Viêt-Nam, enfants de naguère: « Poussière de vie » – chronique de Didier Péron [1995]

[ndlr] Chronique de Didier Péron parue dans Libération à propos du film de Rachid Bouchared, Poussières de vie inspiré par La colline de Fanta, le roman de l’écrivain vietnamien Duyên Anh.

Cinéma. Viêt-Nam, enfants de naguère Poussières de vie, de Rachid Bouchareb, durée 1 h 27, avec Daniel Guyant, Gilles Chitlaphone, Jehan Pagés, Eric Nguyen… Lors du repli catastrophique des Américains du Viêt-Nam, beaucoup d’enfants, nés de pères GI, sont oubliés dans la tourmente. Rachid Bouchareb en a tiré «Poussières de vie», un film ambitieux qui manque toutefois de lyrisme.

SAIGON 1975. Les GI quittent le pays en pleine débandade et laissent derrière eux une masse d’enfants orphelins, métis amérasiens que le nouveau pouvoir en place se met en devoir de récupérer, histoire d’extirper à temps la mauvaise graine capitaliste de leur esprit encore tendre. Beaucoup, abandonnés, traînent dans les rues et sont raflés par centaines comme les prostitués, voleurs à la tire et autres «déchets de la bourgeoisie». Ces gamins ahuris et hirsutes vont atterrir après un pénible voyage en pleine brousse, dans les hauts-plateaux du Nord où les attendent une rééducation de fer dans un camp, vaste chantier inutile tenu par des militaires instructeurs fanatisés.

Lire la suite : Libération, 19/01/1995.

* * *

Poussières de vie par Rachid Bouchareb

 

Rachid Bouchareb : « Nous avons reconstitué un camp en pleine jungle pour travailler dans un réalisme total… »

« J’ai souvent tourné avec des non-professionnels. Avec les enfants le travail est difficile, mais ils possèdent deux richesses : leur innocence et leur curiosité » confie le réalisateur de « Poussières de vie ».

« J’ai souvent tourné avec des non-professionnels. Avec les enfants le travail est difficile, mais ils possèdent deux richesses : leur innocence et leur curiosité. Dans ma collaboration avec eux, j’essaie surtout de les accompagner dans la traduction spontanée des sentiments et des émotions qu’ils me donnent sur le plateau ».

Lire la suite : Univers Ciné, 1995.

 

* * *

L’histoire

Son, fils d’officier noir américain, et sa mère, vietnamienne, cherchent à quitter le pays. Mais sans papiers américains, ils sont contraints de rester. En revenant de l’école, Son est embarqué par les bô-doï (soldats vietnamiens) qui ramassent les enfants errant dans les rues de Saïgon. Orphelins, cireurs de chaussures, délinquants, ils sont les « poussières de vie » d’un monde en décomposition. Entassés dans deux camions, quatre-vingts gamins, dont une vingtaine d’Amérasiens, sont transbahutés à travers le pays vers les « camps de rééducation » des hauts plateaux du nord. Arrivés à destination, un camp en pleine jungle, ils sont astreints aux travaux de défrichage et soumis à l’ordre et à la morale révolutionnaires. Toute tentative d’évasion se termine dans la « cage aux tigres » avant le départ définitif vers la « Colline de Fanta » qui se dresse tout près et dont Son percera le terrible secret… Minutieux, il consignera précieusement cet événement dans son journal qu’il tient au jour le jour. Son, Bob et Petit Haï vont alors tenter la folle aventure de l’évasion en construisant un radeau pour descendre la rivière, rejoindre le fleuve, et de là atteindre, Saïgon, la mer, et peut-être même… les États-Unis.

A propos du film
« Le Vietnam et les États-Unis ont voulu effacer ces enfants de leur mémoire, ces « poussières de vie », comme on les appelait à Ho Chi Minh Ville, ex-Saïgon. Ces milliers d’enfants dont le physique et le visage métissé sont une présence trop voyante de la guerre. Alors, ayant retrouvé les mêmes préoccupations chez un autre cinéaste franco-vietnamien, nous avons décidé d’écrire et d’adapter ensemble le roman de Duyên Anh, « La Colline de Fanta« . Tourner ce film était pour moi une continuité par rapport au sujet que j’avais déjà abordé dans « Cheb« , mon précédent film, sur le brassage des races et des cultures. » (Rachid Bouchareb)

Source : Africultures, publié par mangona le 17/10/2006.