Hwang Sok-Yong, L’Ombre des armes – Recension de Julia Fournier

Recension de : Sok-Yong Hwang, L’ombre des armes, 1992, Édition Zulma, 2003, traduit du coréen, 672 pages.

La présence sud-coréenne dans la guerre du Vietnam

Sous le régime du dictateur Park Chung-Hee, la Corée du Sud participe aux côtés des États-Unis à la Guerre du Vietnam. L’envoi de troupes coréennes en septembre 1964 au Vietnam se fait en échange de promesses d’aides financières et d’investissements dans les consortiums internationaux par les États-Unis. Environ 300 000 soldats sud-coréens ont combattu, c’est le 2ème plus gros bataillon défendant le Sud-Vietnam après les États-Unis.

Trois divisions sud-coréennes d’intervention se distinguent : The Tiger Division, The Blue Dragons, et The White Horse. L’armée coréenne était redoutée des Vietnamiens et reconnue des Américains. En effet, sur le terrain les divisions coréennes pratiquent l’art martial du Taekwondo et usent de stratégies très bien coordonnées ne laissant aucune chance à l’adversaire. Des villages vietnamiens étaient réduits en cendre, et les chefs de villages exécutés et leurs corps disposés comme exemple. Une armée efficace mais cruelle.

Malgré la forte présence de l’armée coréenne dans la guerre du Vietnam, le grand public n’en a généralement pas connaissance. De même, les actes que les soldats sud-coréens ont commis ne sont pas connus ni enseignés dans les manuels scolaires des élèves sud-coréens. Il y a, encore aujourd’hui, une guerre de mémoire entre le Vietnam et la Corée du Sud sur ce sujet. Les victimes vietnamiennes attendent une reconnaissance.

Hwang Sok-Yong, un écrivain militant aujourd’hui incontournable

Hwang Sok-Yong est né en 1943 en Mandchourie alors occupée par l’armée japonaise. Il a passé son enfance en Corée du Nord et s’exile avec ses parents à Séoul en 1950. Il fait des études en philosophie à l’université de Dongguk et est emprisonné en 1954 pour des raisons politiques. En 1966-1967, Hwang Sok Young a 23 ans et est envoyé combattre à contrecœur aux côtés des Américains dans la guerre du Vietnam. Il a combattu avec le contingent coréen à Da Nang.

« Quelle différence peut-il bien y avoir entre la génération de mon père enrôlée au sein de l’armée japonaise pour servir les ambitions impériales japonaises, et ma génération, mêlée à la guerre du Vietnam aux côtés des Américains pour établir « un axe américain » en Extrême-Orient pendant la Guerre Froide? » (Hwang Sok-Yong, The Old Garden, Seven Stories Press, page 540).

Au Vietnam Hwang Sok-Yong a fait partie d’une unité chargée du « nettoyage ». C’est à dire de l’effacement des preuves de massacres civils, en contact constant avec la mort et en témoin direct de massacres. Il écrit La pagode en 1970 basée sur ces expériences et remporte le prix littéraire du Chosun Ilbo (nom d’un journal sud-coréen).

En 1970, il publie notamment la nouvelle Monsieur Han, histoire d’une famille séparée par la guerre de Corée. C’est son livre le plus connu et celui qui ouvre sa carrière littéraire. En 1974, il édite un recueil de trois nouvelles Sur la route de Sampo puis une nouvelle Jang Gil-san qui fut publiée entre 1974 et 1984 en série dans un quotidien. Hwang Sok-Yong écrit des romans faisant parabole aux évènements historiques qu’il a vécu ainsi qu’à ses expériences personnelles. Bien que fictives, ses œuvres sont des témoignages indirectes et des best-sellers en Corée du Sud. Dans les années 80, Hwang Sok-Yong écrit aussi pour le théâtre, coordonne des écrivains contre la dictature de Park Chung-Hee et lance une radio clandestine et participe au soulèvement démocratique de Gwanju. En 1985, sort enfin L’ombre des armes, traduit en français en 2003. Il se rend à Pyongyang en 1989 pour soutenir des intellectuels nord-coréens puis s’exile à New-York car la loi sud-coréenne interdisait tout contact avec des Nord-Coréens. Il rentre à Séoul en 1993 et est tout de suite emprisonné pour atteinte à la sécurité nationale. Il est libéré en 1998 après les demandes d’organisations internationales et par la grâce du nouveau président Kim Dae-Jung. Il est aujourd’hui considéré comme un auteur classique incontournable et a reçu de nombreux prix internationaux.

