L’année du lièvre : la tragédie cambodgienne en BD – par Case Départ

[ndlr] Le blog Case Départ revient dans cet article sur l’itinéraire du dessinateur cambodgien Chan Visnea alias Tian à l’occasion de la sortie de L’année du lièvre, premier volet d’une trilogie consacrée à l’histoire du Cambodge des Khmers rouges à l’exil. La bande dessinée est préfacée par le cinéaste Rithy Panh. Le second volume est en préparation.

« Eh ben, c’est gai ce que vous êtes en train de raconter ! La torture, tout ça… ». La plume de Guillaume Long se fige un instant, son regard se porte vers sa gauche. Stupéfait, l’auteur du blog À boire et à manger dévisage son voisin de dédicace, un jeune homme d’une trentaine d’année: Tian, auteur du touchant L’année du lièvre chez Gallimard.

Le jeune homme sourit timidement tout en replongeant son pinceau dans ses pastilles de gouache pour terminer une dédicace, un petit garçon ému par le vol d’une libellule.

Tian – Chan Visnea – est né en avril 1975 au Cambodge, sur la route de l’exode auquel sa famille a été contrainte comme tous les habitants de Phnom Penh, la capitale nouvellement « libérée » par les Khmers Rouges.

Pendant cinq ans, la famille survit tant bien que mal sous le régime de Pol Pot. Après la réouverture de la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande en 1979, elle parvient finalement à quitter le pays et trouve refuge en France en 1980.

Lire la suite : Case Départ

Voir aussi :

* * *

L’année du lièvre (Tome 1 – Au revoir Phnom Penh)

Phnom Penh, avril 1975. Les Khmers rouges ont pris la capitale et le pouvoir. Comme tous les habitants de la ville, Lina – sur le point d’accoucher – et sa famille sont dirigées hors de Phnom Penh. Subitement démunis, ils avancent dans la campagne cambodgienne, survivent dans la confusion, et entrevoient peu à peu ce que veut dire cette révolution. S’ils comprennent que leur vie ne sera plus jamais la même, ils sont encore loin d’imaginer la tragédie de leur pays tout entier…

Tian naît au Cambodge en avril 1975, trois jours après la prise du pouvoir par les Khmers rouges. Il arrive en France avec ses parents en 1980 et vit en région lyonnaise, puis rejoint Strasbourg et son école des arts décoratifs. Après son diplôme, en 2001, il retourne pour la première fois au Cambodge et y donne des cours de dessin dans le cadre d’un projet humanitaire qu’il a conçu avec une ONG. Par la suite, il travaille pour la presse jeunesse, œuvre pour Bayard et «Capsule cosmique», prend part à des collectifs comme l’Institut Pacôme, enseigne les arts plastiques, pratique la gravure et la sérigraphie… La volonté de raconter ce que sa famille a vécu en 1975, l’année du Lièvre, le conduit à voyager de nombreuses fois dans son pays natal et à recueillir les témoignages de ses proches. Il signe ainsi son premier livre et commence une trilogie qui fait le récit sensible, à hauteur d’homme, de la vie sous le régime sanguinaire des Khmers rouges.

Feuilleter l’ouvrage : BD Gallimard

Réf. : Tian, L’année du lièvre (Tome 1 – Au revoir Phnom Penh), Paris, Gallimard Jeunesse, coll. Bayou, 2011, 128 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
indomemoires (9 novembre 2012). L’année du lièvre : la tragédie cambodgienne en BD – par Case Départ. Mémoires d'Indochine. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4t1