Viêt-Nam, fractures d’une nation – Présentation, erratum et compléments

Cette page est dédiée à la présentation de l’ouvrage Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours (Paris, La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales, #476, 2018, 385 p.). Sortie officielle le jeudi 25 janvier 2018. Réédition prévue en mai 2018.

Présentation :

Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ?

Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Elle permet également de saisir l’enchevêtrement des dominations internes (coloniales et postcoloniales) et la persistance de certaines lignes de fractures. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

★ ★ ★

 

 

Médias / débats :

Interventions dans les médias et rencontres autour du livre.

  • Université Diderot Paris 7 / INALCO : Présentation de l’ouvrage et débat sur un destin vietnamien avec les étudiants, jeudi 8 mars 2018, 16h30-18h, dans la salle 247 E (Halle aux farines) de l’Université Paris Diderot.
  • Librairie Terre des Livres à Lyon, Rencontre avec François Guillemot à l’occasion de la parution de Viêt-Nam, fractures d’une nation ; une histoire contemporaine de 1858 à nos jours (La Découverte, 2018), samedi 7 avril, 15h.
  • « Vietnamiens par dessus tout », CR de lecture par « colen8 » sur le site Critiques Libres (publié le 2 mai 2018)
  • Vendredi 25 mai 2018, Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070), de 14h à 15h30 : « Le Viêt-Nam et ses fractures : paradigme d’une histoire interne ».

★ ★ ★

★ ★ ★

Pour prolonger cette histoire :

Nous invitons invitons nos lecteurs/trices à suivre la rubrique « Clés du Viêt-Nam contemporain » et d’autres billets consacrés à la thématique de l’ouvrage :

  • Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines. Pendant la première moitié du XXe siècle, le Viêt-Nam colonisé et démantelé par les Français offre l’image d’une résistance opiniâtre. Tenues en échec jusqu’au 9 mars 1945, les organisations révolutionnaires finissent par l’emporter dans un pays déchiré. Après une longue période de guerre, les vainqueurs réunifient le pays en 1976 sous le nom de République socialiste du Viêt-Nam. Le Parti communiste vietnamien (PCV), clé de voûte du nouvel État réunifié, met en place un régime politique sans partage. En 1988, avec la disparition de deux partis fantômes (Parti Démocrate et Parti Socialiste) qui l’accompagnait depuis les années quarante, le PCV reste la seule organisation politique officielle.
  • Viêt-Nam et France, histoire connectée mais rendez-vous politique manqué – Jalons pour réfléchir. De Trương Vĩnh Ký (1837-1898) à Phạm Quỳnh (1892-1945), de l’empereur Bảo Đại au président Hồ Chí Minh, de Nhất Linh à Trần Đức Thảo (1917-1993), l’histoire du Viêt-Nam du temps de la colonisation a pris, bon gré mal gré, la forme d’une histoire humaine durablement connectée avec la France. A quelques moments clés de l’histoire des deux pays, on pouvait entrevoir une synthèse indochinoise. Les transferts culturels qui se sont opérés, la formation d’une élite intellectuelle francophone, les exemples ne manquent pas pour illustrer ce processus mis à mal par la brutalité coloniale mais jamais complètement interrompu. Au temps de l’Indochine coloniale, ce qui fut possible et pensé pour la culture ne devait cependant pas déborder sur le champ politique au risque d’une implacable répression. C’est tout le drame d’une histoire franco-vietnamienne qui ne sut tracer une voie médiane vers une indépendance paisible et concertée notamment à partir des moments clés comme ceux de 1930-1931 ou de 1945-1946. C’est l’histoire d’une république vietnamienne indépendante et démocratique qu’il fallait imaginer à deux.

[à suivre]

★ ★ ★

Erratum :

Dans le premier tirage de l’ouvrage, une erreur typographique s’est glissée dans la composition du tableau 13 de la page 209. Le premier chiffre de la colonne « décès » a été doublé, il est de trop. Tableau corrigé ci-dessous :

Cette erreur typographique ainsi que d’autres coquilles de moindre importance seront corrigées dans la version numérique et lors des prochains tirages du livre.

Toutes nos excuses à nos lecteurs/trices.

Aperçu Google Books

Illustration « à la une » : RDVN, Hanoi, juin 1946, commémoration de Nguyen Thai Hoc, chef du VNQDD, et des insurgés de Yên Bai guillotinés en 1930 © Tạp chí Xưa & Nay (collection Philippe Devillers)