Troisième manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : poisson pourri

La troisième journée de manifestation pour la protection de l’environnement au Viêt-Nam s’est déroulée à Hanoi, Ho Chi Minh-Ville, Vung Tau, Hai Phong, Hai Duong… et dans la province de Nghe An le dimanche 15 mai 2016. Pour éviter la publicité autour de ce mouvement citoyen, les forces de Sécurité ont, comme d’habitude, institué la censure médiatique sur les réseaux officiels et tentent d’organiser le black-out des images et des idées sur les réseaux sociaux. Cette répression intervient à quelques jours de la visite officielle de Barack Obama (23-25 mai) lors de laquelle le gouvernement de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) craint un regain de protestations citoyennes.

Sale temps pour les manifestants. La Sécurité publique a mis cette fois-ci en place un nouveau système pour endiguer le mouvement. Les arrestations préventives et des assignations à résidence ont été la règle pour enrayer le bon fonctionnement des rassemblements. Le centre-ville, particulièrement surveillé, a fait l’objet d’un important quadrillage policier et l’avenue Nguyen Hue a été interdite de passage pour travaux de maintenance. Quelques rares images vidéos ont néanmoins pu témoigner de cette entrave au droit de manifester.

Départ de la manifestation dans le Parc 23/9 à Saigon.

Entraves au droit de manifester

Les forces de sécurité ont réussi à empêcher les gens de rejoindre les points de rassemblement désignés dans la capitale et à Ho Chi Minh-Ville. Seuls quelques petits groupes de manifestants ont fait de brèves apparitions et des protestataires ont mené des sit-in symboliques chez eux. Un certain nombre de manifestants ont été arrêtés, comme le blogueur Huỳnh Ngọc Chênh qui, courageusement, s’est assis au milieu de l’avenue Nguyen Hue en brandissant une pancarte. La performance de cet « Homme seul » a pris fin lorsque trois policiers en civil sont venus le déloger.

Ceux qui sont familiers des réseaux sociaux ont pu constater que les réseaux Facebook et Instagram ont été bloqués un temps pour éviter l’envoi de témoignages vidéographiques sur la toile et autres compte-rendus photographiques de ces événements. A Hanoi, selon la tactique habituelle, des groupes de manifestants ont été forcés de monter dans des cars de tourisme pour une garde à vue de quelques heures avant d’être relâchés. A Saigon, la même opération s’est déroulée à proximité du point des différents points de rassemblement (voir à ce sujet le reportage détaillé de Do Son).

Arrestations à Saigon dans le parc 23/9 (source Dân Làm Báo).

Fait à noter, l’épicentre des manifestations s’est déplacé ce dimanche dans la province du Nghệ An dans le centre du pays. Organisée par les Catholiques, une grande manifestation a rassemblé des centaines de participants à Vinh. Une longue file de marcheurs a pu ainsi défiler pacifiquement autour de larges banderoles lettres blanches sur fond bleu azur avec en tête de cortège les prêtres Têphano Trần Đình Tề et JB Nguyễn Đình Thục du diocèse de Vinh.

Vinh_15-05-2016
Le prêtre JB Nguyễn Đình Thục et les fidèles de la paroisse de Vinh manifestants pour la protection de l’environnement le 15 mai 2016 © DR

Cette démonstration de force de la communauté catholique précisément dans cette province n’est pas sans rappeler les différents mouvements protestataires contre l’État colonial puis contre l’État-Parti qui se sont déroulés dans le Nghệ An, « chaudron historique de la révolution ».

Le Viêt Tân en embuscade ?

La communication de la RSVN sur ces événements ne s’est pas fait attendre. Dans la presse officielle, notamment le journal Tuoi Tre [Jeunesse] et Le Courrier du Vietnam, les autorités communistes accusent le parti pro-démocratique Viêt Tân, interdit à l’intérieur du pays, d’avoir créé les conditions pour qu’il y ait des troubles lors des manifestations précédentes des 1er et 8 mai. Cette accusation a été immédiatement récusée par Hoang Tu Duy, le porte parole du groupe pro-démocratique, sur la chaîne vietnamienne de la BBC. S’il admet soutenir ce genre d’initiatives citoyennes pacifiques réaffirmant que le droit de manifester pacifiquement est un des droits fondamentaux de l’homme, il rejette toute accusation de violences. Du côté du pouvoir, ce type de diffamation n’est pas nouveau et offre en réalité un joli coup de publicité sur les actions de ce parti à l’intérieur du pays. Selon le journaliste Huy Duc, en diabolisant ainsi le Viêt Tân, le pouvoir en place confère à ce mouvement une importance démesurée.

Sous prétexte de «protection de l’environnement», les rassemblements illégaux ont perturbé les affaires de nombre de familles commerçantes sises dans le centre de la mégapole économique du Sud, entravé la circulation, provoqué des troubles à l’ordre public.

Les fauteurs ont même distribué de l’eau, du pain, de l’argent aux participants. Lors du rassemblement du 8 mai, certains sont munis des bombes lacrymogènes. Au moins, quatre jeunes volontaires [les hommes casqués en uniforme vert] chargés du maintien de l’ordre ont été blessés, a fait savoir la police municipale.

Ils ont utilisé les réseaux sociaux pour appeler à la recherche d’adresses des policiers et des jeunes d’avant-garde participant au maintien de l’ordre dans le but de les intimider et menacer, et promis une prime à chaque acte d’intimidation ou de menace. [Le courrier du Vietnam, 16/05/2016].