L’Ombre des armes, un roman « total »

L’Ombre des armes est une œuvre imposante (670 pages tout de même) publiée en feuilleton en 1983 dans le mensuel Wolgan Joseon, puis en deux volumes en 1985 et 1988. Hwang Sok-Yong a attendu le départ du dictateur Chun Doo-Hwan et une libéralisation du régime pour publier le second volume. Cette dernière version de 1992 est traduite en français en 2003 par Lim Yeong-He, Françoise Nagel et Marc Tardieu. Ce récit, prenant la forme d’un roman, est basé sur l’expérience personnelle de l’auteur au Vietnam. Dans son œuvre, il aborde « l’ombre des armes », c’est à dire, ce qu’il se passe pendant la guerre du Vietnam derrière les confrontations armées : l’organisation, la logistique, l’économie ; mais aussi les confrontations d’idéaux qui se déroulent chez chacun, le non respect des règles et les limites de l’acceptable. En effet, Hwang Sok-Yong ne se concentre pas sur le carnage qui a eu lieu pendant la guerre (cependant les personnages n’échappent pas complètement à ce carnage inexorablement présent) mais il zoome sur l’aspect économique de la guerre : le marché noir. En changeant de chapitre, on change de personnage et nous voyons les choses de leur point de vue. Ainsi on a l’occasion de croiser différents personnages vietnamiens, américains et sud-coréens de différents milieux. On suit un jeune caporal sud-coréen, Ahn Yeong Kyu, affecté à Da Nang au département d’enquête des Forces Alliées. Il découvre le marché noir du port de Da Nang et la guerre économique qui s’y déroule. Il est à considérer comme le personnage principal. Il croise Pham Quyen, un commandant de l’armée sud-vietnamienne et son frère engagé dans les rangs viêt-congs. D’autres personnages les accompagnent tout au long du récit, des supérieurs, de la famille, des amours, des compagnons d’armes et collègues.

Marines sud-coréens en opération pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

L’auteur ayant vécu une expérience proche de celles de ces personnages, les descriptions peignent un décor qu’il est facile de s’imaginer. L’auteur donne de l’importance aux gestes des personnages et peut consacrer une page à la description de la manière dont un personnage va se déshabiller, va conduire sur un trajet ou va se faire un café. Ces descriptions comportent toujours des détails qui apprennent de nouvelles choses au lecteur et l’aide à comprendre le monde dans lequel évoluent les différents personnages. Pour reprendre les exemples précédents, lorsque Ahn Yeong-Kyu retire son habit militaire usé qu’il a porté au combat, se lave, puis enfile une tenue de civil, un changement radical va s’opérer chez lui. Le personnage change de monde, d’apparence, de statut, de métier, de manière de communiquer verbalement et physiquement, d’identité et d’idéologie. La description d’un trajet en voiture va révéler des informations sur l’organisation militaire, l’état des routes et le déroulement des contrôles que les lecteurs n’auront jamais croisé ailleurs. Ce qui choque dans l’intrigue du livre d’Hwang Sok-Yong, ce sont les relations entre les Américains soldats et trafiquants en même temps, avec les Coréens présentés tantôt comme les  égaux des Américains, tantôt comme les frères des Vietnamiens.

★ ★ ★

 

L’ombre des armes  est très bien accueilli par les critiques français qui y voient une œuvre qui se démarque des autres, autant pour ce qu’elle raconte que pour son style littéraire. La personnalité originale de Hwang Sok-Yong ajoute à la singularité du livre. En effet, bien qu’il existe de nombreux livres sur la guerre du Vietnam, rare sont ceux évoquant la présence de l’armée sud-coréenne et encore plus rare ceux décrivant avec un tel réalisme le marché noir qui s’opérait derrière les affrontements armés.

En effet, ce livre a marqué les esprits des critiques. Ici, un extrait des dernières lignes d’un article de Lionel Besnier dans la revue Page en 2003 sur le roman :

« Ce roman n’est pas de guerre ou sur la guerre. Il parle d’hommes et de femmes pris dans la radicalisation de l’Histoire dans un pays de veuves, de prostitution et de trafics. Celui des armes reste dans l’ombre et dévore le reste. Un livre de référence. »

Le livre de Hwang Sok-Yong dénonce l’impérialisme américain et est emprunt d’actualité. Le sujet du marché noir en temps de guerre n’est que peu abordé aujourd’hui bien qu’il soit de pair avec l’intervention militaire des États-Unis dans un pays.

J’ai personnellement apprécié le livre. Et bien qu’il soit long, une fois qu’on l’a rouvert on se retrouve plongé auprès du personnage, curieux d’en apprendre plus sur les exactions commises et l’évolution des personnages dans ce milieu sans règles. Le style littéraire de Hwang Sok-Yong est convaincant et mêle souvenirs réels et fictions au suspens policier.

