1948-2018 : 70 ans d’existence du drapeau du Viêt-Nam libre

[ndlr] A l’occasion du 70ème anniversaire du Drapeau du Viêt-Nam libre, initié par l’AGEVP (Association Générale des Étudiants Vietnamiens de Paris) avec le soutien d’autres associations, une grande marche s’est déroulée à Paris le samedi 9 juin 2018.

Le défilé qui serpentait dans le 13e arrondissement a rassemblé environ 450 personnes. Cette manifestation colorée a été un moment fort pour signifier l’attachement des réfugiés vietnamiens et des générations suivantes à un symbole national en vigueur au Viêt-Nam entre 1948 et 1975 et un symbole communautaire pour de nombreux réfugiés politiques après 1975 à travers le monde. Particulièrement importante aux États-Unis, au Canada, en Australie ou en Europe, la communauté vietnamienne reste attachée aux valeurs de liberté, de progrès et de justice sociale du pavillon aux trois bandes rouges.

L’argumentaire de cette manifestation en précisait le contexte :

  • 1948 : le 10 décembre, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme à Paris au Palais de Chaillot.
  • 1948, le 2 juin, six mois plus tôt, le Gouvernement Central Provisoire du Vietnam adopte comme drapeau national « Cờ Càn », le Drapeau Jaune avec trois bandes rouges continues, et comme hymne national « Thanh niên hành khúc », « La marche de la Jeunesse ».

Le choix de ce drapeau est fondé sur sa signification et son symbole : les couleurs jaune et rouge représentent le peuple vietnamien de peau jaune et de sang rouge.

Historiquement, le fond jaune constitue la représentation des différentes dynasties du Vietnam, avec des écritures centrales en rouge variant selon les époques. « Cờ Vàng », le Drapeau Jaune est l’empreinte de l’Histoire vietnamienne et de ses traditions millénaires.

Les trois bandes rouges ont un sens particulier : elles symbolisent la réunification des trois régions, reconnue en 1948 après des décennies de lutte, pour laquelle des hommes et des femmes se sont sacrifiés. Elles incarnent la liberté, la démocratie et la souveraineté :

– Liberté, ou le droit à l’expression de son opinion, dans le respect de l’ordre social,

– Démocratie, où le vote citoyen et le pluralisme politique conditionnent l’évolution sociale et politique du pays,

– Souveraineté, ou le droit et le devoir de préserver son identité, son âme de toute ingérence extérieure.

Mais au Vietnam, qu’en est-il aujourd’hui ?

70 ans après, le Drapeau Jaune flotte toujours, pour nous rappeler la nécessité absolue de ces principes, seuls garants d’un état indépendant de toute puissance étrangère et qui reconnaît à ses citoyens leurs droits humains, civils et politiques.

« Pour un Viêt-Nam libre, démocratique et souverain »… rappelle la grande banderole de début de défilé. Alors que le pays traverse depuis 2011 des périodes de tension liée à l’expansionnisme chinois et que des interrogations se posent de nouveau sur le rôle de l’État-Parti vietnamien face à son grand voisin du nord, ce symbole est réapparu au Viêt-Nam même comme un défi de légitimité.

FG

Photos : © AGEVP

Reportage court :

Reportage de la chaîne STBN :

Reportage de RFA :

Chants de lutte et d’espoir :
;


4 réflexions sur « 1948-2018 : 70 ans d’existence du drapeau du Viêt-Nam libre »

  1. Nguyễn Văn Xuân était fils de grand propriétaire sudiste, il avait la nationalité française et général de l’armée française, il combattit même à Verdun. Son cas est emblématique des péchés originels de l’Etat du Vietnam. Ses congénères les đại điền chủ, la petite classe compradore urbanisée, les petits fonctionnaires les soldats supplétifs des troupes coloniales avaient prêté main forte à l’oppression coloniale mais ils rongeaient leur frein. En 1948, pour désamorcer leur frustration et éviter qu’ils ne se rebellent de leur côté, les colonialistes leur ont fait entrevoir la possibilité de l’octroi de l’indépendance et la transmission du pouvoir entre leurs mains mais les accords de la baie d’Along n’ont pas été appliqués sincèrement par les colonialistes. Vu ces débuts peu prometteurs, on ne s’étonne pas que le drapeau « cờ vàng ba que » a vu ensuite l’échec de la République du (sud)-Vietnam. Comment les semblables de Nguyên Van Xuân de l’Etat du Vietnam puis leurs successeurs de la République du sud Vietnam pouvaient prétendre incarner le nationalisme vietnamien ? En face, il y avait le drapeau Viêt Minh qui allait flotter sur Dien Bien Phu ; il y avait les membres du Politburo qui cumulaient entre eux 200 ans de prison ou de bagne colonialiste.

    1. Merci pour ce rappel biographique sur Nguyên Van Xuân. Vous avez raison, la France et surtout Bao Dai avaient besoin de ce type de profil tenant d’un « Viêt-Nam français » pour effectuer la transition entre la République autonome de Cochinchine, sécessionniste, créée en juin 1946 dans le dos de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN, 2 septembre 1945) et l’élaboration de l’Etat du Viêt-Nam, contre-feu nationaliste à la RDVN de Hô Chi Minh. L’objectif de Bao Dai étant aussi de réunifier le pays de son ancêtre Gia Long avec le retour de la Cochinchine (seule colonie française de l’Indochine) dans le giron du Viêt-Nam. L’échec n’est pas tant dû, à mon sens, à cette genèse marquée du sceau français mais plutôt à la fracture existante au sein des nationalistes non communistes (en gros entre partisans du nationalisme inclusif VNQDD/Dai Viêt, ceux du nationalisme exclusif du Nhân Vi Cach Mang de Ngô Dinh Diêm et les nationalistes modérés attachés à maintenir des liens avec la France). L’Etat du Viêt-Nam n’a pu résoudre ces contradictions internes (lutte contre le communisme ou lutte contre la France, quelle priorité ?) d’autant plus que la guerre coloniale s’est rapidement transformée en « front chaud de la Guerre froide » et en un conflit fratricide entre partisans d’un national-communisme (nationalisme de gauche, léniniste) et d’un nationalisme non communiste (globalement marqué à droite). FG

