Viêt-Nam : Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Viêt Nam

Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Je reprends dans ce billet final concernant le colloque de la Fondation Gabriel Péri du vendredi 11 mars 2016 quelques interrogations soulevées lors de l’échange général avec l’auditoire. La première concerne les enseignements de ce colloque. Nous avons rappelé en fin du troisième volet les manques qui auraient permis de mieux saisir la configuration générale de la situation politique et de ses éventuelles évolutions. En particulier tout ce qui concerne la connaissance profonde de la sociologie du PCV, une thématique que j’avais abordé dans un précédent billet. Le second point de cette réflexion se focalise sur les « actes de langage du pouvoir communiste vietnamien » ce que nous appelons chez nous « les mots du politique ». Dans une société démocratique comme la nôtre, l’importance de cette sous-discipline des sciences politiques n’est plus à démontrer. Dans le contexte d’un régime totalitaire puis autoritaire, il convient de suivre de près toutes ces questions de vocabulaire comme l’ont fait dans leurs interventions mes collègues Jean-Philippe Eglinger (sur le monde économique) et Benoît de Tréglodé (à partir des textes historiques). Les mots d’un pouvoir autoritaire sont d’autant plus importants à étudier qu’ils présentent souvent des lectures concurrentes et doubles, recèlent des ambitions cachées et fonctionnent comme des paravents mobiles permettant de désamorcer des crises.

Vietnam Atelier 3 FGP© DdM
Intervenants du troisième atelier : M. Vu Minh Giang, Michel Maso (animateur), Philippe Delalande et Benoît de Tréglodé © 2016 DdM

Révolutions en devenir

Le colloque, très ouvert, a permis d’aborder en un temps record de très nombreux sujets (malgré les manques déjà soulignés). Il faut remercier la Fondation Gabriel Péri d’avoir convaincu les officiels de la RSVN de se prêter à cet exercice de transparence et de débat. Le cadre du Sénat pour une telle manifestation aurait été à mon sens plus restrictif  (on ne parle pas des questions qui fâchent pour des raisons diplomatiques). Quelles sont les attentes à l’issue de ce colloque ? L’évolution du Viêt-Nam apparaît-elle plus clairement ? Si l’échange a été franc et courtois, de nombreux points liés à la situation sociale et économique n’ont pas été abordés : rôle de la société civile au sein de ce système, droit de manifester, droit de grève et gestion des conflits sociaux, syndicalisme… Certes, les questions de dissidence et des prisonniers de conscience, celles de la centaine d’intellectuels signataires de nombreuses propositions de réformes (appel à un Second Ðổi Mới) n’ont pas été soulevées, mais on le voit bien la RSVN est tourmentée par des révolutions pacifiques en devenir1.

BacHoCCRD
Séance d’accusations publiques (« lutter en accusant ») pendant la réforme agraire radicale (1953-57) : une page sombre de l’histoire du communisme vietnamien © DR

