Condamnés pour avoir informé – le procès de Anh Ba Sàm

[ndlr] Condamnation de deux blogueurs renommés, prisonniers de l’État communiste depuis deux ans.

Le verdict est tombé le 23 mars 2016, les deux blogueurs Nguyễn Hữu Vinh alias Anh Ba Sàm et Nguyễn Thị Minh Thúy ont été condamnés respectivement à 5 ans et 3 ans de prison en vertu de l’article 258 du code pénal. Il leur est reproché d’avoir « abuser des libertés démocratiques et d’avoir porté atteinte aux intérêts de l’État » : « phạm tội Lợi dụng các quyền tự do dân chủ xâm phạm lợi ích của Nhà nước, quyền, lợi ích hợp pháp của tổ chức, công dân theo Điều 258 Bộ luật Hình sự ».

Plus d’une centaine de personnes se sont réunies à Hanoi pour manifester leur soutien à « Anh Ba Sàm », littéralement le « colporteur de ragots » ou le « bonimenteur »1. Notons qu’un ouvrage dédié à l’action de ce blogueur a été diffusé par ses soutiens. Édité par une maison d’édition indépendante (les éditions de la Jeunesse de Hanoi), il apparaît comme un véritable manifeste pour la liberté d’expression.

NguyenHuuVinh&NguyenThiMinhThuy
Le blogueur Nguyen Huu Vinh (1956-) alias Ba Sàm et « sa complice » Nguyen Thi Minh Thuy (1980-) © DR

Nguyễn Hữu Vinh, le blogueur le plus renommé des deux, est un ancien policier (tout comme Tạ Phong Tần expulsée en septembre 2015 aux États-Unis) et membre du PCV. C’est en 2007 qu’il met sur pieds le site d’information Ba Sàm dont l’ambition est de proposer une vision pluraliste de l’information vietnamienne. Le blog commente également cette information ou se fait le relais de textes importants publiés en RSVN et/ou d’articles étrangers traduits de l’anglais ou du français. Il fonde également en septembre 2013 deux autres blogs au contenu plus subversif : Dân quyền (Droits du peuple), Chép sử Việt (Écrire l’histoire du Viêt-Nam) objets de l’acte d’accusation.

Pendant six ans le blog Ba Sàm publie ses billets et devient un site incontournable pour suivre l’évolution sociale, politique et économique du pays. Il touche un lectorat de plusieurs millions d’internautes à l’intérieur ou à l’extérieur du pays. Cette popularité dérange. L’information ne passe pas par la validation des canaux officiels et selon les autorités communistes porte atteinte au prestige du PCV, aux intérêts de l’État, offrant une vision pessimiste et déformée de la situation du pays. Selon le vocabulaire officiel destiné à la presse indépendante, elle dénature (xuyên tạc) les faits et noircit (bôi đen) le tableau dans le but de nuire au régime. Pour le pouvoir, le blog s’oppose ni plus ni moins à l’État et au Parti. Dans un pays où la presse n’est pas libre, des billets sont en effet publiés sur les affaires internes du pouvoir communiste, sur l’emprisonnement, sur le procès du journaliste dissident Trương Duy Nhất2 ou sur la corruption.

L’acte d’accusation est une démonstration de la susceptibilité du pouvoir et offre une illustration sans équivoque de la réalité de la liberté d’expression dans ce pays. Selon des extraits de ce document relayés par la presse officielle, les deux blogs incriminés ont publié respectivement 2.014 billets sur Dân quyền et 383 billets sur Chép sử Việt soit un total de 2.397 billets ou articles. Le premier blog a mis en ligne 38.567 commentaires et le second 3.401 soit un total de 41.968 commentaires, preuve de l’intérêt que suscitait ces deux blogs, outils de communication et de discussion. Par article, on comptabilise ainsi une moyenne de 17,51 réactions. Enfin, l’acte d’accusation précise le nombre de connections. Pour Dân quyền, il en recense 3.243.330 et pour Chép sử Việt 480.353, soit un peu plus de 3, 7 millions de connections (3.723.683). Sur l’ensemble de ces données, l’acte d’accusation a relevé que 24 articles (soit 1% du total) possédaient « un contenu contraire à la vérité, sans fondement ; un contenu à caractère propagandiste, déformant la voie et la politique du Parti ainsi que les lois de l’État ; portant atteinte à la réputation de personnes, au prestige des organismes de l’État et des organisations du Parti, divulguant un regard pessimiste unilatéral, suscitant désarroi et inquiétude, ayant un impact sur la foi des masses populaires vis-à-vis de la direction du pays par le Parti, le Gouvernement, l’Assemblée nationale et L’État »3.

