Belles perspectives… : discours officiel vietnamien et contre-discours à l’occasion du partenariat France Viêt-Nam

[ndlr] Nous publions sur ce billet les deux discours qui se sont croisés (et percutés) à l’occasion de la venue en France de Nguyen Phu Trong, le Secrétaire général du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) du 26 au 28 mars 2018. Ce voyage officiel du « numéro un » de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) a été organisé dans le cadre des célébrations du 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et le Viêt-Nam (1973) et du 5e anniversaire du Partenariat stratégique signé à Paris le 25 septembre 2013.

La voix du dirigeant…

Le premier texte intitulé « Belles perspectives des relations vietnamo-françaises » est une tribune officielle du Secrétaire général du PCV publiée par le journal Le Monde dans sa rubrique « Publicité ». Il s’agit plus précisément d’un publi-communiqué, une technique de marketing plutôt prisée par les entreprises1. Car vous l’avez compris, cette publicité payante2 vise à promouvoir les relations franco-vietnamiennes dans le cadre du Partenariat stratégique signé entre les deux pays en septembre 2013. C’est donc un exercice (assez rare de nos jours) de propagande d’État. Le chef d’un État-Parti, le PCV étant l’unique parti politique autorisé au Viêt-Nam, s’accorde cette façade publique dans la presse française pour faire entendre la voix officielle du Parti au pouvoir. La méthode est surprenante mais inscrite dans les pratiques habituelles de l’État-Parti vietnamien vis-à-vis de sa presse nationale. A quand une tribune payée par d’Erdogan pour promouvoir les relations européano-turques ? Ou celle du nouveau Grand Timonier chinois Xi Jinping pour vanter sa vision géopolitique du monde ? Les lecteurs du Monde ne peuvent être dupes de cet exercice d’autopromotion mais surtout, se demande-t-on, sont-ils le bon lectorat ? Car l’objectif n’est-il pas in fine d’inciter les chefs d’entreprise français à investir massivement au Viêt-Nam… après le RV manqué des années 1990-2000 ?3. Une publicité moins ostentatoire publiée dans Les Échos ou les grandes revues économiques françaises auraient été sans doute plus appropriée. En outre, cette tribune ne laisse plus aucun doute sur la primauté du Parti sur l’État vietnamien et de son dirigeant, « le vrai patron du Viêt-Nam » dont le portrait figure au centre de la tribune4. Mais il n’est ici question que de forme, je laisse nos lecteurs lire en ligne ce plaidoyer en trois parties pour une consolidation de nos relations.

Page du journal Le Monde, lire le texte en ligne sur Le Courrier du Vietnam

L’objectif pour le Viêt-Nam de faire « miroiter son dynamisme économique à Paris, » comme le présente Yves Bourdillon dans Les Échos a, semble-t-il, reçu un bon accueil puisqu’il a permis la signature de contrats importants avec les groupes EDF, Bouygues, Airbus et Safran rehaussant le très faible pourcentage d’échanges entre nos deux pays5. En effet, comme le rappelle le dirigeant communiste « la valeur des échanges commerciaux reste modeste et ne représente que 1% de la valeur totale des exportations et importations du Viêt Nam« . Les historiens et analystes s’accordent sur le fait que le recentrage du Viêt-Nam sur l’Asie opéré dans à partir des années 1990 a laissé la France sur le bord du chemin.