Julia Fournier

Références :

  • Lionel Besnier, « Hwang Sok-Yong », Page des libraires, n°83, juin-juillet-aout 2003.
  • André Clavel, « Un soldat sud-coréen englué dans la guerre du Vietnam », Le Temps, 31 mai 2003.
  • André Clavel, « Des matins pas si calmes », L’Express, 24 juillet 2003.
  • Claude Combet, « A l’ombre de la guerre du Vietnam », Livres Hebdo, 11 avril 2003.
  • Philippe Pons, « Corées, Vietnam, les perditions parallèles », Le Monde, 4 juillet 2003.
  • François Kasbi, « L’ombre des armes », Magazine littéraire, n°422, juillet-aout 2003.
  • Notice « Hwang Sok-yong », Wikipédia, mise à jour en novembre 2017.
  • RFI, « Guerre du Vietnam: les Sud-Coréens accusés de violences sur des civils », 22 mai 2015.
  • Lina Sankari, « Vietnam-Corée. La guerre sans fin des mémoires », L’Humanité, 6 février 2017.

Image « à la une » : Marines sud-coréens préparant une position défensive près de Tuy Hoa © Wikipedia  Larsen, Stanley Robert; Collins, James Lawton Jr. (1975) Vietnam Studies: Allied Participation in Vietnam, Washington, D.C.: Department of the Army, p. 137 Retrieved on 27 March 2007.

Julia Fournier est étudiante en Master 2 Asie orientale contemporaine (ENS de Lyon et Sciences Po Lyon). Tout d’abord intéressée par le Japon et les enjeux des mémoires de guerre, elle s’est ensuite tournée vers la Corée du Sud, un pays aux problématiques multiples encore peu étudié en France. Elle effectue actuellement une mobilité académique en Corée du Sud à Séoul.


2 réflexions sur « Hwang Sok-Yong, L’Ombre des armes – Recension de Julia Fournier »

  1. La recension de Mme Fournier est aseptisée et très « gentille » avec les Sud-Coréens : ils « participent » à la « défense » du Sud Viêt-Nam alors qu’en réalité, ce sont des mercenaires qui offrent leurs services en échange d’investissements financiers US. Dans la même veine, [3 divisions coréennes se distinguent]!!! il faudrait ajouter « par leurs crimes atroces » ; ou elle parle d’actes de la part des soldats coréens sans préciser que ce furent des atrocités ; on apprend que des villages (combien ?) ont été détruits, des chefs de village exécutés : alors que d’après la chercheuse sud-coréenne bien connue au Viêt-Nam Ku su jeong, au moins 80 villages ont été détruits à la My lai, 5 à 9000 Vietnamiens dont une immense majorité de femmes et d’enfants ont été massacrés.

    Les [Coréens sont présentés tantôt comme les égaux des Américains, tantôt comme les frères des Vietnamiens]. Elle n’a pas lu le même livre que le Pulitzer 2016 Viet Thanh NGUYEN (Nothing ever dies) qui a commenté le livre de Hwang et celui de Ahn Junghyo (White war) ; d’après NGUYEN, les Coréens furent corrompus par leur association avec les Américains, l’asservissement des Vietnamiens par les US rappelle la leur de la part des Américains ; ils imitent ceux-ci dans leurs attitudes racistes et leurs atrocités envers les Vietnamiens ; les Coréens sont des « colonisateurs colonisés », ils se vendent, se prostituent aux US. NGUYEN explique encore comment ils utilisent leur prospérité nouvelle, leur soft power (la Hallyu, vague coréenne, K-pop, dramas, films, romans) pour racheter leur image et effacer leurs crimes (au Viêt-Nam, ils font construire des mausolées aux villages victimes et demandent en échange de ne pas mentionner leur implication. Les Sud Coréens aiment bien se poser en victimes des Japonais mais ils sont devenus bourreaux aussi.

    On connait l’histoire des « femmes de réconfort » coréennes forcées à la prostitution par les Japonais ; le dictateur Park en plus de louer ses soldats avait fait office de proxénète et organisé la prostitution à grande échelle, les Japonais venaient faire des sex-tours dans les années 80. Les sud Coréens au Viet-Nam eurent aussi leurs prostituées et laissèrent de nombreux métis. La fameuse prospérité sud coréenne (et japonaise) a des origines bien peu honorables.

    La chercheuse Ku Sujeong dans l’article mentionné ci dessus met le projecteur sur un personnage peu connu mais clé de l’histoire sud Coréenne, le général Chae Myung shin, commandant des forces de la République de Corée au Vietnam,
    [« Il y a des liens considérables entre les massacres qui ont eu lieu autour de la guerre de Corée, ceux de la guerre du Vietnam et ceux du mouvement de démocratisation du 18 mai à Gwangju en 1980 », a déclaré Ku].

