Viêt-Nam : le réveil de la rue

[ndlr] Au Viêt-Nam, le projet de création de trois zones économiques spéciales qui pourraient être cédées à la Chine pour une durée de 99 ans est en cours de discussion à l’Assemblée nationale. De nombreux experts économiques et spécialistes ont souligné les dangers potentiels d’un tel projet tant sur les plans économiques, sociaux que stratégiques pour la sécurité nationale. Le 6 juin un appel à manifester a été lancé sur les réseaux sociaux. Bilan provisoire.

Une grande manifestation nationale, pacifique, s’est déroulée le dimanche 10 juin dans les principales villes du Viêt-Nam. Hanoi, Saigon mais aussi Vinh, Danang, Nha Trang, Mytho… Des reportages vidéographiques sur le vif ont envahi la toile. Si Hanoi n’a rassemblé que quelques dizaines de manifestants rapidement réprimés, on observe une forte mobilisation à Saigon, Mytho, dans le diocèse de Vinh, dans la province de Nghê An et surtout à Nha Trang où des milliers de gens sont descendus sur le bord de mer.

Armés de leurs téléphones portables, les citoyens témoignent de la mobilisation tout en commentant les événements. Les images de la répression se diffusent sur la toile.

A l’étranger, à Paris le samedi 9 juin, aux États-Unis, à Washington, au Texas ou à Little Saigon de nombreux Vietnamiens ont également exprimé à la fois leur rejet du projet des zones économiques spéciales et de la dictature politique au Viêt-Nam. Le mouvement de protestation touche aussi les communautés vietnamiennes en Asie, au Japon ou à Taïwan.

Le Viêt-Nam n’avait pas connu une telle mobilisation transnationale depuis les manifestations anti-chinoises de 2014. Il y a quatre ans, ces manifestations concernaient la question de la Mer de Chine méridionale, « Mer de l’Est » pour les Vietnamiens. Aujourd’hui, la rue proteste comme l’implantation d’enclaves chinoises exclusives sur le territoire vietnamien. Ces trois zones économiques spéciales au nord, centre et sud, sont vues comme la démonstration d’une stratégie impérialiste « soft » de la République populaire de Chine au Viêt-Nam.

Il y a quatre ans, la protestation concernait la politique de fait accompli de la Chine sur l’espace maritime commun aux pays d’Asie du Sud-Est. Aujourd’hui, il s’agit d’un choix à prendre par le gouvernement vietnamien qui impacte la société dans son ensemble. Autrement dit, se joue aussi le degré d’allégeance de l’Etat-Parti vietnamien à son homologue chinois.

FG, MàJ 11/06/2018

 

Nha Trang

Saigon


Déploiement policier à Saigon / HCM-Ville

My Tho

Hanoi

Pour suivre l’ensemble de ces manifestations, reportage sur Dân Làm Báo : Việt Nam & Hải ngoại đồng lòng biểu tình chống Đặc Khu Bán Nước

Et pages spéciales sur la BBC (programme en vietnamien) :

Autres pages spéciales :

Công an đàn áp biểu tình phản đối luật Đặc khu và An ninh mạng, RFA, 10/06/2018.

Việt Nam : Biểu tình ở nhiều nơi phản đối dự luật 3 đặc khu, RFI, 10/06/2018.

Việt Nam biểu tình đồng loạt chống Luật Đặc Khu, VOA, 10/06/2018.

A suivre.


2 réflexions sur « Viêt-Nam : le réveil de la rue »

  1. Après les infâmes guerres de l’Opium, la Chine a été forcée de concéder des concessions (tô gioi) aux Occidentaux et Japonais. Vers 1980, Deng siao Ping pour développer le pays a instauré des zones économiques spéciales dont la première fut Shen zhen (Thâm Xuyên) et invité les investissements étrangers dont Taiwan.

    Aujourd’hui, en Chine, on parle de free trade zones ; je ne connais pas la différence entre les FTZ et les SEZ. Il y en a une FTZ au Fou kien réservée aux investissements taiwanais (plus de 5000 entreprises taiwanaises y participent en 2008). Il y en a une aux Philippines et plein d’autres en Afrique. Il y a des zones spéciales partout, pourquoi pas au Viêt-Nam ?

    Les zones spéciales prévues au VN ont un bail de 99 ans, sont ce des SEZ ou des FTZ, est-ce dangereux ou profitable ? Si on y regarde le problème sous une autre perspective (l’économique), qu’y aurait-il de mal à se réintégrer avec la Chine comme les Cantonais ? On est dans la globalisation économique, il n’y a plus de nationalisme. On nous parle tout le temps de rejoindre le niveau des Sud-Coréens. Le revenu mensuel moyen des VN est de 100 à 300 euros, quel est celui du chinois moyen et du cantonais moyen, 400 à 600 ? Avant de rejoindre les Coréens, essayons d’atteindre les Chinois : « gặp người sang tại sao không quàng làm họ ».

    Il parait qu’au VN dans les zones touristiques les gens apprennent tous le mandarin pour trouver du boulot dans les services. Les enseignes des magasins y sont en caractères Han. Je suis allé l’autre jour aux Galeries La Fayette à Paris ; l’année dernière, derrière les différents comptoirs, le quart des vendeuses étaient chinoises, maintenant c’est 60% au moins. Les manifestations actuelles semblent relever de l’hystérie anti-chinoise primaire, sans aucune réflexion.

    D’après Trân trong Kim, « người VN mình phần nhiều là dòng dỏi người Tàu sang sinh cơ lập nghiệp rồi thành ra ng bản xứ ».

    1. Merci pour cette remise en perspective. Le problème qui se pose au Viêt-Nam est multiple. La comparaison avec les années 1980 est trop lointaine et la situation économique des deux pays a considérablement évoluée. C’est justement parce que les Vietnamiens sont sensibles à l’histoire qu’il y a une telle réaction. N’oubliez pas la politique de fait accompli en Mer de Chine méridionale et la construction de structures militaires sur des îlots (certes perdus mais) toujours revendiqués par la RSVN et la crise maritime de 2011-2014. Il y a donc une méfiance légitime sur les ambitions chinoises en Asie du Sud-Est.

      Les aspects profitables en termes économiques semblent réels mais tout aussi discutables (cela anime différents articles publiés au Viêt-Nam) quant aux aspects purement géopolitiques il y a une véritable interrogation, voire un rejet. Le député Duong Trung Quoc (dont le prénom signifie paradoxalement le mot Chine) a également souligné la signification historique de ce qui est en train de se mettre en place. La RSVN est-elle dans une joute à égalité ? certes non, d’où cette peur « de se faire avaler » et cette résurgence d’une forme de nationalisme.

      En Europe, le fait de parler chinois pour accueillir des touristes chinois ne pose pas de problème; il n’y a pas cette proximité territoriale, ce voisinage imposant en terme de migrations massives vers ces futures zones. Dans tous les cas, ce qui se passe est intéressant à suivre. FG

Les commentaires sont fermés.