vs la voix des dissidents

Cette publicité officielle de l’État-Parti est percutée par un discours concurrent émanant des organisations de défense des droits de l’homme. Un premier texte très documenté sous la forme d’une « Lettre ouverte au Président de la République Française » a été publié le 26 mars par la Fédération Internationale des Droits de l’Homme pour rappeler l’incongruité qu’il y avait à inviter un chef de Parti comme un Chef d’État alors que la « répression en cours » s’avère être « une des pires depuis l’ouverture économique du Dôi Moi en 1986 ». Et la lettre ouverte de revenir en détail sur la répression « pensée, planifiée et organisée » qui s’exerce sous la mandature de M. Trong contre la société civile vietnamienne en rappelant les condamnations de quelques figures récentes parmi les 130 prisonniers de conscience aujourd’hui incarcérés6. Un second texte, émanant des ONG Reporters sans frontières (RSF), de l’ACAT (Action by Christians for the Abolition of Torture) et de l’organisation politique Viêt Tân a été publié sur les sites de ces organisations sous la forme d’un communiqué de presse conjoint le 23 mars 2018. Comme pour le précédent texte de la FIDH, celui-ci insiste sur la répression actuelle contre les blogueurs, dissidents politiques et activistes sociaux et rappelle les mauvaises conditions de détention de certains d’entre eux. Le 23 mars, RSF appelait les autorités françaises « à poser les questions interdites » au Secrétaire général du PCV « sur l’état déplorable de la liberté de la presse dans son pays »7. Ces contre-discours qui interviennent à un moment clé visant à revigorer les relations franco-vietnamiennes démontre une fois de plus que l’État-Parti ne peut plus fonctionner en autarcie sans prendre en compte les améliorations attendues et réclamées par ses propres citoyens sur le plan des libertés civiques.

Que retient-on de ces deux discours ? Tout d’abord une certaine complémentarité. Si le bilan économique positif du Renouveau (Dôi Moi, décrété en décembre 1986) est dûment souligné et avéré, il doit s’accompagner d’une transformation du régime comme l’ont réclamé les intellectuels les plus en vue, rédacteurs de la « Motion 72 » exigeant une refonte politique du régime, lors de la refonte de la constitution en 2013 8. Les appels de personnages clés comme l’économiste Lê Dang Doanh pour s’acheminer vers un Second Renouveau, à la fois économique (sur le plan structurel) et politique (sur le plan des institutions), permettant de libérer les énergies et de se débarrasser du carcan sécuritaire, restent lettre-morte9.

« Le sourire que tu envoies revient vers toi »

C’est avec ce sympathique proverbe hindou que le Président de la République, Emmanuel Macron, a terminé son discours à l’Élysée le 27 mars 2018 célébrant les cinq ans du partenariat stratégique franco-vietnamien. Ce beau discours plein d’espoir est néanmoins terni par un climat politique général alourdi. Depuis 2013, le pouvoir vietnamien a durci sa législation sur l’utilisation d’internet et a neutralisé la plupart des blogueurs et lanceurs d’alerte10. Une force dénommée « Force 47 » et dépendant de l’Armée populaire, annoncée le 25 décembre 2017, est dédiée au nettoyage des avis critiques sur la toile11. Du côté des affaires interne du Parti, c’est aussi le verrouillage. De nouvelles dispositions ont été décrétées (Décision 102-QD/TW) pour sanctionner plus lourdement les dérives économiques ou politiques des membres du parti12. La peur de « l’auto-évolution pacifique » des membres du PCV vers une émancipation politique inquiète toujours autant les dirigeants actuels. L’action de la dissidence, si mince soit-elle et souvent initiée par de jeunes activistes, est rapidement circonscrite et réprimée. L’ACAT rappelle dans son communiqué qu’en 2017, « Hanoi a lancé la pire vague de répression contre la liberté d’expression depuis vingt ans. Au moins 25 blogueurs, défenseurs des droits de l’homme et militants pro-démocratie ont été arrêtés ou déportés ». L’association en appelle au « devoir moral » de la France et de ses partenaires européens pour signifier aux dirigeants de la RSVN que de telles pratiques autoritaires doivent cesser. Si l’objectif affiché est « le renforcement de la relation [vietnamo-française] dans tous les domaines »13 cette exigence fait sens.

Le programme politique d’Emmanuel Macron « Révolution » traduit en vietnamien et diffusé au mois de mars 2018 au Viêt-Nam, accompagné d’un message explicite de Barack Obama en couverture « Il faut se battre pour la liberté – N’ayez pas peur ! » (Plus percutant qu’une page de pub dans le Nhân Dân [Le peuple], organe officiel du PCV…)

Et il y aurait beaucoup à dire sur la promotion de l’innovation du côté vietnamien car si les partenariats scientifiques se passent bien du côté des sciences dures, médicales et des sciences naturelles, il est beaucoup plus délicat de monter des projets innovants au sein des universités vietnamiennes dans le domaine des sciences sociales et humaines comme l’a démontré le projet d’un enseignement supérieur non-lucratif  porté par Mme Bui Tran Phuong, l’ancienne rectrice francophone de l’université privée Hoa Sen 14. L’expulsion manu militari du Viêt-Nam en juin 2017 du dissident Pham Minh Hoang, professeur de mathématiques dans une université à Hô Chi Minh-Ville et citoyen franco-vietnamien déchu de sa nationalité vietnamienne par le pouvoir en place, n’est pas non plus un signe encourageant15.

