Un regard politique sur le Viêt-Nam : vers une nouvelle concentration du pouvoir ?

François Guillemot est intervenu dans l’émission de Michel Désautels sur Radio Canada, dimanche 25 novembre 2018 à 11h47, pour un court entretien sur la situation politique vietnamienne. Pour accompagner cet entretien et approfondir certains points, il rappelle des éléments clés sur la période de concentration des pouvoirs en œuvre en République socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

[Présentation de Radio Canada] Le Vietnam, l’un des pays les plus pauvres d’Asie il y a 20 ans à peine, est en pleine transformation. L’État communiste ouvre son économie, courtise l’Occident et accueille un nombre record de touristes. Toutefois, qu’en est-il de la vie politique au Vietnam, toujours marquée par le règne du parti unique ? Quelles formes prennent la participation à la vie politique et la contestation du pouvoir ? L’historien et ingénieur de recherche au CNRS François Guillemot analyse pour nous les changements rapides de cette société.

Le Viêt-Nam vers une nouvelle concentration du pouvoir ?

En préambule de cette discussion, il faut rappeler aux auditeurs qu’une compréhension fine de la politique interne vietnamienne est une chose très difficile à maîtriser car le Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) fonctionne toujours sur le mode du secret1. En outre, les informations internes au PCV qui pouvaient circuler sur la toile dans des blogs d’observateurs avisés ou des journalistes indépendants entre 2005 et 2015 ont fortement diminué suite à la répression2. Pour suivre l’évolution politique de ce pays sur le long terme, on peut tout de même se référer à quelques solides piliers informatifs ou d’analyses, tels que le site Viet Studies de Tran Huu Dung, le think tank de Carl Thayer ou d’autres blogs ou publications indépendantes sur les réseaux sociaux (principalement Facebook)3. Les programmes d’information en vietnamien de la BBC, RFA (Radio Free Asia), RFI (Radio France Internationale), VOA (Voice of America) sont également très utiles pour décrypter l’information car ils reçoivent directement des analyses et témoignages en provenance du pays. Enfin, à ne pas négliger, les sites officiels en RSVN, dont la mission est de promouvoir la voix du parti, outrepassent, de temps à autre, courageusement cette mission en proposant des investigations sur le plan social et économique4. Situation paradoxale, si les médias vietnamiens comptent aujourd’hui plus de 850 titres, la RSVN reste classée au 175e rang mondial (sur180) sur le plan de la liberté de la presse entre le Soudan (174e) et la Chine (176e)5.

Carte du Vietnam © RSF

Une structure du pouvoir pyramidale et quadrillée

Un rappel rapide de la structure du pouvoir vietnamien me paraît nécessaire. Le Viêt-Nam est une république socialiste unifiée depuis 1976, dirigée par un parti unique depuis 1988. Il existait deux micro-partis fantômes (le parti socialiste et le parti démocrate) avant cette date mais ils ont été dissous par le pouvoir. Le PCV qui compte environ 4,5 millions de membres sur plus de 95 millions de Vietnamiens est une instance de type supra-constitutionnelle, car dans les faits il exerce les pleins pouvoirs sur les plans politique, militaire, diplomatique, culturel et sécuritaire. Au-dessus du Parti, il n’y a rien et au-dessous il y a tout. L’article 4 de la constitution vietnamienne amendée en 2013 précise son rôle :

Article 4

1. The Communist Party of Vietnam – the Vanguard of the working class, concurrently the vanguard of the labouring people and Vietnamese nation, faithfully representing the interests of the working class, labouring people and entire nation, and acting upon the Marxist-Leninist doctrine and Ho Chi Minh Thought, is the force leading the State and society.

2. The Communist Party of Vietnam is closely associated with the People, shall serve the People, shall submit to the supervision of the People, and is accountable to the People for its decisions.