  2. Bonjour, Merci pour ces infos, et quelques questions sur elles.

    1) « Le 2 juin 1948, le Gouvernement Central Provisoire du Vietnam adopte le drapeau national Cờ Càn »: quel était la place, l’importance et le rôle de ce GCP, par rapport au Pouvoir Colonial et au Viet Minh ?
    2) « Les trois bandes rouges symbolisent la réunification des trois régions, reconnue en 1948 » : reconnue par qui, et quand ?

    Merci pour l’éclairage. Cordialement, VB

    1. Bonjour, je réponds succinctement ci-après et vous renverrai vers des ouvrages anciens sur ces questions.

      1) Le 6 décembre 1947, l’ex-empereur Bao Dai, ancien conseiller suprême du gouvernement de la RDVN, se rend en Baie d’Along sur invitation d’Émile Bollaert, Haut-Commissaire de France en Indochine, pour négocier son éventuel retour dans le cadre d’une reconnaissance officielle par la France de l’indépendance et de l’unité du Viêt-Nam. Cette reconnaissance déjà prévue dans les accords du 6 mars 1946 avec le gouvernement Hô Chi Minh a été torpillée par la mise sur pieds de la République autonome de Cochinchine le 1er juin 1946. Alors que la guerre a éclaté avec la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN), l’objectif de Bao Dai est reprendre les négociations sur les questions de l’unité et de l’indépendance. Pour ce faire, il s’appuie sur le Sud et délègue au général Nguyen Van Xuan la constitution d’un Gouvernement central provisoire du Viêt-Nam (GCP), premier pas pour résoudre le problème de la division du Viêt-Nam. Le GCP est officiellement constitué le 23 mai 1948. Le rôle du GCP est transitoire avec pour effet direct de dissoudre la République de Cochinchine (dissidente) et doit aboutir à la constitution du Premier gouvernement de l’État associé du Viêt-Nam en 1949 (suivant les Accords du 8 mars 1949). La Cochinchine est rattachée au Viêt-Nam en juin 1949 (décision de l’Assemblée nationale en France qui abandonne définitivement son ancienne colonie).

      L’article 2 de l’Ordonnance n° 1 de l’État du Viêt-Nam rappelle son rôle : « Le GCP du Viêt-Nam, présidé par le Général Nguyen Van Xuan, a pour mission de négocier avec la France, de restaurer la paix, d’organiser les pouvoirs publics, de préparer dès que possible les élections à une Assemblée constituante chargée d’élaborer la future Constitution du Viêt-Nam ». Pour des raisons liées à l’évolution de la guerre et aux ambiguïtés françaises quant au statut réel du Viêt-Nam, il ne sera pas en mesure de mettre en œuvre ces différentes missions.

      2) La première mention de ce drapeau apparaît dans l’Ordonnance n° 3 du 2 juin 1948 fixant le statut provisoire du Viêt-Nam. L’article 3 stipule : « L’emblème national est un drapeau sur fond jaune dont la hauteur est égale aux deux tiers de la largeur, comportant, dans sa partie médiane, sur toute sa largeur, trois bandes rouges horizontales ayant chacune une hauteur égale au quinzième de la hauteur totale et séparées l’une de l’autre par des espaces d’égales dimensions. L’hymne national est le « Thanh-nien hanh-khuc ». Cette Ordonnance est abrogée le 8 juin 1948, remplacée par l’Ordonnance n° 5 du 14 juin 1948 portant sur l’organisation provisoire des pouvoirs publics du Viêt-Nam mais l’article 3 reste inchangé.

      Les Etats concurrents pour l’indépendance du Viêt-Nam, à savoir la RDVN (République Démocratique du Viêt-Nam), fondée le 2 septembre 1945 et présidée par Hô Chi Minh et l’État du Viêt-Nam (Quôc Gia Viêt Nam), établi en 1948 lors des négociations franco-vietnamiennes et présidé en 1949 par Bao Dai furent officiellement reconnus en janvier/février 1950 par les États les soutenant dans le cadre de la Guerre froide (Chine et URSS pour la RDVN, États-Unis, Thaïlande… pour l’État du Viêt-Nam.

      Sur le GCP voir principalement Philippe Devillers, Histoire du Viêt-Nam de 1940 à 1952 (Seuil, 1952), Paul Isoart, Le phénomène national vietnamien (LGDJ, 1961). Une thèse américaine est en cours sur la constitution et le rôle de l’État du Viêt-Nam (1948-1954). Pour une vue générale, voir aussi le chapitre 4 de mon ouvrage Viêt-Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018). D’autres références sont indiquées dans ma bibliographie en ligne : VIÊT-NAM : RÉVOLUTION, GUERRE ET SOCIÉTÉ – REPÈRES BIBLIOGRAPHIQUES (rubrique 17).
      Les sources juridiques officielles de l’État du Viêt-Nam sont compilées dans Quôc-Gia Viêt-Nam / État du Viêt-Nam, Hanh-chinh phap-diên (quyên 1) / Code administratif (tome 1), Saigon, Nha in cac Công-Bao / impr. des J.O., 1953.
      FG

Les commentaires sont fermés.