Viêt-Nam, Binh Thuân : après le réveil, la colère du peuple ?

[ndlr] La grande manifestation nationale du dimanche 10 juin 2018 s’est poursuivie le 11 juin dans un climat de violence dans la province de Binh Thuan. En particulier, à Phan Ri une explosion de colère a fait battre en retraite les forces de sécurité (CRS locaux) chargées  de la répression. Le siège de la Sécurité publique de la province de Binh Thuan a été incendié. Images et documentaires de VOA.

    Giáo sư Tạ Văn Tài: Biểu tình là ‘dấu hiệu cho nhà cầm quyền phải tỉnh ngộ

    Dân Bình Thuận cảnh báo ‘lại biểu tình’ nếu bị ‘truy bắt’

    Biểu tình ở Bình Thuận, chính quyền vỡ trận

    Biểu tình trên cả nước
    Image « à la une » © 2018 VOA


4 réflexions sur « Viêt-Nam, Binh Thuân : après le réveil, la colère du peuple ? »

  1. Dans le cas de Binh Thuan il est à noter qu’il semble bien que contrairement aux villes ce soit essentiellement des travailleurs pauvres qui ont affronté la police. Y a-t-il un contentieux particulier dans cette région ? Y a-t-il un rapport avec les problèmes liés à la pêche en mer ? Sachant que dans les provinces du Quang Nam et Quang Ngay situées un peu plus au Nord il y a eu de multiples incidents avec la marine chinoise (morts et destructions de bateaux). L’inertie des autorités à ce sujet a souvent été dénoncée, faute de plus de détails ça peut être une piste pour comprendre pourquoi la manifestation a été violente à cet endroit. Ceci dit les affrontements violents avec la police ne sont pas rares ces dernières années que ce soit dans le cadre de manifestations ou à la suite de faits divers. Y compris d’ailleurs la séquestrations de policiers. Le fait que ces évènements soient survenu lors des gigantesques manifs expliquent leur médiatisation mais ce n’est pas un cas exceptionnel.

    1. Les réactions de deux manifestants interviewés à Binh Thuân sont très basiques : « 99 ans pour quoi faire ? » ; « ne pas laisser les Chinois envahirent notre pays » ; « l’État vietnamien doit protéger le peuple » ; « s’ils décident de ‘vendre le pays’, les habitants du centre du pays se dresseront contre l’invasion »… Mais effectivement comme le rappelle Dominique Foulon, c’est une accumulation de facteurs : conditions de vie de la population côtière confrontée ces dernières années à la pollution maritime et à la pression chinoise en mer, corruption de l’élite dirigeante, dégradation des rapports entre l’État-Parti et sa population sur les questions foncières, de gestion locale ou d’application de directives. Du « top down » sans pédagogie et avec une bonne dose d’arbitraire. FG

  2. Bonjour,
    Des mouvements de nature nationaliste (contre les zones économiques spéciales réservées à la Chine) ? Ou plutôt des mouvements sociaux et politiques relatifs à des tensions internes à la société vietnamienne ?
    Merci pour un éclairage éventuel…
    Vinh

    1. Bonjour, dans le cas précis de la province de Binh Thuan, les deux aspects sont liés : nationalisme anti-chinois et attaques des institutions de l’Etat-Parti communiste (sièges du comité populaire et de la sécurité publique, incendies de voitures). FG

Les commentaires sont fermés.