3. Organisations and members of the Communist Party of Vietnam shall operate within the framework of the Constitution and law.6

Son pouvoir repose sur deux piliers (eux-mêmes très encadrés) représentés par les forces de sécurité (Công An, Sécurité publique / Canh Sat, Police) et l’armée populaire (Quân dôi nhân dân). Cette dernière a vu son rôle se renforcer depuis le XIIe congrès de janvier 2016.

Le pouvoir se présente comme une « démocratie populaire » organisée sur le modèle du « centralisme démocratique », un exercice top/down du pouvoir où les décisions politiques finales sont prises par le PoliBuro du PCV (une quinzaine de membres) puis répercutées à tous les niveaux de l’appareil politique jusqu’aux Comités locaux du PCV et de l’appareil d’État, principalement le gouvernement et ses relais. Il n’y a donc pas de pluralisme politique ni de système démocratique à l’occidental avec une séparation des pouvoirs (politique, exécutif et judiciaire) car tout est fortement imbriqué au sein de ce qu’il convient de nommer un « Parti-Etat » quasi-indissociable. La structure de ce pouvoir omnipotent s’illustre par un quadrillage massif et général du pays par le Parti à travers ses 56.000 cellules7.

Malgré ce contexte très strict, il peut y avoir une pluralité d’interprétations des mesures édictées par le Parti ou par le gouvernement. Le centralisme démocratique doit jongler avec la diversion régionaliste notamment à travers les Comités populaires locaux. Ceci dit, on assiste aujourd’hui à un resserrement du pouvoir (sur lequel je reviens plus loin).

Une opposition tuée dans l’œuf

Le problème de ce système réside dans l’absence de contrepouvoirs institutionnels qui puissent remettre en cause la parole du Parti. A ce titre, on pourrait penser que les séances d’interpellations de l’Assemblée nationale jouent ce rôle. Or, cette assemblée apparaît beaucoup plus comme une chambre de validation des décisions du PCV qu’un outil de discussion. Au cours des sessions de cette assemblée la parole est fortement contrainte et souvent reformulée par la Présidence de l’assemblée et les réponses aux questions posées sont des plus sommaires ou restent très évasives en terme de mesures concrètes. Ces séances, retransmises à la télévision, offrent un bon aperçu des problématiques sociales et économiques du moment.

Depuis l’élan démocratique européen des années 1990 lié à la chute de l’URSS, plusieurs groupes politiques non autorisés ou rassemblements citoyens se sont créés. D’anciens membres du parti, favorables à une démocratisation du régime ont formulé et envisagé une transition par étapes. Par exemple, le général Trân Dô ou l’ancien résistant du Sud Nguyên Hô font figures de pionniers dans cette révolution tranquille portée par des « têtes grises » (e.g. des cadres âgés du parti passés dans la dissidence) dans les années 1990. Avant eux, il faut citer les dissidents Doan Viêt Hoat et Nguyên Dan Quê emprisonnés dans les années 1980 pour leur activisme en faveur de la démocratie. La plus célèbre organisation de citoyens reste sans doute incarnée par le Bloc 8406, fondé le 8 avril 2006 comme son nom l’indique, mais quasiment démantelé après dix ans d’existence8

Le dernier projet politique pacifique viable a été porté par l’ingénieur Trân Huynh Duy Thuc, aujourd’hui en prison, fondateur du groupe « La voie du Viêt-Nam »9. Pour ainsi dire la répression de cette opposition réelle, incarnée par des personnalités connues, et virtuelles, à travers les blogs, est le plus souvent étouffée dans l’œuf10. L’appareil sécuritaire, dans le silence et/ou l’indifférence générale, cible les têtes pensantes, les isolent et les répriment lors de procès iniques visant à « éduquer » le peuple car la portée pédagogique de ces procès n’est pas à sous-estimer. La politique reste la chasse-gardée du PCV : quiconque s’aventure sur ce terrain met en danger son existence et celle de ses proches.