La première d’entre elles est une révolution économique. Comme l’a parfaitement démontré Jean-Philippe Eglinger, il s’agit d’un « changement de modèle et de mentalité ». De son côté Hugues Tertrais a résumé en une phrase le poids du secteur public : « le secteur public est endetté et pose la question de sa contribution réelle à la croissance ». Cette réforme des institutions économiques ne peut se faire qu’avec les fameux « groupes d’intérêts » (nhóm lợi ích) (politico-économiques) qui se partagent les richesses du pays et qui se livrent une guerre secrète dont la presse mentionne les remous lors des grandes affaires de corruption. La seconde révolution est plus profonde encore mais elle est nécessaire, c’est une révolution politique. Elle est quelque part déjà engagée et vivement souhaitée par une composante du PCV à la fois patriotique et consciente des enjeux complexes de la mondialisation. Elle implique une réforme des institutions politiques (thể chế) en se basant sur les principes de la séparation des pouvoirs et du multipartisme. Mais comment faire la transition d’un régime appliquant le « centralisme démocratique » (tập trung dân chủ) en une démocratie parlementaire pluraliste ? Des clés existent. Lors de la discussion de la refonte de la constitution en 2013, de nombreux intellectuels vietnamiens, économistes, sociologues, historiens, politistes ou même artistes ont proposé des solutions2. Des tables rondes télévisées (au moins une que j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt) ont évoqué ces débats. Il reste une impulsion à donner au niveau du Comité central du PCV pour engager cette grande transformation. Mais le processus de « sortie du communisme idéologique » demande du courage et nécessite une vision. Il peut être graduel mais aussi rapide, selon la conjoncture. Cela dépend beaucoup de la réelle capacité du Parti à décider, ordonner et insuffler le changement. Quel est le poids de la Sécurité publique (Công An) et de l’Armée populaire. Ces deux piliers du régime sont-ils prêts à autoriser ces deux types de révolutions ? Quels sont les freins ? La Chine aura-t-elle son mot à dire dans ce processus ? L’exemple birman, pays que l’on disait adossé à la Chine et dont le poids de l’armée constituait une réalité quotidienne, laisse songeur. Je n’ai pas de réponses à ces questions et n’engagerait aucun pronostic. Mais le risque d’une révolution sociale, avec son lot d’exactions violentes à l’image des événements antichinois de l’été 2014, suivie d’une sévère reprise en main par l’Armée et la Police, n’est pas à écarté. Le Viêt-Nam a parfaitement bien réussi sa révolution diplomatique (même si celle-ci présente des faiblesses aujourd’hui en termes d’alliances ou de non-alliances), il est tout a fait en mesure de mener les autres révolutions pacifiques (je souligne) qui lui permettra de se maintenir comme une puissance régionale moderne et riche de son potentiel transnational. Je reviendrai sur cette « évolution pacifique » souhaitable dans le dernier paragraphe de ce billet.

L’autocritique : pour qui, pourquoi et jusqu’où ?

Le colloque du 11 mars 2016 a posé sans ambages la question du marxisme. Si l’on s’intéresse sérieusement à cette pensée à la fois politique, sociologique et économique, les questions de langages me paraissent importantes. Derrière les mots se présentent des concepts, des configurations politiques, des représentations sociales qui ne sont pas neutres et dont les implications sur le long terme sont majeures surtout dans le cadre des sociétés communistes ou post-communistes. Toutes les doctrines systémiques en particulier le totalitarisme ont développé des novlangues qui méritent d’être décryptées avec attention3. Le colloque a mis en avant quelques expressions clés comme Ðổi Mới (Renouveau), « dân chủ » (démocratie), « tư duy » (pensée) et d’autres formules usitées par le pouvoir « chủ nghĩa giáo điều » (dogmatisme), « chủ quan duy ý chí » (volontarisme subjectif, considéré comme une maladie) mais le vocabulaire politique a été en réalité peu décrypté faute de temps. Or, celui-ci comprend des éléments de langage propre au marxisme version asiatique. Le cas du communisme vietnamien ne fait pas exception à la règle. Il possède son propre discours, ses sources d’inspirations, ses modèles de référence.

ChuyenAnC30
« Procès pédagogique » de l’affaire C30 en RDVN en 1958. Tran Minh Chau responsable du réseau d’espionnage du Dai Viêt à la barre des accusés © DR