Que reproche-t-on enfin à la « complice » de Nguyễn Hữu Vinh ? Nguyễn Thị Minh Thúy, agent comptable de la société de Vinh, est condamnée à trois ans de prison pour avoir accepté les codes d’accès des deux blogs et en avoir assuré la gestion (mise en ligne des articles et des réactions, maintenance) et donc d’être coupable au même titre que Vinh du 1% d’articles séditieux.

En 2014, Nguyễn Hữu Vinh et Nguyễn Thị Minh Thúy sont arrêtés. Particulièrement visé comme ancien policier et membre du PCV, Vinh est maintenu au secret. Son épouse qui lui rend visite au mois d’octobre 2015 constate que sa santé décline. Elle proteste contre cet emprisonnement arbitraire sans succès. Un procès doit se dérouler le 19 janvier 2016. Il est ajourné pour cause de Congrès du PCV.

Attaqué à plusieurs reprises par des hackers liés au pouvoir policier, le site est aujourd’hui toujours actif sous la gestion efficace de Đinh Ngọc Thu. Il se revendique non sans humour comme étant l’organe d’expression de « l’Agence de presse du trottoir » (Thông tấn xã vỉa hè), une sorte de café du commerce sur l’évolution politique de la RSVN. Mais le site est bien plus que cela. Conservant son caractère pluraliste et variant les points de vue, il reste un outil d’information précieux pour suivre les affaires internes du PCV mais aussi sur les actions des organisations de la société civile et l’évolution de la situation économique du pays.

FG, MàJ 26/03/2016.

Pour en savoir plus (MàJ des liens, 07/04/2016) :

Luật sư Hà Huy Sơn, Bài bào chữa của Luật sư Hà Huy Sơn tại phiên tòa hình sự sơ thẩm 23/03/2016, Bauxite Viêt Nam, 24/03/2016.

Chủ blog Anhbasam bị phạt 5 năm tù, VnExpress, 23/03/2016.

Cinq ans de prison pour un blogueur au Vietnam, Le Matin, 23/03/2016.

Ít nhất 2 người bị bắt khi tham dự phiên tòa xử « Anh Ba Sàm », Dan Luan, 23/03/2016.

Ông Nguyễn Hữu Vinh bị đề nghị 5-6 năm tù, Vietnam Net, 23/03/2016.

Tường thuật phiên tòa xử Anh Ba Sàm và cô Nguyễn Thị Minh Thúy, Teu Blog, 23/03/2016. (nombreuses photos)

Vietnam: Drop Charges Against Prominent Bloggers, Freedom of Expression Under Renewed Pressure, Human Rights Watch, 22/03/2013.

Doan Hoa, Vài suy nghĩ nhỏ về trang Anh Ba Sàm, Dan Luan, 15/01/2016.

Image « à la une » : Les accusés Nguyen Huu Vinh et Nguyen Thi Minh Thuy à la barre du tribunal populaire de Hanoi le 23 mars 2016 © Minh Quang

Notes

  1. C’est avec une touche de dérision que le blogueur s’est affublé de ce titre qui pourrait être également traduit par « le baratineur, le bavard, le discoureur » ou « le hâbleur » []
  2. Responsable du blog Một góc nhìn khác, « Un autre regard ». Ce journaliste fut condamné au titre de l’article 258 du code pénal à deux ans de prison pour avoir publié sur son blog 11 articles critiquant le régime. Il est sorti de prison le 26 mai 2015 []
  3. Cf. Encadré de l’article de Vietnam Net cité en référence []

2 réflexions au sujet de « Condamnés pour avoir informé – le procès de Anh Ba Sàm »

  1. Sàm voudrait dire : « colporteur de ragots » ou « bonimenteur » ?
    D’après le dictionnaire Tự Điển Chữ Nôm Trích Dẫn, sàm 讒 = calomnier ; sàm peut aussi se comprendre comme « dire n’importe quoi » en langage populaire.

    1. Oui c’est bien cela « Anh Ba Sàm » c’est celui qui « dit n’importe quoi » en langage populaire. On l’aura compris ce qu’il dit c’est tout sauf n’importe quoi. FG

Les commentaires sont fermés.