Dans le contexte du « Viêt-Nam transnational », des organisations politiques fondées à l’extérieur du pays ont désormais des relais et une certaine résonance à l’intérieur du pays. C’est le cas, par exemple, du Viêt Tân, Parti révolutionnaire pour la Réforme du Viêt-Nam, fondé en 1982 et bête noire du régime. Lié au « Front national unifié pour la libération du Viêt-Nam » dans les années 1980, ce parti a abandonné la lutte armée dans les années 1990 pour la promotion de la démocratie. Fonctionnant en réseau et affichant désormais des méthodes non-violentes, il est toujours considéré comme une organisation terroriste par les autorités de Hanoi.

Des femmes, lanceuses d’alerte

Pour autant, si l’opposition politique ne peut se structurer ouvertement, la société civile s’engage dans de nombreuses causes : sociales et écologiques. A ce titre, le rôle des femmes dans la contestation n’est pas nouveau mais il est aujourd’hui particulièrement visible :

– sur le terrain, ce sont souvent les femmes qui s’opposent aux forces de la Sécurité publique lors des expropriations dans les conflits fonciers ou encore dans les entreprises en grève.

– sur les blogs, des jeunes femmes sont également très actives et questionnent le pouvoir aussi bien sur des faits de société de la transformation actuelle du pays que sur l’histoire.

Le cas de Nguyen Ngoc Nhu Quynh, récipiendaire du Prix de la liberté de la presse 2018, est à ce titre emblématique d’une génération de femmes, mères de famille, entrées dans l’activisme et donc la dissidence à cause des injustices sociales11.

Pendant la décennie 2008-2018, de nombreuses figures féminines ont été médiatisées parmi lesquelles : Bui Thi Minh Hang, Cân Thi Thêu, Huynh Thuc Vy, Nguyên Hoang Vi, Pham Doan Trang, Pham Thanh Nghiên, Ta Phong Tan, Trân Thi Nga… Toutes ont été victimes de harcèlement policier, la plupart ont connu la prison et certaines restent incarcérées comme Tran Thi Nga12.

L’emprise grandissante de l’armée populaire

On assiste dernièrement au rôle grandissant de l’armée, notamment par la reprise en main de la sécurité publique qu’illustrent deux mesures importantes : la création de la Task Force 47 rassemblant sous l’égide du Ministère de la Défense 10.000 agents formés pour« nettoyer » la toile (et attaquer les réseaux dissidents) et la mise sur pieds de la « Loi sur la sécurité du Net » qui entrera en principe en application le 1er janvier 201913

« L’armée doit accorder une attention particulière à la lutte sur le front idéologique, pour protéger le droit et la vérité, pour protéger le Parti, le régime, pour rejeter résolument les idées fausses et les allégations déformées des forces ennemies hostiles. L’armée doit être pionnière et mener des actions encore plus féroces dans ce domaine » (Nguyen Phu Trong, décembre 2017).14

On connaissait le rôle prépondérant de l’armée populaire dans la nouvelle économie capitaliste (par exemple à travers le groupe international Viettel), mais moins son rôle de service d’ordre du PCV. Ce dernier aspect a d’ailleurs été critiqué lors de la refonte de la constitution de 2013 par bon nombre d’intellectuels qui considèrent que l’armée du peuple se doit de protéger le peuple tout entier et non pas le Parti seul. Or, les nouvelles tâches de contrôle social et politique qui lui sont assignées par le PCV outrepasse son rôle premier de « défense nationale » pour le réduire à celui de « protecteur de l’appareil politique ».

Fondée le 22 décembre 1944 (date anniversaire), l’armée populaire compte aujourd’hui plus de 455.000 hommes plus cinq millions de réservistes. Dans le contexte de la militarisation de l’Asie du Sud-Est, notamment liée aux différents maritimes en Mer de Chine méridionale et à la pression chinoise, l’armée populaire se modernise et diversifie ses approvisionnements en armes et équipements (russes, américains, japonais…). 