En réalité, ces accusations comme le démontrent de nombreux témoignages et vidéos postés sur les réseaux sociaux ne sont guère fondées. Par contre, les violences et les provocations issues d’un groupe remarqué par le port d’un anneau vert ou perpétrées par les forces de sécurité en uniforme (notamment les hommes casqués des TNXP) ne font pas de doute ; tout comme la volonté de la part du gouvernement de mettre un terme à ce mouvement d’opinion avant la venue de Barack Obama le 23 mai prochain.

Dans un reportage d’une dizaine de minutes diffusé sur la chaine VTV1 le discours officiel a proposé son scénario des événements. A partir d’extraits de textes subversifs postés sur Facebook et sur des sites d’organisations pro-démocratiques, le discours officiel met en scène une « révolution des poissons » (cách mạng cá) qui serait fomentée par les « forces réactionnaires » à l’extérieur du pays. L’amalgame est vite établi entre des billets sur la toile appelant à la fabrication de cocktails Molotov et les activistes pro-démocratie très connus des réseaux sociaux. Il s’agit d’incriminer le mouvement protestataire dans son ensemble afin de lui retirer toute crédibilité : c’est cousu de fil banc. Plusieurs personnalités de la société civile sont mises en avant, assimilées à de supposés dangereux terroristes. On peut ainsi distinguer sur le reportage les figures connues suivantes : les intellectuels et chercheurs Nguyen Quang A, Nguyen Hue Chi, le poète Hoang Hung, le blogueur Nguyen Xuan Dien, le musicien Ta Tri Hai, l’activiste social Nguyen Lan Thang…

La chose serait risible s’il ne s’agissait pas de mettre en danger physiquement cette poignée d’empêcheurs de tourner en rond, tous très pacifiques et déterminés dans leur combat pour un Viêt-Nam démocratique. Visiblement la crainte d’une récupération de la contestation par une organisation structurée bénéficiant de soutiens extérieurs taraude l’État-Parti. C’est en sens que le Viêt Tân peut paraître en embuscade et c’est d’ailleurs son rôle, revendiqué en tant que mouvement d’opposition au totalitarisme : « Nous sommes convaincus que les actions non-violentes sont le meilleur moyen de générer le maximum de participation civique » rappelle la présentation du parti sur son site officiel. Peut-on lui reprocher ?


Arrestations à Hanoi le 15 mai 2016

Code couleur : place au bleu azur

Depuis dix ans, le Viêt Tân, taxé d’organisation terroriste (au regard de son passé trouble dans la résistance armée anticommuniste dans la décennie 1980-90), a réussi à créer des cellules de sympathisants notamment dans la communauté catholique. A leur risque et péril, des dissidents notoires n’ont pas caché leur appartenance à l’organisation ou affiché leur sympathie. Des associations de la société civile comme l’Association des Jeunes Démocrates (Hội Anh Em Dân Chủ) ou le réseau Voice (Vietnamese Overseas Initiative for Conscience Empowerment) se sont positionnés aux côtés du mouvement d’opposition.

Protest_Hanoi_15-05-2016
Jeunes manifestants à Hanoi le 15 mai 2016 © DR

Plusieurs actions d’éclats pacifiques ont été menées dans le pays par le Viêt Tân notamment en 2007 en plein cœur de Hanoi pour dénoncer le danger impérialiste chinois. Les codes couleurs véhiculés par le Viêt Tân sont de plus en plus visibles dans les banderoles antichinoises ou antigouvernementales. Le bleu azur s’impose partout contre le rouge vermillon des affichages officiels.

Le blogueur catholique JB Nguyen Huu Vinh s’interroge sur la fixation du pouvoir sur l’organisation Viêt Tân dont le siège social est aux États-Unis. Son article intitulé « Tout d’un coup, le multipartisme au Viêt-Nam« , posté sur sa page Facebook le 16 mai, il ironise sur l’image du Viêt Tân que renvoient les autorités communistes : une organisation patriotique capable de mobiliser des milliers de compatriotes pour défendre les intérêts du peuple et se tenant aux côtés du peuple, répondant aux aspirations du peuple.

« Ainsi, les médias d’État ont dépeint le Viêt Tân comme un puissant parti politique présent au Viêt Nam et disposant partout de milliers de partisans. Qui oserait dire ainsi que le Viêt-Nam est encore un régime totalitaire ? Désormais, le Viêt-Nam a adopté le multipartisme, c’est tout ! Peut-être que le Viêt Tân, de la lointaine Amérique, devrait remercier les service de la propagande de l’État de la RSVN » [JB Nguyen Huu Vinh].

* * *

Pour cette fois-ci la technique répressive du pouvoir communiste a porté ses fruits. L’information a été sérieusement contrôlée. Un contre-discours anti-Viêt Tân a été abondamment servi et diffusé, les réseaux sociaux ont été bloqués et de nombreuses personnes, coincées chez elles, n’ont pu manifester tandis que d’autres ont été arrêtées puis relâchées. Les images de la violence d’État n’ont pu être diffusées sur la toile et la répression continue dans l’ombre. Sans réponse officielle, il plane une odeur de poisson pourri sur l’affaire des eaux empoisonnées du Centre du pays.

Le mouvement citoyen né des questions environnementales et géopolitiques devra tirer les leçons de sa relative impuissance publique et continuer d’inventer d’autres formes de lutte pour faire entendre sa voix. Le pouvoir communiste peut compter sur le Viêt Tân et les autres organisations politiques et/ou issues de la société civile pour relever le défi.

FG, MàJ 30/05/2016

Pour en savoir plus :

Lire le compte-rendu détaillé des événements à Ho Chi Minh-Ville par Do Son : « Decisive state repression? An account of ‘Hit the streets for the environment week 3 ».