Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956 [Exposition au SHD]

[ndlr] Annonce de la nouvelle exposition du Service historique de la Défense (Vincennes) sur l’Indochine coloniale.

Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956

Du 13 novembre 2017 au 10 février 2018

A peine un siècle, c’est le temps écoulé entre les premières opérations de la conquête, et le retrait des dernières forces françaises du Sud-Vietnam. Entre ces deux dates la France installe, puis perd sa domination sur les territoires des républiques actuelles du Vietnam, du Cambodge et du Laos.  La Marine française joua dans cette aventure un rôle important, d’abord parce qu’elle fut le principal artisan de la conquête et du gouvernement des premières implantations ; ensuite parce que le ministère de la Marine fut également longtemps celui des Colonies. L’Indochine parue à ce point son domaine réservé qu’on parla longtemps de « l’Indochine des amiraux ».

Le Service historique de la Défense et l’institut de recherche IrAsia se proposent d’évoquer le rapport très particulier entre la Marine et la « perle de l’empire » à travers une présentation d’archives, d’images et d’objets conservés dans les collections et fonds d’archives du SHD.

Entrée gratuite.

Des visites guidées seront proposées.

Commissaires d’exposition : Cyril Canet (SHD/CHA, Vincennes), Quoc-Thanh Nguyen (IRASIA)

Partenaire : IrAsia

L’unité mixte de recherche IrAsia est née le 1er janvier 2012 de la fusion de l’IRSEA, « Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique », avec l’équipe LEO2T, « Littératures d’Extrême-Orient, Textes et Traduction ». L’unité regroupe des chercheurs du CNRS et des enseignants-chercheurs de l’université d’Aix-Marseille (AMU) au sein de la Maison Asie-Pacifique (MAP) installée sur le campus Saint-Charles de Marseille.

Service historique de la Défense – Château de Vincennes – Avenue de Paris – 94306 Vincennes Cedex. Métro Château de Vincennes

Pavillon du roi, 1er étage, salles d’exposition.

  • Lundi 13h00-17h00
  • Mardi au jeudi 9h00-17h00
  • Vendredi 9h00-16h00
  • Samedi 9h30-15h00
  • Fermeture les dimanches et les jours fériés

Source : SHD


Une réflexion sur « Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956 [Exposition au SHD] »

  1. Ce fut un siècle de colonisations, d’exactions. Un événement similaire, l’expansion mongole : à la suite de 3 à 4 années de précipitations, il y eut explosion démographique puis comme un nuage de sauterelles, les Mongols se lancèrent à la conquête de l’Eurasie.
    Pour montrer le visage de l’invasion occidentale, citons J.M. de Hérédia : « comme un vol de gerfauts, hors du charnier natal… »
    Ce ne fut pas une mission civilisatrice.
    L’association de malfaiteurs dans la colonisation de l’Indochine : les commerçants et les missionnaires qui ont obtenu le concours de la marine. La marine est restée sous la révolution et l’Empire un repaire de royalistes dont beaucoup de nobles et catholiques et un État dans l’État ; depuis Trafalgar, elle se cherche une revanche.
    1956 fut la date du retrait final français.
    1856 en arrière, ça fait 100 ans. Mais 1856 est tout à fait approprié, ce fut le début de la 2e guerre infâme de l’opium.
    La marine française y participe comme supplétive de l’anglaise. Après cela, elle s’acoquine avec les missionnaires. De son propre gré, en fonctionnement autonome, sans instructions du gouvernement, elle se tourne vers l’Indochine. La figure emblématique des officiers de la marine Rigault de Genouilly, attaque Tourane. Ce fut le début d’un engrenage infernal, les gouvernements successifs se laissèrent entraîner là dedans sans avoir la lucidité d’un Clemenceau, sans avoir le courage de se retirer. Avec les missionnaires, fut créée en Cochinchine, un apanage, l’Indochine des Amiraux en gestion indépendante. Après la chute de Napoléon, les républicains francs-maçons reprirent le contrôle des mains des marins et des missionnaires et malgré leurs belles théories humanistes et leur anticléricalisme forcené continuèrent dans les traces infâmes des marins, en cohabitation avec les missionnaires [et] vont garder les Indochinois sous un double joug.

Les commentaires sont fermés.