Mithouna : La Route n°9. Témoignage sur le goulag laotien [2001]

En 1975, les Communistes prennent le pouvoir au royaume du Laos. Dans les jours qui suivent, tous les officiers et sous-officiers de l’armée royale laotienne sont arrêtés et déportés dans des camps de rééducation. Les voilà condamnés sans jugement à une peine dont ils ignorent la durée pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Parmi eux, Mithouna, l’auteur de ce livre.

 

C’est la vie dans quelques-uns de ces camps, établis à proximité de la Route n°9, puis dans une prison à régime sévère, que nous décrit Mithouna. Son récit, vivant et détaillé, constitue un précieux témoignage sur l’un des aspects les plus sombres et les plus ignorés du Laos contemporain. C’est en même temps une leçon de courage : on y voit comment l’auteur, grâce à sa force d’âme, sa patience et son intelligence, parvient à traverser sans désespérer ces terribles années, puis à retrouver la liberté.

Mithouna s’était juré de témoigner un jour. Avec ce livre c’est chose faite.

Mithouna vit désormais avec sa famille en France, où il a obtenu l’asile politique, puis la nationalisté française. Outre ses activités professionnelles, il compose en laotien des poèmes et des chansons.

André Rosset a fait connaissance de Mithouna dans le cadre de ses activités bénévoles dans un comité local d’aide aux réfugiés du sud-est asiatique. (présentation de la quatrième de couverture).

Réf. : Mithouna (avec André Rosset), La Route n° 9. Témoignage sur le goulag laotien, Paris, L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 2001, 398 p.

Aperçu sur Google Books



Citer ce billet
indomemoires (2012, 5 novembre). Mithouna : La Route n°9. Témoignage sur le goulag laotien [2001]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4so