Benjamin Stora : « L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires »

[ndlr] Entretien intéressant avec Benjamin Stora dans La Marseillaise.

A l’occasion de la retraite universitaire de Benjamin Stora, le Mucem a accueilli cette semaine un colloque international rendant hommage à ses travaux. Mais la venue de cet historien spécialiste de la guerre d’Algérie a déclenché certaines indignations sélectives qui démontrent encore la nécessité de la construction d’un « récit commun ». Dans le but d’établir la vérité des faits et apaiser les mémoires.

Beaucoup de grands historiens on été engagés. Marc Bloch, contre le nazisme, Pierre Vidal-Naquet, Albert Soboul, François Furet ou encore Michelet qui était pour la Révolution française. Me faire le reproche d’être un historien engagé, c’est du coup aussi leur reprocher d’avoir été engagés pour la République, la résistance. L’engagement est une tradition française. A croire que ces gens-là ne connaissent pas l’histoire culturelle française. Il y avait d’ailleurs également des historiens engagés à droite ou l’extrême-droite comme Taine. Il y a un grand historien français engagé à droite, Raoul Girardet, qui était pour l’Algérie française. Il a produit des récits très intéressants sur l’histoire coloniale. Je ne vais pas les nier. Je les regarde même si je ne suis pas d’accord avec lui. L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires. Maintenant, la grande question consiste à approcher au plus près l’aspect scientifique avec les archives, les preuves, la cohérence du récit, donner la parole à tous les points de vue, les confronter… C’est cela le travail de l’historien.

[…]

Lire la suite : La Marseillaise, 02/06/2018.


2 réflexions sur « Benjamin Stora : « L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires » »

  1. Bonjour,
    Les questions de La Marseillaise, dont les orientations partisanes sont très connues, illustrent à bon escient que l’Historien (tout comme le Journaliste) peut avoir des parti-pris politique. Stora nous a démontré pourtant que cela n’empêchait pas le souci et la réalité du travail scientifique. On ne peut malheureusement pas en dire autant de La Marseillaise: l’insistance du journaliste à pousser Stora à qualifier la colonisation de Crime contre l’Humanité prouve bien que certains sont vite tentés de porter un jugement moral hâtif sur le passé (voire sur le présent) et surtout…très politiquement sélectif. Peut-on imaginer un journaliste de La Marseillaise poussant un historien à qualifier les politiques communistes appliquées dans certains pays de Crimes contre l’Humanité ? Ou, tout simplement (et scientifiquement), à essayer de repérer dans l’histoire de l’humanité les relations internationales (ou inter-communautaires, ou inter-tribales) qui échappent à notre moderne définition de Crime contre l’Humanité ? Merci. VB

    1. Bonjour, vous avez parfaitement raison, merci pour votre commentaire. Je me suis abstenu d’accompagner ce billet d’un avertissement critique mais le sujet mérite discussion. FG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *