Cambodge: les enfants retrouvent la mémoire – par Jean-Marc Proust

[ndlr] Article de Jean-Marc Proust publié sur le magazine d’information Slate. L’auteur s’intéresse aux œuvres graphiques de trois auteurs d’origine asiatique Tian, Navy Soth et Loo Hui Phang, tous trois issus de familles marquées par le génocide des Khmers rouges.

 

Le procès des dirigeants khmers rouges a sans doute servi de déclencheur. Aux travaux d’historiens et récits de survivants succèdent aujourd’hui les œuvres d’enfants de rescapés du génocide cambodgien. Ils ont une trentaine d’années et transmettent, à leur tour, la mémoire du drame vécu par leurs familles.

17 avril 1975: les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh. Aussitôt s’instaure un des pires régimes communistes de l’histoire. Il se traduira par la mort d’au moins 1,7 million de personnes (1), soit près d’un quart de la population cambodgienne. Le régime des Khmers rouges est celui d’un communisme agraire radical.

«Dès leur prise du pouvoir, ils réorganisent complètement la société. Les citadins sont forcés de partir vers les campagnes. Ils sont considérés comme le Peuple nouveau ou les 17 avril, l’ennemi sali par les influences étrangères et à rééduquer entièrement. La monnaie est abolie. Les coopératives s’organisent autour des travaux et des champs mis en commun. Des objectifs précis de production sont fixés au plus haut niveau de l’État. Les cadences infernales ne tiennent pas compte de l’affaiblissement d’hommes et de femmes sous-alimentés. Les enfants deviennent les meilleurs outils du parti et doivent dénoncer les ‘’attitudes antirévolutionnaires’’ de leurs parents. Un nouveau vocabulaire balaie les mots, même les plus simples, comme manger, mari et femme, ou encore dormir.» (2)

Lire la suite : Slate. Publié le 25/07/2011.


1 – Entre 1.671 and 1.871 million de tués selon Ben Kiernan.

2 – La machine khmère rouge, Rithy Panh, Flammarion 2003.

 

Cliquez sur l’image pour la regarder en plus grand format.

Références :

  • L’Année du lièvre, Tian, Gallimard, tome 1 / 17 €
  • 100.000 journées de prières, Loo Hui Phang et Michaël Sterckeman, Futuropolis / 20 €
  • Larmes Interdites, Navy Soth et Sophie Ansel, Plon / 21 €.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
indomemoires (9 novembre 2012). Cambodge: les enfants retrouvent la mémoire – par Jean-Marc Proust. Mémoires d'Indochine. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4t0