Fonctionnement du pouvoir : un autoritarisme négocié

Le pouvoir vietnamien fonctionne dans les faits sur le principe de « l’autoritarisme négocié », un concept souvent véhiculé par les sociologues ou les anthropologues témoins directs dans leurs enquêtes des flux et reflux du pouvoir. Ceci a pu être illustré récemment par la question de la création de trois zones économiques spéciales dont le principal bénéficiaire serait la Chine populaire. Cette mesure décrétée par le PCV puis validée par le gouvernement a réveillé la fronde antichinoise, en veille depuis les événements de 2011-2014, et a forcé le pouvoir à reculer le calendrier de quelques mois pour faire entériner cette décision par l’Assemblée nationale15.

Il y a donc, dans une certaine mesure, une négociation avec l’opinion publique, relayée par quelques voix de députés ou par des intellectuels bien placés sans compter les effets éventuels sur le plan international. Si bien que la politique vietnamienne, donc l’unique cap est fixé par le PCV apparaît fluctuante et mouvante, soumise globalement aux implications économiques et au positionnement du Viêt-Nam sur le plan international.

Par exemple pour être entendu et audible sur la question maritime16, le pouvoir doit lâcher du lest sur la répression des dissidents. De même, la future mis en œuvre de la Loi sur la sécurité informatique pose le problème de l’utilisation d’internet dans une économie globalisée de plus en plus liée au numérique. Le développement économique reposant beaucoup sur les outils numériques alors où va être placé le curseur ?

Ceci étant, la négociation ne vise pas à l’abandon des projets du Parti mais à aménager un plan d’action susceptible de provoquer moins de remous au sein de l’opinion publique. Le pouvoir fixe et atteint ses objectifs à court, moyen ou plus ou moins long terme.

Concentration du pouvoir, purge silencieuse…

Depuis le XIIe congrès de janvier 2016, on assiste à une concentration du pouvoir. Plusieurs faits l’attestent :

– Une lutte sourde engagée entre différents réseaux du pouvoir s’est intensifiée ces deux dernières années avec des résonances jusque sur le plan international : le kidnapping à Berlin de Trinh Xuân Thanh, un cadre proche de l’ancien Premier ministre Nguyên Tân Dung, par les services secrets vietnamiens a soulevé une vague de contestation sur le plan international17. Les arrestations de Dinh La Thang, ancien ministre et sécrétaire du PCV pour Hô Chi Minh-Ville en 2016-2017, puis celle de Tran Bac Ha, un personnage clé du système bancaire vietnamien, intercepté au Cambodge le 29 novembre 2018, démontrent que l’étau se resserre autour de l’ancien Premier ministre18.

L’ancien Premier ministre, après avoir exercé le pouvoir pendant dix ans de 2006 à 2016, espérait en janvier 2016 prendre les rênes du PCV lors du XIIe Congrès national. Ce ne fut pas le cas. Sous sa mandature (libérale et policière), l’économie a connu un fort développement accompagné par une augmentation sensible de la corruption. C’est au cours de cette décennie que se sont constitués des « groupes d’intérêts » politico-économiques qui se sont partagés le fruits de cette croissance et qui se sont concurrencé pour affirmer leur puissance territoriale et économique.

La concentration des pouvoirs au sein du PCV s’exerce actuellement sur fond de lutte contre la corruption. Il reste difficile d’y voir clair mais on observe une lutte sourde et secrète menée par les orthodoxes du PCV et de l’armée populaire contre les réseaux de Nguyên Tân Dung et ceux de la Công An (la Sécurité publique). A cela, on peut dire que, depuis que le Dôi Moi (Renouveau) a été engagé il y a trente ans en décembre 1986 lors du VIe Congrès, un facteur Nord-Sud continue de peser. Le sud, plus fort économiquement grâce à l’activité d’Hô Chi Minh-Ville et de sa zone industrielle et périphérique (notamment Biên Hoa), a eu tendance à se démarquer de la doxa marxiste-léniniste officielle, il a souvent été rappelé à l’ordre par Hanoi, la capitale politique. Donc, ce qui se joue en interne repose autant à la fois sur des facteurs politico-économiques que sur des facteurs territoriaux. C’est à ce titre qu’une analyse fine des réseaux du PCV serait intéressante à mener.

