Nous dénonçons une restriction sans précédent de l’accès aux archives contemporaines [pétition]

[ndlr] Pour une recherche solide, les archives publiques doivent être accessibles. Sans accès à cette documentation d’une grande richesse, pas de thèses et plus de postes de chercheur.es.

Faut-il encore s’inquiéter de l’accessibilité au public des plans du débarquement du 6 juin 1944 soixante-quinze ans après la Seconde Guerre mondiale, lesquels portent un tampon « secret » ? Protéger des informations secrètes est essentiel. Qui en douterait ? A condition toutefois que ces informations soient réellement sensibles et qu’elles constituent toujours un secret défense. Quand il n’y a plus de secret, il ne devrait plus rien y avoir à protéger.

Pourtant le Service historique de la Défense annonce la nécessité d’une « déclassification » formelle de tous les documents portant les fameux tampons « secret » depuis 1940. Pièce par pièce. Cette mesure provoque déjà une paralysie du service. Elle entraîne des délais de communication très longs, voire l’impossibilité d’accéder à des archives pourtant communicables de plein droit selon le Code du Patrimoine. En effet les archives dont la communication porte atteinte au secret de la défense nationale, aux intérêts fondamentaux de l’Etat dans la conduite de la politique extérieure, à la sûreté de l’Etat, à la sécurité publique doivent être accessibles à tous après une échéance cinquante ans.

[…] nous demandons l’application du Code du Patrimoine et de la loi sur les archives de 2008, et donc l’accès immédiat et sans réserve à ces archives publiques à l’issue des délais légaux.

Lire la suite : Pétition en ligne



Citer ce billet
indomemoires (2020, 19 février). Nous dénonçons une restriction sans précédent de l’accès aux archives contemporaines [pétition]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q648