Est / Ouest – Đông / Tây : Deux voies pour émanciper le Viêt-Nam

Pour accompagner le séminaire, deux fiches concises sur les deux lettrés modernistes du début du XXe siècle.

Inspiration républicaine à l’Ouest pour Phan Châu Trinh (gauche) et Voyage polito-militaire vers l’Est pour Phan Bôi Châu (droite)

Phan Châu Trinh (1872-1926)

Lettré moderniste, nationaliste réformateur partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’École Libre du Tonkin en 1907 et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le centre du pays. Condamné à mort par le régime colonial puis déporté au bagne de Poulo-Condore et enfin assigné à résidence. Il se rend en France en 1911 et y organise le combat anti-colonial au sein du groupe des « Cinq dragons ». De retour au Viêt-Nam en 1925, il décède un an plus tard à Saigon. Son enterrement donne lieu à de grandes manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, Phan Châu Trinh incarne aujourd’hui l’idéal démocratique. Un prix portant son nom récompense les talents intellectuels vietnamiens et étrangers en Vietnamologie.

  • Les œuvres complètes de Phan Châu Trinh ont été éditées au Viêt-Nam en trois volumes aux éditions de Danang en 2005.
  • Ses textes politiques ont été traduits en anglais par Vinh Sinh et édité en 2009 chez Cornell University puis en édition électronique en 2018. Cet ouvrage a été retraduit et publié en vietnamien en 2018.

Phan Bôi Châu (1867-1940)

Lettré moderniste, patriote, révolutionnaire. Opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial en organisant l’insurrection armée. Promoteur du « Voyage vers l’Est » (Đông Du) au Japon entre 1904 et 1908 pour former les futurs cadres de la révolution vietnamienne. Fonde l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam, monarchiste, en 1904 puis l’Association de Restauration du Viêt-Nam, républicaine, en 1912. S’appuyant d’abord sur le Marquis Cuong De, il change d’orientation après la fondation de la république en Chine par Sun Yat-sen (1911). Arrêté à Shanghai en 1925 sur dénonciation, il est d’abord condamné à mort puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huế en 1940. Auteurs de textes historiques et d’une autobiographie politique. Père du nationalisme révolutionnaire vietnamien, son combat inspire la génération des nationalistes radicaux des années vingt.

  • Les œuvres complètes de Phan Bôi Châu ont été publiées au Viêt-Nam en dix volumes à Huê chez Nhà xuất bản Thuận-Hóa, rééditée en 2000, augmentée d’un 11e volume « Complément 1 » publié chez Nhà xuất bản Lao động en 2012.
  • Son autobiographie a été maintes fois éditée, traduite en français et éditée en 1968 dans la revue France-Asie, traduite en anglais et éditée en 1999  chez University of Hawai’i Press.

On a souvent opposé les vues divergentes entre Phan Bôi Châu, le révolutionnaire et Phan Châu Trinh, le réformateur. Le premier organise la subversion au Japon puis en Chine du Sud, le second milite en Indochine puis en France. Le premier est un activiste clandestin mobilisant son réseau, le second se fait l’avocat du peuple au grand jour. Les deux actions sont complémentaires, l’objectif indépendantiste similaire, mais les modes d’action diffèrent. Les deux hommes se rencontrent à Canton puis au Japon en 1906 et discutent des « affaires du pays ». Phan Bôi Châu expose dans ses mémoires leurs divergences politiques :

[…] nos points de vue étaient inconciliables. Il voulait avant tout renverser la monarchie pour créer une base sur laquelle édifier la souveraineté nationale. Quant à moi, je voulais chasser les Français sans plus tarder et je ne songeai à entreprendre autre chose qu’une fois l’indépendance recouvrée. Il s’opposait avec énergie à mon intention d’utiliser la monarchie ; de mon côté, je ne l’approuvais pas dans ses projets de renversement du trône et de renforcement des droits démocratiques. Bien que nous eussions un même but, nos méthodes d’action divergeaient considérablement. Alors qu’il prenait appui sur la France pour faire tomber le roi, j’entendais d’abord chasser l’étranger pour relever le Viêt Nam. Ces divergences ne l’empêchaient pas néanmoins d’avoir beaucoup de sympathie pour moi. (Mémoires de Phan Bôi Châu, p. 65-66).

Réf. : Phan Boi Châu, « Mémoires de Phan Bôi Châu », traduction et notes de Georges Boudarel, France-Asie / Asia, 194-195, Vol. XII, n° 3-4, 3e et 4e trimestre 1968


3 réflexions sur « Est / Ouest – Đông / Tây : Deux voies pour émanciper le Viêt-Nam »

  1. Bonjour,
    La stratégie de Phan Châu Trinh [PCT] était d’autant plus remarquable que le modèle démocratique que pouvait incarner la France (en soi, ou via son accès sur l’Occident) avait quand même quelques grosses failles, dont celle de la domination coloniale elle-même que subissait pourtant PCT. Même si l’histoire du Vietnam, de fait, semble avoir suivi la voie tracée par Phan Bôi Châu (et à quel prix…), j’ai l’impression que dans la société civile actuelle (et même chez certains responsables politiques) c’est plutôt l’état d’esprit de PCT qui domine aujourd’hui, à l’égard de l’Occident (qui n’est plus la figure emblématique de l’Ennemi à combattre qu’il pouvait incarner il y a quelques décennies encore, chez certains). La mondialisation actuelle favorisant certes cette stratégie (je crois), qui vaut aussi pour le voisin chinois très dominateur.
    Cordialement, Vinh

  2. Merci pour ces informations. Ces deux façons d’imaginer l’avenir du pays ne sont-elles pas encore vives dans le Vietnam contemporain, l’une d’inspiration plutôt tournée vers les voisins asiatiques (la Chine, par exemple), l’autre vers le reste du monde ?
    Cordialement, Vinh

    1. Oui, bien sûr, sans faire d’anachronisme (nous ne sommes plus en situation coloniale), on peut tout à fait trouver des résonances de ce débat jusqu’aux temps présents. Accroché géographiquement à la Chine, la RSVN est désormais bien ancrée dans le giron chinois (politiquement et économiquement) tout en préservant une diplomatie plurielle. Derrière ce débat sur les modèles politico-culturels existants, la question de la nature du régime (autoritarisme vs démocratie) est également posée. A tort ou à raison, Phan Châu Trinh incarne aujourd’hui pour les intellectuels vietnamiens l’idée de concertation, d’éducation populaire et les valeurs démocratiques. FG

Les commentaires sont fermés.