Depuis la création du parti en 1930, les actes de langage ont certes évolué mais il reste des permanences que je voudrais souligner ici. Après la révolution d’Août, l’expression politique vietnamienne s’est diversifiée donnant lieu dans la presse de l’époque (1945-1946) à des joutes entre nationalistes du VNQDÐ (Front QDÐ) et le Viêt-Minh. A titre d’exemple, l’expression « Tân dân chủ », démocratie nouvelle, inventée par Mao Tsé-toung en 1940 (dans son analyse de la Chine de l’époque), fut discutée dans les colonnes de la presse Viêt-Minh. Lors du colloque, j’ai soulevé, assez maladroitement je dois le dire (c’est-à-dire peut-être pas de façon assez explicite) et faute de temps quelques exemples de langage qui à mon sens relève de la persistance du langage totalitaire d’inspiration soviétique ou chinoise. Ces mots qui ont un sens et des répercutions politiques et sociales permettent de mieux répondre à la question qui fut posée sur le maintien du PCV au pouvoir. « Socialisme scientifique » ? Apparemment non, tant le système économique a du puiser dans le capitalisme pour se refaire, mais « autocritique », « tự phê bình », peut-être. Celle-ci est renouvelée et permanente au sein de l’appareil communiste. Elle s’adresse autant aux membres du parti qu’à ses adversaires déclarés. Elle fit des ravages, frisant l’absurdité, lors de l’opération H122 décrétée au sein du Viêt-Minh en 1948 pour débusquer l’ennemi intérieur4. Elle fut largement utilisée pour « purifier » l’appareil politique. Il faut relire les écrits d’écrivains ou de dissidents vietnamiens (Bùi Ngọc Tấn, Bùi Tín, Tô Hải, Vũ Thư Hiên…) ou ceux d’anciens prisonniers des camps de rééducation (LM Nguyễn Hữu Lễ, P. V. Trân…) pour saisir l’importance de ce phénomène.

Le processus est simple à comprendre. Si l’autocritique est réalisée et répond aux exigences attendues (aux canons édictés par le Parti à une époque donnée) la face est préservée et l’accusé peut entrevoir sa survie, espérer maintenir son intégrité politique voire physique. Cela permet d’obtenir le consensus par soumission et de rallier l’opinion dominante à l’intérieur du parti. Toutes les grandes affaires des années 1950 et 1960 visaient à recadrer les brebis rebelles susceptibles de faire dissidence. La discipline du Parti avant tout. Si l’on refuse de se prêter à cet exercice d’amende honorable, on s’attire immanquablement les foudres de l’appareil sécuritaire. Notre intégrité n’est plus préservée, elle est menacée. L’expulsion, la relégation voire l’élimination sont alors ordonnés. On vit, comme aujourd’hui de nombreux dissidents avec une épée de Damoclès sur la tête. Jamais tranquilles, ni eux ni leur famille (surtout si la filiation est liée à l’ancien régime de Saigon). Si l’on reconnaît ses fautes, ses torts et que l’on s’excuse prudemment d’avoir franchi le fil rouge, tout rentre sans l’ordre. La sécurité du Parti est préservée, l’honneur est sauf, le système peut continuer sa marche. Toutes les grandes affaires politiques internes du communisme vietnamien ont fonctionné sur ce modèle5.

TraiCaiTao_QuyenTruong
« Sardines » par Quyen Truong © DR

Il en va de même pour l’adversaire politique avec un degré de violence accru. Après la chute de Saigon, le 30 avril 1975, le Sud est passé sous administration politico-militaire pendant un an avant la réunification officielle (2 juillet 1976). Il s’agissait pour le nouveau pouvoir d’appliquer la purge, en termes léninistes, du corps social. Environ un million de citoyens sud-vietnamiens passèrent par la rééducation politique. Il fallait courber l’échine et se repentir. Les autocritiques écrites et réécrites tombèrent par dizaines de milliers. Cette politique tant vantée par le Premier ministre Phạm Văn Ðồng et l’intellectuel Nguyễn Khắc Viện (celui qui croyait aux vertus du confucianisme) avait et a toujours ses avantages et ses inconvénients. Avantages : reconnaître ses fautes c’est être à moitié pardonné. Passer dans le bon camp et devenir apôtre du nouveau régime c’est obtenir de l’avancement. Refuser ce processus de persuasion imposée c’est mettre sa vie en péril, voir ses rations de nourriture diminuer, être frappé par les hommes de main du régime ou rentrer dans le cercle de la mort lente. Inconvénient de cette politique : elle laisse des traces considérables dans le fonctionnement social.

