Paul Vy Trân : Prisonnier politique au Viêt-Nam [1990]

Ce livre est le premier témoignage sur les camps de concentration pour la rééducation au Nord Viêt-Nam écrit par un intellectuel nationaliste vietnamien qui y a passé 51 mois. Bien qu’il soit toujours difficile de parler d’impartialité quand on est soi-même acteur d’un tel drame, ce qui fait la valeur unique du témoignage du Dr P.V. Trân c’est sa grande objectivité. Il la doit certainement à sa double formation de scientifique et de médecin qui lui permet de porter sur le système carcéral communiste, un regard dépourvu de haine.

P.V. Trân né en 1920, entra dans la Résistance vietnamienne avec le Viêt-Minh dès la fin  de ses études médicales et y resta, malgré sa foi catholique, de 1946 à 1949, avant de quitter son pays pour venir en France quand les communistes eurent annexé toute la Résistance.

Chercheur au CNRS il obtint successivement à Paris son Doctorat ès Sciences naturelles et l’Agrégation de Médecine. Il rentra alors à Saigon pour y enseigner la physiologie. Il devint secrétaire d’Etat à la Santé de 1956 à 1961, puis Directeur de la Recherche Scientifique du Viêt-Nam [Sud] de 1961 à 1965. Envoyé en camp de rééducation en 1975, il y resta jusqu’en 1979. Il ne fut autorisé à rejoindre sa famille à Paris qu’en 1989. (présentation de la quatrième de couverture)

Réf. : Tran, P.V. , Prisonnier politique au Viêt-Nam, 1975-1979, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1990, 202 p.

 

Aperçu sur Google Books



Citer ce billet
indomemoires (2012, 2 novembre). Paul Vy Trân : Prisonnier politique au Viêt-Nam [1990]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4sd