Lê Xuân Phán : L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Lê Xuân Phán.

Le 31 août 2018 à 14h, M. Lê Xuân Phán soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « L’enseignement du Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945, la formation des intellectuels vietnamiens ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Christine Cornet, professeur à Sciences Po Lyon. La soutenance aura lieu à l’amphithéâtre Benveniste, campus Berges du Rhône.

Membres du Jury :
Christine Cornet, Professeur des Universités, Sciences Po Lyon
Guy Faure, Directeur de recherche émérite, CNRS
François Guillemot, Ingénieur de recherche, CNRS
Phuong Ngoc Jade Nguyen, Maître de conférence HDR, Université d’Aix-Marseille

L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens

Résumé :

Le principal objet de ce travail est l’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale française dans la formation des intellectuels vietnamiens. En effet, dans le bouleversement historique de la période coloniale (1862-1945), la société vietnamienne a connu des transformations radicales. L’enseignement au Vietnam a connu des changements sans précédent. En Cochinchine, après qu’elle soit devenue colonie française (1862-1864), les concours des lettrés ont été supprimés. Au Tonkin et en Annam, après les réformes de 1906 à 1917, le système de l’enseignement traditionnel a été supprimé en 1919. Au début, l’enseignement en langue française a comme but de former des interprètes. Mais seule une partie de la population vietnamienne accepte d’envoyer ses enfants dans les écoles françaises. Après les mouvements vers l’instruction occidentale dirigée par des lettrés dans la première décennie du XXe siècle, la population a changé d’attitude par rapport à l’école française. Avec l’application du Règlement Général de l’Instruction Publique de 1917, le système d’enseignement en français est devenu le seul système de l’enseignement officiel.

Pendant la période 1862-1945, on constate la disparition progressive de la classe des lettrés et l’émergence des nouveaux intellectuels modernes. La majorité des intellectuels de cette période est issue de l’école française en Indochine. Même si le nombre d’écoles est faible, on constate que la qualité est bonne. Les écoles en français au Vietnam 1862-1945, notamment, les écoles post primaires et supérieures, sont des établissements importants pour répandre les connaissances, la culture et les sciences. Les collèges et les lycées franco indigènes sont les lieux d’étude de la majorité des intellectuels vietnamiens formés avant 1945. L’École de Médecine et de Pharmacie, l’École supérieure des Sciences ont formé des chercheurs vietnamiens célèbres. Il y a des professeurs vietnamiens remarquables qui sont issus de l’École supérieure de Pédagogie de l’Indochine. L’École supérieure de Droit d’Hanoi a formé des élites intellectuelles. L’École des Beaux-arts de l’Indochine est à l’origine de la première génération des artistes modernes vietnamiens.

Mots clés : Vietnam, Indochine, enseignement, école, université, intellectuel.

 


2 réflexions sur « Lê Xuân Phán : L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens »

  1. L’abandon des caractères Han a provoqué chez les Vietnamiens une amputation culturelle ; comme les enfants qui naissent avec un handicap qui ne ressentent pas cette perte, les Vietnamiens ne sont pas conscients de la leur.

    Plus aucun Vietnamien ne peut lire aujourd’hui dans leur version originale des œuvres littéraires des siècles passés, ni les innombrables inscriptions qui ornent les pagodes, les temples et les sanctuaires dans les villes et villages du pays. Plus personne ne peut lire les poètes que le pays a produits, ni les annales impériales qui racontent l’histoire du Viêt Nam. Ils ne peuvent pas accéder directement à la littérature chinoise ou japonaise. L’exemple de cette déculturation peut être trouvé dans le site AEJJR :
    Vietnam = Viets du sud
    Phương (de Nam Phương) = direction
    phò mã = celui qui suit le cheval !!!

    Les Vietnamiens pour comprendre leur passé passent à travers les écrits des vietnamologues français mais il semble que la plupart de ces derniers n’aient pas une bonne connaissance des caractères Han ; à l’époque de la colonisation ils faisaient semble t-il appel à leurs traducteurs pour comprendre le sens des mots.

    Un aspect majeur et délétère de cette déculturation, les Vietnamiens croient appartenir à une autre culture que les Chinois, ils gobent aveuglement le mythe des 1000 ans de domination chinoise ; cela aggrave absolument les conflits actuels avec le gouvernement de Pékin.

    Un aspect mineur de cette déculturation :
    pour donner des prénoms à leurs enfants, les gens faisaient appel à des lettrés, bien imprégnés de la culture classique et qui attribuaient des noms ayant référence aux Classiques. Les prénoms vietnamiens modernes sont devenus pauvres et limités tandis que ceux des Chinois sont souvent « fleuris ».

    1. Bonjour, je retrouve bien ici votre parti-pris « pro-chinois » mais sur le fond vous avez raison sur l’importance que revêt cette déchirure culturelle voulue et entretenue par les Français pendant la période coloniale. Comme vous le soulignez l’accès à la culture classique est problématique et aujourd’hui limité à des experts en sinologie ou en Han Nôm. Ceci étant dit, ici aussi, notre compréhension de la culture classique en latin est également réservé à une élite éduquée mais sans doute le lien est maintenu du fait des caractères latins.
      FG

Les commentaires sont fermés.