L’autre fait majeur de ce resserrement s’exerce au sein des institutions du Parti-Etat. Depuis le décès soudain de Trân Dai Quang, ancien Président de la RSVN et haut responsable de la Police, le Secrétaire général du PCV s’est vu octroyé la nouvelle charge de Président de la RSVN sur le modèle chinois. Si cette double fonction a été présentée comme non pérenne, comme une opportunité pour maintenir la cohésion de l’Etat-Parti, on sent bien une crispation au sein même de l’appareil politique. Celle-ci est illustrée par la peur de l’auto-évolution au sein du PCV : le 15 novembre 2017, le PCV décrétait de nouvelles mesures disciplinaires, validées début avril 2018, contre les membres du PCV susceptibles de s’amender de la ligne officielle19. On assiste donc à une reprise en main idéologique, illustrée récemment par le blâme délivré à Bui Quang Vinh, ancien ministre du Plan et de l’investissement, connus pour ses propos critiques envers le « modèle socialiste » de développement20.

Les mots outils du Parti

Pour se faire entendre et comprendre, les idéologues du PCV se servent de mots outils au contenu souvent imprécis. Dans la campagne contre la corruption, il n’est pas rare d’entendre dans la bouche des dirigeants les termes « groupes d’intérêts ». Or, ces termes ne sont jamais explicités en tant que tels. Qui sont ces groupes ? Combien sont ils ? A qui appartiennent-ils ? Qui les manœuvre et quel est leur influence sur l’économie capitaliste (« à orientation socialiste ») vietnamienne ? Nul ne le sait précisément. Cependant, les campagnes anti-corruption semble bien masquer le démantèlement des groupes politico-économiques placés dans le giron de l’ancien Premier ministre Nguyên Tân Dung donnant à ces campagnes un caractère éminemment politique21.

Le second terme à la mode cette décennie est celui « d’évolution pacifique » devenu au fil du temps « auto-évolution » et « auto-transformation ». Il est dédié aux membres du Parti susceptibles de franchir la ligne rouge idéologique fixée par l’appareil. La dernière affaire en date concerne l’intellectuel et éditeur Chu Hao accusé par la Commission de contrôle du PCV d’avoir outrepassé ses droits par des prises de positions pro-démocratiques et par une certaine liberté éditoriale, considérées comme une forme de révisionnisme anti-parti22. Les rappels à l’ordre pour prévenir « auto-évolution » des cadres du PCV sont désormais réguliers, signifiés dans les nouvelles mesures disciplinaires édictées en novembre 2017 (dans la Décision 102 / 102-QD/TW). Il s’agit pour le Secrétaire général du Parti de resserrer les rangs des membres de son parti autour de l’idéologie nationale-communiste officielle dite « marxiste-léniniste, pensée Hô Chi Minh »23.

Conclusion : horizons 2021 et 2030

Personne ne peut connaître l’impact de ce processus de concentration sur le plan politique interne et sur le plan économique. De deux choses l’une, soit le pouvoir actuel réussit à se réorganiser sur un modèle orthodoxe et cela pourrait provoquer des remous économiques, soit il échoue dans cette campagne et les cartes seront rebattues lors du futur congrès de janvier 2021 (mandature 2021-2026). Dès 2019, les mesures et les orientations pour 2030 seront discutés lors des différents plénums de mai (9e) et d’octobre (10e). L’enjeu est de taille : car il faut voir que chez les plus orthodoxes il y a cette volonté de se maintenir coûte que coûte au pouvoir jusqu’en 2030 dans le but de fêter les 100 ans d’existence au PCV. Entretemps, beaucoup d’événements peuvent se dérouler et beaucoup d’encre peut couler.