C’est dans ce contexte répressif que la RSVN entend promouvoir les « belles perspectives » d’avenir entre les deux pays et d’inciter les entreprises françaises à s’impliquer davantage dans l’économie vietnamienne. Est-ce bien réaliste ? Si la France, pragmatique, ne voit le Viêt-Nam que comme une opportunité pour investir l’Asie du Sud-Est, le pari moral et historique est risqué. La tâche « franco-vietnamienne » est donc immense et il ne suffira sans doute pas seulement d’un « sourire mutuel » (même si cela peut aider) pour engager le Viêt-Nam vers une nouvelle réforme à la fois politique et économique.

FG

MàJ 29/03/2018.

Annexe vidéographique et texte de la déclaration conjointe (sur le site de L’Élysée, 27/03/2018) :

Lectures :

Deux ouvrages à lire pour comprendre l’histoire contemporaine du Viêt-Nam :

  • Benoît de Tréglodé (sous la dir.), Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Libre cours », 2018. (12 auteur.es)
  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines et sociales », 2018.

Notes

  1. Cette pratique, autrefois utilisée par les groupes pharmaceutiques ou les compagnies touristiques pour vanter leurs produits commerciaux est aujourd’hui déclinante []
  2. A hauteur de 150.000 euros selon le dissident Pham Minh Hoang, en exil forcé : « Hai tấm hình: Sự khác biệt không chỉ 150 ngàn Euros, » Viêt Tân, 28/03/2018 []
  3. Voir l’extrait souligné par Miche De Grandi dans la chronique « Le livre du jour » : « Pourquoi la France a perdu pied au Viêt Nam, » Les Échos, 27/03/2018 []
  4. Cf. « France: le chef des communistes vietnamiens reçu à l’Elysée, » RFI, 28/03/2018 []
  5. Cf. « La France signe pour plusieurs milliards d’euros de contrats avec le Vietnam, » BFM Business, 27/03/2018 []
  6. Cette Lettre est signée conjointement par la FIDH, La Ligue des Droits de l’Homme et l’ONG vietnamienne Quê Me / Vietnam Committee on Human Rights []
  7. Cf. « Vietnam : la France doit interpeller le chef du Parti communiste sur la répression de la liberté de la presse, » RSF, 23/03/2018 []
  8. « Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp, » Mémoires d’Indochine, 07/02/2013 []
  9. Voir son entretien à la BBC en 2015 : « Việt Nam đang rất cần cuộc ‘đổi mới lần hai’, » BBC Tiêng Viêt, 19/08/2015 []
  10. Voir sur ce sujet notre article : « Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du ‘Décret 72’, » Mémoires d’Indochine, 09/08/213 []
  11. Voir Mai Hoa, « Hơn 10.000 người trong ‘Lực lượng 47’ đấu tranh trên mạng, » Tuoi Tre, 25/12/2017 []
  12. Voir « Toàn văn Quy định xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm, » VietnamNet, 07/12/2017 []
  13. « Viêtnam : La France doit exiger le plein respect des droits de l’homme, » ACAT, 26/03/2018 []
  14. Sur le renouveau éducatif promue par la rectrice, historienne, docteur de l’Université Lyon 2, voir les deux entretiens en ligne : Huy Quân, « TS.Bùi Trân Phượng, Hiệu trưởng Trường Đại học Hoa Sen: ‘Phải đúng nghĩa giáo dục và đúng nghĩa đại học’«  » HSU, 11/10/2017 et Quang Tuan, « Hoa Sen: Non-profit university orientation« , The Saigon Times, 09/07/2015 []
  15. Cf. Harold Thibault et Bruno Philip, « Au Vietnam, la répression des blogueurs s’intensifie, » Le Monde, 21/07/2017 []