Avec le système de l’autocritique, forme de censure extrême, toutes les dérives du Parti sont possibles puisqu’elles pourront être pardonnées (souvenons-nous du « Xin lỗi » [pardon] du Premier ministre en octobre 2012 devant les instances du Parti). L’autocritique absout le Parti des responsabilités qui lui incombent. Cette disposition mentale, réitéré dans « les procès pédagogiques » contre les dissidents est paradoxalement assez proche du repentir catholique et des méthodes inquisitoriales de cette religion. On peut y voir une forme de souplesse puisque le jeu est de formuler des excuses publiques et des aveux6 mais aussi une forme insidieuse de paralysie mentale. Cela maintient les esprits dans une sclérose permanente et dans un mutisme maladif. Relisons la nouvelle de Tạ Duy Anh sur ce sujet7. Le « vieux dresseur » expose la situation dans son testament :

« A mes chers humains,

« Demain je serai traduit en justice pour avoir sauvé un membre de notre espèce qui allait devenir un animal, contre sa volonté. Sa maladie est simple. Mentir est devenu un réflexe chez lui. Réaction biologique normale, sa gorge s’est enflée. C’est conforme au diction populaire ‘mentir t’enfle la gorge et le cou’. Le peuple a toujours été clairvoyant quels que soient les temps. Mon remède a été tout aussi simple : il faut effacer ses réflexes désastreux à n’importe quel prix. Car sinon, il y aurait des hommes qui hommes qui vivraient tout un demi-siècle sans avoir vécu sincèrement quelques jours. J’appellerais ceci Maladie Nationale. Elle est héréditaire. Elle peut engendrer des monstres »8.

Les communistes vietnamiens croient beaucoup au pouvoir de persuasion que chez nous nous appellerions action psychologique. Vous n’êtes pas d’accord avec nous : nous allons vous mettre d’accord. Nous allons vous expliquer (par mille raisonnements tortueux) que nous avons raison. Donc pour faire bref, l’autocritique est un fait politique et social très important à mesurer avec soin dans le cadre de l’État-Parti vietnamien.

L’ennemi du peuple réifié et l’évolution pacifique redoutée

La seconde expression de vocabulaire que j’ai soumis au colloque et en particulier aux cadres des études théoriques du PCV est la formulation de l’ennemi intérieur/extérieur selon la terminologie marxiste habituelle : « phản cách mạng » (contre-révolutionnaire), « phản động » (réactionnaire), « thế lực thù địch » (forces hostiles [de la révolution], « phần tử xấu  » (éléments mauvais [du corps social]) ou « ngụy » (fantoche) comme l’a mentionnée une auditrice dans la salle. Alors que la fin de la guerre a sonné il y a quarante ans, que le Ðổi Mới fête ces trente ans, ce vocabulaire n’a malheureusement pas disparu des analyses politiques du Parti sur le corps social vietnamien. C’est à mon avis une permanence du marxisme-léninisme dont se réclame toujours le PCV. Seule, une révolution langagière promue au sommet de l’État permettrait de bannir se type de vocabulaire.

TuTuongMacLê
Le marxisme-léninisme, idéologie importée et référence absolue du PCV © DR

Enfin, le troisième acte de langage, tout aussi important concerne l’expression « diễn biến hòa bình » empruntée directement au vocabulaire chinois (和平演變). Apparue (ou plutôt réactivée car l’expression est plus ancienne) au Viêt-Nam au début des années 90, elle vise à condamner l’évolution interne du parti dans une direction différente de celle qui est édictée et imposée par le Poliburo sous l’effet des influences pro-démocratiques extérieures9. Elle fonctionne donc comme un avertissement au sein de l’appareil politique et militaire. Les cadres, soldats et policiers de l’État-Parti ne doivent en aucun cas se permettre d’ « auto-évoluer » (tự diễn biến) ou  s’auto-transformer (tự chuyển hóa) en agent politique de l’Occident démocratique, c’est-à-dire dépasser la ligne rouge. Cette dernière est d’ailleurs invisible jusqu’au début des premières persuasions de la Sécurité publique qui vous soumet fortement tout l’intérêt qu’il y aurait pour vous et votre famille à rentrer dans l’ordre de « l’État de droit socialiste ». L’appareil judiciaire dispose de lois pénales spécifiquement dédiées au dépassement de la ligne rouge (articles 79, 88 et 258 du code pénal). Accepter l’évolution pacifique et sortir de la réification de « l’ennemi du peuple » (sous ses multiples apparences au cours de l’histoire) serait un grand pas en avant.