    En 1948, deux ans avant la guerre de Corée, les forces gouvernementales ont tué les habitants de Jeju qui protestaient contre la division de la nation. En 1980, un gouvernement militaire a ordonné la fusillade de civils à Gwangju, qui impliquait également des actes de torture et des agressions sexuelles. Chae Myung-shin est le fil conducteur qui relie les atrocités consécutives, a dit Ku. « Le premier poste de Chae était l’île de Jeju en 1948 et il a mené des opérations de ratissage contre des communistes présumés ».

    En 1945, comme au Viêt-Nam, au lieu de soutenir de sincères patriotes, les Américains ont promu des anciens supplétifs des Japonais. Chae et Park ainsi que d’autres officiers Kim Chae gyu, Kim Sok won, etc… furent officiers dans l’armée japonaise. Ils ont formé un groupe de « Jeunes Turcs » pour conquérir le pouvoir, le groupe Hanahoe. Deux officiers plus jeunes, Chun Doohwan (responsable du massacre de Gwangju) et Roh Taewu, membres du groupe, acquièrent leurs galons de général pendant la guerre du Viêt-Nam et succédèrent à Park comme président (assassiné par son ami et chef de la CIA coréenne Kim Chaegyu). La Corée a donc eu deux présidents, criminels de guerre.

    1. Merci pour ces compléments d’information. Ne vous méprenez pas, il s’agit d’un compte-rendu de lecture d’un des ouvrages de Hwang Sok-Yong, un des premiers écrivains sud-coréens à soulever à travers son expérience personnelle de la guerre au Viêt-Nam le rôle de son pays dans cette guerre ce que Julia a très bien souligné sans aucune complaisance. Il s’agit donc pas d’être « gentil » ou « méchant » dans l’analyse de cette œuvre de fiction ou d’émettre un jugement de valeur sur les Sud-Coréens en général et leurs dirigeants en particulier.

      Vous vous lancez ensuite dans le procès de l’implication sud-coréenne (qui est en soi un véritable sujet de recherche) sans rappeler le contexte de ces fronts chauds de la Guerre Froide qui se développent en Asie à cette époque. Par contre, vous signaler à juste titre le travail militant de la journaliste d’investigation Ku Su Jeong (née en 1966), formée en histoire à Hô Chi Minh-Ville et qui a soutenu sa thèse d’histoire en 2008 à l’Université des Sciences humaines et sociales à Hô Chi Minh-Ville sur « les relations vietnamo-sud coréennes pendant et après la guerre américaine du Viêt-Nam » (« Mối quan hệ Việt – Hàn trong và sau chiến tranh của Mỹ tại Việt Nam, 1955-1975 »), ce qui est une indication intéressante. Le travail de Ku Su Jeong sur les massacres sud-coréens au Sud Viêt-Nam pendant la guerre a néanmoins été contesté par l’association des vétérans sud-coréens de la guerre Viêt-Nam et a donné lieu à un procès en 2016. Le sujet reste en grande partie tabou tant en Corée du Sud qu’en République socialiste du Viêt-Nam en partie à cause des bonnes relations diplomatiques et économiques entre les deux pays.

      Vous renvoyez ensuite les lecteurs vers un long compte-rendu de lecture (en réalité un commentaire politique) non signé de l’ouvrage de Viet Thanh Nguyen sur le site militant de Maggie S. pour une alternative politique américaine (de gauche). D’autres recensions signées sont disponibles sur la page dédiée à l’ouvrage sur le site des Havard University Press, rappelant cette réflexion majeure de cet auteur sur la mémoire et la commémoration des guerres en Asie et de la condition de réfugié d’une façon générale.

      Enfin, permettez-moi de vous reprendre sur un point soulevé à la fin de votre commentaire, je vous cite : « En 1945, comme au Viêt-Nam, au lieu de soutenir de sincères patriotes, les Américains ont promu des anciens supplétifs des Japonais » : Au Viêt-Nam c’est bien le contraire qui se produit, les Américains de l’OSS (qui deviendra la CIA) ont soutenu le front Viêt-Minh de Hô Chi Minh (Ligue pour l’indépendance du Viêt-Nam) dans sa prise de pouvoir ce que démontrent les travaux déjà anciens de David G. Marr (1995) ou de Stein Tonnesson (1991) et plus récemment de Dixee Bartholomew-Feis (2006). Ils n’ont donc aucunement promu des « anciens supplétifs des Japonais ».
      FG

Les commentaires sont fermés.