François Guillemot, 28/11/2018. MàJ 30/11/2018.

Lectures pour aller plus loin :

  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Sciences humaines et sociales », 2018.
  • Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, Archipel, coll. « Des hommes et des pays », 2010.
  • Benoît de Tréglodé (sous la dir.), Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Libre cours », 2018.
Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Un regard politique sur le Viêt-Nam : vers une nouvelle concentration du pouvoir ?," sur Mémoires d'Indochine, 28/11/2018. Lien : https://indomemoires.hypotheses.org/32120.

Notes

  1. Ce paramètre est d’ailleurs mentionné dans les devoirs des membres du PCV []
  2. En particulier, on peut citer le site « Ba Sam« , auto-présenté comme « l’agence de presse du trottoir », actif de septembre 2007 à avril 2017. Ce site a été fondé par Nguyen Huu Vinh, ancien membre du PCV et ancien policier, arrêté en 2014 et aujourd’hui incarcéré []
  3. Notons le site du journaliste indépendant Pham Chi Dung : Viet Nam Thoi Bao []
  4. Par exemple lors du scandale écologique Formosa en 2016 []
  5. Cf. la page Vietnam de RSF ; liste des principaux titres de la presse sur l’entrée Wikipédia : Danh sách báo chí Việt Nam []
  6. Source : Constitution of Vietnam (2013), Wikisource ; The Constitution of the Socialist Republic of Vietnam (Vietnamese – English), Hanoi, The National Political Publishing House / Vietnam Law & Legal Forum / Vietnam News Agency, 2014, pp. 69-70 []
  7. Voir le vibrant témoignage sur la vie quotidienne des Vietnamiens : Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, Archipel, 2010 []
  8. Sur ce sujet voir notre article sur Mémoires d’Indochine []
  9. Voir son portrait sur Mémoires d’Indochine []
  10. Pour une chronologie des événements de la lutte pour la liberté d’expression au Viêt-Nam voir le site du Projet 88 []
  11. Voir son discours reproduit sur Guérillera []
  12. Sur l’activisme des femmes lire notre article sur Guérillera []
  13. Sur la Task Force 47, voir : Claude Fouquet, Le Vietnam déploie une cyber-unité pour lutter contre les « mauvaises opinions », Les Echos, 27/12/2017. Et la mise au point de Nguyen The Phuong, The Truth About Vietnam’s New Military Cyber Unit, The Diplomat, 10/01/2018 []
  14. Cité dans Nguyen The Phuong, art. cit. []
  15. Sur cette question voir l’article de Dominique Foulon sur le site Europe Solidaire sans frontières []
  16. Affaire des Paracels et Spratleys []
  17. Sur la réaction de l’Allemagne, voir : Allemagne: un Vietnamien en procès dans une atmosphère de Guerre froide, Le Point, 24/04/2018 []
  18. Sur cette dernière arrestation et ses implications politiques, voir l’analyse de Pham Chi Dung : Kinh Hoa, Bắt Trần Bắc Hà có phải để dọn đường đến nhà nguyên Thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng?, RFA, 29/11/2018 []
  19. L’ensemble de ces textes sont en ligne sur le site de la Commission de contrôle du PCV  []
  20. Cf. 
    Kính Hòa, Tại sao cựu Bộ trưởng Bùi Quang Vinh bị kỷ luật?, RFA, 28/11/2018 ; VNA/CVN, Sanction disciplinaire à l’encontre d’un ancien ministre du Plan et de l’Investissement, Le Courrier du Vietnam, 27/11/2018  []
  21. Voir notre article sur Mémoires d’Indochine []
  22. Une Lettre ouverte de soutien à cet intellectuel a été signée par 81 chercheurs et enseignants le 11 novembre 2018 []
  23. D’autres mots outils sont véhiculés pour stigmatiser l’ennemi intérieur et pour criminaliser l’activisme social, nous y reviendrons dans un prochain billet []