TuTuongPBChau-PCTrinh
La pensée politique réformée : les patriotes Phan Boi Chau et Phan Chau Trinh © DR

J’avais publiquement avancé l’idée, lors d’un précédent colloque en novembre 2012 à Lyon à la Chambre de commerce et d’industrie, que « l’évolution pacifique » était hautement souhaitable pour le Viêt-Nam, qu’il ne fallait pas la redouter mais l’accompagner. Cela me paraissait une bonne chose pour sortir d’un système marxiste-léniniste stérile et inventer un autre système de type démocratique, national progressiste (si l’objectif est la fabrication d’une nouvelle idéologie). J’ai souvent dis à mes amis vietnamiens, membres du PCV, sur le ton de la boutade que la transformation du Viêt-Nam autoritaire vers le pluralisme et le multipartisme n’était pas très compliquée à organiser d’autant plus qu’ils ont toutes les clés du pouvoir en main. Se séparer des symboles Mác-Lê qui amusent bien du monde n’était pas difficile et augmenterait le prestige de ceux qui s’engageraient dans cette transformation historique. Le Viêt-Nam ne disposaient-ils pas dans son histoire assez de héros nationaux (Deux Sœurs Trưng, Tran Hưng Ðạo, Nguyễn Trãi, Phan Bội Châu, Phan Châu Trinh, Ðạm Phương…) pour refonder son système idéologique et ne plus faire appel aux héros d’importation ? Pour le coup celui-ci aurait sa propre originalité (độc đáo), unifierait le récit national, réconcilierait les parties et serait moins ridicule aux yeux du monde.

Lors du colloque, mes questions sur le langage du pouvoir sont restées sans réponses et je le regrette. Il était peut-être difficile d’y répondre en deux minutes. Le PCV est-il encore un parti marxiste ? Sur le plan du vocabulaire, la réponse est affirmative comme l’a démontré le PowerPoint de M. Vũ Minh Giang. Ces formes langagières outrancières pour qualifier l’évolution politique du pays, pour stigmatiser une partie même des citoyens de ce pays, font partie de ce qu’il reste du marxisme-léninisme au Viêt-Nam. Un outil d’exercice du pouvoir, de justification et de répression.

TuTuongHaiBaTrung
L’imaginaire national réinventé : les deux Soeurs Trung, héroïnes nationales du Viêt-Nam © DR

★ ★ ★

Pourquoi ces questions de vocabulaire qui pourraient être anodines sont-elles si importantes ? Parce qu’à notre avis la persistance de ce vocabulaire, illustrant les passages les plus sombres du marxisme-léninisme et plongeant ses racines dans le totalitarisme est une entrave au processus de réconciliation nationale. Comment peut-on dire à la fois « Venez à nous, rallier notre expérience nationale-communiste » et « Faites bien attention à ce que vous allez dire » ? Est-ce une simple réminiscence du « vừa bàn vừa đánh » (on discute et on frappe tout à la fois) appliqué pendant la guerre de réunification ou est-ce ancré plus profondément dans la technique de gouvernement du PCV ? Au fil du temps le « bandit capitaliste » a pris la forme du « contre-révolutionnaire », et aujourd’hui du « réactionnaire », de « l’élément nocif ». Mais, rétorquent souvent les dissidents, qui sont aujourd’hui les véritables « réactionnaires » ? Certes pas nous, hommes et femmes d’ouverture, de bonne volonté et de progrès, non corrompus. Il y a donc de la part du pouvoir vietnamien actuel une étape à franchir, un climat à abolir, un changement de mentalité à effectuer. L’originalité de la politique vietnamienne dépendra beaucoup de cette transformation. Le discours un peu surfait sur la rupture et la continuité (car c’est une question de dosage, il y a de fait à la fois rupture et continuité avec le Ðổi Mới) prendra tout son sens. Ces questionnements sur le marxisme deviendront obsolètes au bénéfice d’une seule cause : celle d’une nation vietnamienne réconciliée avec elle-même (c’est-à-dire sa population transnationale) et tournée vers un avenir résolument moderne.

