particularisme par la généralisation précoce des méthodes d’organisation du travail inspirées de Taylor et génératrices de pressions et violences sur les ouvriers, particularisme par la fréquence et la gravité des incidents entre direction et ouvriers, par la méconnaissance des mœurs des ouvriers de la part de cette même direction, par les conflits importants qu’ont noué les dirigeants avec les autres planteurs…

Cet ouvrage dévoile un pan inconnu de l’histoire sociale d’une entreprise qui à la même époque voyait vantée en métropole une politique paternaliste qui visait d’abord à lier toujours plus les ouvriers à leur employeur…

Cette publication est le fruit de deux ans de travail et de recherches dans différents centres d’archives et s’appuyant sur des documents issus aussi bien des archives publics en France et au Viêt-Nam que sur des documents issus des archives Michelin, ce qui fonde une partie de son intérêt tant il est difficile aux chercheurs de recourir habituellement à ces ressources internes. Il s’appuie en outre sur une bibliographie de plus de 200 titres aussi bien en français qu’en anglais.

La première partie de l’ouvrage est la traduction du témoignage d’un coolie, parue en 1961 pour la première fois au Viêt-Nam, sur les conditions de vie et de travail extrêmement difficiles sur l’une des plantations Michelin et les efforts d’organisation des ouvriers pour se soulever. Michelin a considéré qu’il suffisait de dépenses importantes dans le domaine sanitaire (hôpital et drainage pour réduire le fléaux du paludisme – 18% d’ouvriers morts en 1927 sur l’une de ses plantations !) pour obtenir la paix sociale et des rendements élevés. Mais à côté, il a délaissé l’habitat, ne connaissait pas les mœurs et coutumes des coolies, et considérait toute protestation comme émanant des communistes donc non entendable.

Tout cela a contribué à ce que les autorités soient de plus en plus critiques à son égard comme en témoigne l’extrait du rapport du Gouverneur de Cochinchine qui figure dans le documentation ci-joint [voir illustration plus bas] et qui en dit plus que de longs développements par un militant communiste comme Tran Tu Binh hier ou un historien aujourd’hui…

Les éléments présentés et analysés constituent un rappel précieux au moment où certains entendent défendre «le rôle positif de la présence française outre-mer» et où il est de plus en plus difficile à Michelin de faire taire les protestations contre sa politique d’implantation d’une nouvelle usine en Inde, implantation ayant nécessité qu’une forêt utilisée depuis des siècles par un village d’Intouchables ait été rasée et ses gens laissés sans ressource.

* * *

Présentation de l’éditeur

Dans l’histoire de la domination française en Indochine, l’exploitation de l’hévéa demeure le symbole de l’expansion économique de la région qui a fait la fortune de nombreux colons et de grandes sociétés. Parmi elles, Michelin. Mais la culture de l’hévéa marque aussi une des périodes les plus noires du colonialisme par le traitement infligé au prolétariat indigène venu travailler là.

Or, les plantations Michelin sont, aussi bien dans la presse et les rapports des autorités de l’époque que dans la mémoire du peuple vietnamien, l’un des lieux emblématiques de cette exploitation. C’est à la découverte d’un pan méconnu de l’histoire sociale du géant du pneu à laquelle cet ouvrage vous invite à travers un témoignage militant puis une étude historique à caractère universitaire.

D’abord, Phu-Riêng, la Rouge : récit d’une révolte en 1930, par Tran Tu Binh. Paru en 1965 au Viêt-nam, ce témoignage très fort d’un coolie recruté entre 1927 à 1930 sur la plantation Michelin de Phu-Riêng décrit la dureté des conditions de vie et de travail, la violence quotidienne de l’encadrement français et les efforts des ouvriers pour s’organiser et finalement se révolter sous la direction des communistes. C’est le récit le plus célèbre sur la condition sociale dans les plantations et aussi celui jugé le plus fiable par les historiens Traduction de Carola Kaufmann et Jacques Joubert, de l’UPC 63.

Puis, Aux sources du particularisme des plantations Michelin au Viêt-Nam, de leur origine à 1939, par Éric Panthou. S’appuyant sur des sources nombreuses dont plusieurs issues des archives Michelin, l’auteur présente l’originalité de ces plantations. Ici, la direction clermontoise a voulu transposer ses méthodes de travail sans tenir compte du milieu et des hommes : méconnaissance des moeurs des ouvriers, organisation scientifique du travail inspirée de Taylor, hausse constante des rendements, pressions sur l’encadrement génératrices de violences sur les ouvriers, volonté de se démarquer des autres planteurs… En dépit des dépenses importantes réalisées dans le domaine sanitaire, tous ces éléments ont fait des concessions Michelin, des plantations à part, bientôt confrontées à la critique des autorités, et à l’émergence de luttes ouvrières historiques. Le lecteur croisera aussi la figure d’Alexandre Varenne, Gouverneur de l’Indochine au moment même où Michelin obtient ses immenses concessions…

Les auteurs
Tran Tu Binh (1907-1967), fut condamné à 5 ans de prison pour avoir dirigé la grève de la plantation de Phu-Riêng . Il devint ensuite un haut cadre militaire et politique du Nord Viêt-Nam communiste.

Prix Maitron pour son mémoire sur L’Année 1936 dans le Puy-de-Dôme, Éric Panthou est bibliothécaire. Diplômé de 3° Cycle en Histoire, il est l’auteur de plusieurs études sur Michelin et l’histoire sociale du Puy-de-Dôme.

Présentation de l’ouvrage + table des matières : SouscriptionPlantationMichelin

 

Tran Tu Binh (1907-1967)

 

 



Citer ce billet
indomemoires (2012, 29 novembre). Souscription : Michelin au Viêt-Nam – Une histoire sociale (1925-1940). Mémoires d'Indochine. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4u2