Portrait : Trần Huỳnh Duy Thức, ingénieur et constructeur d’avenir

[ndlr] Mise à jour de notre portrait biographique publié dans L’Asie du Sud-Est 2016 (Irasec, 2016, pp. 405-406).

Trần Huỳnh Duy Thức est un prisonnier de conscience vietnamien. Né le 29 novembre 1966, il est aujourd’hui âgé de 49 ans (50 ans pour les Vietnamiens). Ingénieur informatique de formation et entrepreneur, il a d’abord réussi dans le domaine des télécommunications. En 1994, il fonde avec Lê Thăng Long la société informatique Duy Việt à Hanoi qui devient en 2000 la compagnie informatique EIS, Inc. Celle-ci développe la société de services One Connection Internet (OCI) spécialisée dans la téléphonie et internet. Entrepreneur visionnaire, il a de grands desseins pour faire évoluer pacifiquement le Viêt Nam sur le plan politique à travers le développement d’internet. Placé sur un secteur très concurrentiel et sensible politiquement, il entre en conflit avec les instances d’Hô Chi Minh-Ville chargées des médias.

TranHuynhDuyThuc_ConDuongVietNamEn 2005, il crée avec deux autres futurs dissidents le groupe de recherche Chan (Nhóm nghiên cứu Chấn, signifiant « Restauration ») pour proposer des solutions au redressement du pays et accompagner les réformes socio-économiques nécessaires au développement. Promoteur d’un second Renouveau (Đổi mới), cette fois plus politique, il a publié ses réflexions sur la situation sociale et économique de son pays sur son blog sous le nom de plume de Trần Ðông Chấn entre novembre 2008 et mai 2009. Auteurs d’écrits critiques, il a coédité un ouvrage traitant de la réforme politique intitulé « Con Đường Việt Nam » (La voie du Viêt Nam) qui s’apparente à un véritable programme politique visant à fonder un nouveau Viêt-Nam plus démocratique. Son engagement politique lui a rapidement attiré les foudres de la Sécurité vietnamienne.

ToaAnNhanDanTPHCM_20-01-2010
Le procès politique du 20 janvier 2010 au Tribunal populaire de Ho Chi Minh-Ville : l’impossible réforme du système communiste par ses citoyens © DR
PhienToaNVGP
Jugement des intellectuels dans l’affaire des revues « Humanisme » et « Belles Lettres » le 21 janvier 1960 © DR

Après deux ans de traque (sur internet), il a été arrêté le 24 mai 2009 à Hô Chi Minh-Ville. Lors de cette opération policière minutieusement préparée, les autres membres du groupe d’étude Chan sont appréhendés entre la fin mai et le début juin. Accusés d’avoir voulu « comploter pour renverser le gouvernement populaire » comme le stipule l’article 79 du code pénal vietnamien, ils ont été condamnés à de lourdes peines de prison lors d’un procès retentissant le 20 janvier 2010. Trần Huỳnh Duy Thức fut le seul à défier la cour en déclarant avec fermeté : « Je n’ai  tenté de renverser aucun gouvernement. Je n’ai fait que combattre le despotisme, et je continuerai mon combat aussi longtemps que nécessaire. » Pour son attitude intransigeante lors du procès il a écopé de 16 ans d’emprisonnement augmenté de 5 ans de résidence surveillée.

LoiTHDTDepuis 2010, cette affaire hautement politique a connu des dénouements plus heureux avec la libération anticipée des principaux protagonistes. L’ingénieur Lê Thăng Long, condamné à cinq ans de prison, a été libéré le 4 juin 2012 ; l’avocat Lê Công Định, condamné également à cinq ans de prison a été libéré le 6 février 2013 et l’étudiant Nguyễn Tiến Trung, condamné à sept ans de prison, a été libéré le 12 avril 2014 à la suite d’une campagne d’Amnesty International. Tous restent à l’heure actuelle assignés à résidence et sous surveillance policière. Seul, Trần Huỳnh Duy Thức n’a pas encore été libéré malgré le soutien d’organisations de défense des droits de l’homme.

Le 11 octobre 2013, il a reçu en compagnie de deux autres dissidents vietnamiens le prix du Réseau des droits de l’homme au Viêt-Nam pour sa contribution à la cause humaniste. Les dernières nouvelles le concernant laissent à penser qu’il pourrait bénéficier d’une libération anticipée sous la condition d’une expulsion vers les États-Unis. Les représentants américains à Hanoi sont en effet très actifs pour activer la libération de dissidents importants et favoriser leur accueil aux États-Unis, une solution actuellement privilégiée par le pouvoir communiste vietnamien pour se débarrasser de ses plus encombrants activistes. C’est ainsi que Cù Huy Hà Vũ, Nguyễn Văn Hải (alias Dieu Cày) et Tạ Phong Tần ont dernièrement été expulsés vers ce pays. Le dénouement qui attend Trần Huỳnh Duy Thức est susceptible de prendre la même forme que ses compatriotes expulsés, solution qu’il refuse actuellement.

GiaDinhTranHuynhDuyThuc
La famille de Tran Huynh Duy Thuc solidaire de la grève de la faim © DR

Depuis le 24 mai 2016, Trần Huỳnh Duy Thức s’est mis en grève de la faim « illimitée » pour protester contre ses conditions de détention. A son huitième jour de grève (31 mai 2016), ses proches ont alerté les médias sur la dégradation de son état de santé. Une pétition a été lancée sur change.org pour exiger sa libération.

Lors d’une visite de sa famille au Camp n° 6, situé dans la commune de Hạnh Lâm, district de Thanh Chương (province de Nghệ An), le 1er juin 2016, le prisonnier d’opinion a fait savoir qu’il mettrait finalement un terme à sa grève de la faim le 7 juin prochain. Ses proches considèrent en effet que Trần Huỳnh Duy Thức doit rester en vie pour poursuivre son combat pour les libertés civiles et les droits de l’homme au Viêt-Nam.

Selon le rapport d’Amnesty International sur les conditions de détention des prisonniers d’opinion en RSVN – rapport rendu public le 12 juillet 2016 – Trần Huỳnh Duy Thức a été transféré à plusieurs reprises de prisons en prisons. Pour l’organisation de défenses des droits humains : « Il s’agit d’une pratique courante dans le cas des prisonniers d’opinion récalcitrants, qui refusent de plaider coupable ou de se laisser « rééduquer », ou des détenus connus ou influents, que les autorités craignent de voir entraîner d’autres prisonniers dans un mouvement de dénonciation des conditions de vie et des mauvais traitements en détention ». Le Viêt-Nam compte actuellement 84 prisonniers d’opinion (p. 10).

FG, MàJ 12/07/2016.

LeCongDinh_LeThangLong_tranhuynhduythucfamily
L’avocat Lê Cong Dinh et l’ingénieur Lê Thang Long, tous deux anciens prisonniers de conscience, solidaires de Tran Huynh Duy Thuc © DR

 

Sources :

Amnesty International (Communiqué du 01-09-2015 ; Action lettre de janvier 2014 ; Appel collectif du 24-05-2015 et rapport du 12-07-2016 intitulé : Des prisons à l’intérieur des prisons) ;  BBC (16-09-2009) ; RFA (18-11-2014) ; Sai Gon Giai Phong (18-09-2006) ; Vietnam Human Rights Network (10-10-2015).

 Voir aussi :