La question qui se pose et qui attend des réponses est celle de la pertinence du maintien de l’outil marxiste quarante ans après la guerre et la réunification du pays. Car si le marxisme était juste un outil pratique, une boîte à outils, selon l’intervention du professeur Vũ Minh Giang, il fut aussi un formidable outil de contrôle social et de répression. C’est tout ce qu’il reste du marxisme-léninisme vietnamien à l’heure actuelle, un décor de théâtre, une logorrhée justificative, un outil de censure et d’autocensure, un moyen d’exercice de la peur. La question qui se pose est donc celle du maintien ou de l’abandon de cette chape de plomb, de ce cadre idéologique inutilement répressif qui fige les intelligences et les savoirs, qui encourage la corruption et qui freine de fait le développement du pays.

Le chercheur Benoît de Tréglodé a eu raison de souligner que la jeune génération des membres du PCV (trentenaires et quadragénaires) se trouve dans un état d’esprit bien différent que celles générations de la guerre et que l’immense majorité aspire à un changement politique d’envergure. Les clefs de ce changement sont actuellement dans les mains du PCV mais aussi dans celles des organisations de la société civile émergente et du peuple tout entier.

François Guillemot, MàJ 17/03/2016.

Image « à la une » : statue de l’empereur Quang Trung à cheval devant le marché Nguyen Tri Phuong à HCM-Ville © 2014 FG

Retour aux CR du colloque :

Notes

  1. L’appel à un « second Renouveau » avait déjà été lancé à l’approche du XIe congrès de 2011, voir Laurent Gédéon et François Guillemot, « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (dir.), L’Asie du Sud-Est 2012. Les événements majeurs de l’année, Bangkok & Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2012, pp. 289-311 []
  2. Voir sur ce carnet : Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive []
  3. Je renvoie au travail du philosophe allemand Viktor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich. Carnets d’un philologue, Paris, Albin Michel, Bibliothèque des idées, 1996 ; Laurence Aubry et Béatrice Turpin (dir.), Viktor Klemperer, repenser le langage totalitaire, Paris CNRS éditions, 2012 []
  4. Voir sur ce sujet l’excellent article en ligne de Christopher Goscha, Intelligence in a Time of Decolonization: The Case of the Democratic Republic of Vietnam at War (1945-50), Intelligence and National Security, Vol. 22, No.1, February 2007, pp. 100-138. Voir en particulier le passage « Enemy deception: The case of ‘H122’ and the intelligence failure », pp. 125-128 []
  5. Sur les « procès pédagogiques » voir François Guillemot, « Vraie et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam : de l’invention et de l’usage de ‘l’ennemi intérieur’ 1945-1967 », in Stéphane Courtois & Christopher E. Goscha (Ed.), Revue Communisme : Vietnam, de l’insurrection à la dictature 1920-2012, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, pp. 259-302 []
  6. Cas du procès de l’avocat Lê Công Ðịnh, dissident, mais aussi cas au plus haut niveau de l’État-Parti, voir le repentir du Président Hồ Chí Minh pendant la réforme agraire []
  7. « Une épidémie diabolique », in Terre des éphémères, Arles, Philippe Picquier, 1994, pp. 51-64 []
  8. Ta Duy Anh, « Une épidémie diabolique », op. cit., pp. 63-64. Hanoi, 1990 []
  9. Voir François Guillemot, « Viêt-Nam. Résistances, révolutions, réunifications », in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, Paris, Choiseul, 2011, pp. 340-366, en particulier p. 363 []