Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? # 2

Second volet de notre compte-rendu du colloque du 11 mars 2016 sur les suites politiques, sociales et économiques du XIIe Congrès du PCV.

ColloqueVN_FGP_Atelier2
Intervenants du deuxième atelier : M. Bui The Giang, M. Jean-Philippe Eglinger, M. Paul Fromonteil (animateur), Mme Dominique Bari et M. Pierre Journoud © 2016 FG

Deuxième atelier : État des lieux et défis

Le second atelier intitulé « Après le XIIe Congrès du PCV, quoi de neuf ? » débuta avec une bonne demi-heure de retard. L’objectif de cet atelier, animé par Paul Fromonteil de l’AAFV, était de mesurer les problèmes qui se posaient désormais au PCV à l’issue du XIIe congrès de janvier 2016 et après le ralentissement économique dû à la crise mondiale de 2008. L’atelier débuta par le témoignage très intéressant de Dominique Bari, journaliste de L’Humanité, de retour du XIIe Congrès. Après un voyage de presse en novembre 2015, l’envoyée spéciale put couvrir cet événement politique pour le quotidien du PCF. Ne maitrisant pas le vietnamien, elle put néanmoins obtenir des informations importantes sur les différents discours tenus lors du congrès. Cela lui permit aussi d’envisager des réponses à ses questions : était-ce seulement une querelle d’hommes (Nguyễn Tấn Dũng vs Nguyễn Phú Trọng) ? ; rupture ou continuité ? ; état des lieux des réformes ? Sa première grande impression fut que le Congrès se déroulait à une époque charnière, à l’heure des bilans du Ðổi Mới, celle du départ d’une nouvelle phase politique et économique. En particulier, les nombreux accords de libre-échange signés par la RSVN allaient désormais peser sur l’économie vietnamienne. Le congrès fut le lieu d’un grand débat sur l’accord TPP suscitant réticences et attentes. L’accord se révèle lui-même complexe et ambigu et, selon cette journaliste, il s’agit d’un outil politique tout autant qu’économique. Trois sortes de discours sur l’opportunité et le rythme des réformes ont jalonné le congrès.

Dominique Bari & Pierre Journoud © DdM
Mme Dominique Bari, journaliste à L’Humanité et M. Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier © 2016 DdM

Le premier est un « constat lucide des enjeux » : il se focalise sur les changements internes que vont provoquer les nouveaux accords de partenariat. « Il y aura de la casse ! », lui a-t-on confié, dans ce pays à 70% de ruraux. Les petites entreprises ne sont pas prêtes à affronter l’arrivée massive d’investisseurs mais on est conscient qu’il n’y a pas d’autres choix pour construire le développement du pays. Dans ce processus de transformation, la réforme des institutions, notamment du secteur public, est inévitable pouvant cependant provoquer une « onde de choc » qu’il conviendra de contenir.

Le second discours est « sévère et critique ». On souligne le danger des règles ultra libérales des accords notamment du poids croissant des États-Unis sur l’économie du pays. Certains y voient à terme un danger sur « la souveraineté nationale ». Le poids de la Chine pourrait à ce titre servir de contrepoids au leadership américain. L’inquiétude n’est pas spécifique au Viêt-Nam car l’accord TPP est également contesté au Japon ou en Corée du Sud. Quelques impacts sont soulignés par la journaliste : sur les produits pharmaceutiques, sur l’introduction des OGM (notamment dans la riziculture) avec le retour de Monsanto (!). Les conséquences prévisibles risquent d’être similaires à celles de l’adhésion de la RSVN à l’OMC en 2007 avec une perte du pouvoir d’achat, une forte inflation et des répercutions sur le prix du riz. Le contexte de la croissance démographique et des migrations internes est également rappelé : HCM-Ville se gonfle d’un district supplémentaire chaque année, augmentant le secteur informel et la précarité.

Le troisième discours est un discours favorable à une « libéralisation économique poussée, accompagnée de ses effets politiques ». L’accord TPP prévoit, en effet, la création de syndicats indépendants pour protéger les travailleurs. Il faudra alors définir leur place et leur rôle dans la société vietnamienne. La transition birmane, d’un État autoritaire dirigé par les militaires vers un État démocratique et le multipartisme, est discutée au sein du PCV. Le poids politique, militaire et économique de la Chine est remis en cause et un rapprochement plus net avec les États-Unis est préconisé. Le changement même du nom de l’État communiste et l’abandon pur et simple du marxisme-léninisme, devenu inopérant, sont également à l’ordre du jour de cette faction la plus ouverte du Parti.

Dominique Bari fit remarquer que tous ces débats traversent actuellement la société vietnamienne. Société au sein de laquelle les contradictions se sont aiguisées, société plus hétérogène également où les intérêts des uns et des autres sont souvent divergents. Société jeune également avec 50% de la population de moins de trente ans et enfin, société ultra connectée sur le monde avec 40 millions d’utilisateurs d’internet dont 20 millions de personnes sur Facebook. Tous ces paramètres font que les attentes de la population en termes de transparence, de lutte contre la corruption, d’amélioration du système de santé ou d’éducation sont fortes. La rivalité Nguyễn Tấn Dũng / Nguyễn Phú Trọng cache ainsi des enjeux sociaux et économiques beaucoup plus importants. Le congrès a finalement opté pour le consensus avec un bureau politique rénové (12 nouveaux membres sur 19 dont trois femmes) et la continuité de la politique de réforme. L’agenda et le rythme de cette politique n’est pas encore très clair et pour finir, Dominique Bari s’interroge sur l’accord TPP qui pose de fait la question du développement du système productif vietnamien en toute indépendance (une question déjà soulevée par Patrice Jorland dans son intervention, si les termes « indépendance » dans une économie globalisée et interdépendante à encore un sens).

JP Eglinger © DdM
M. Jean-Philippe Eglinger, ingénieur, chef d’entreprise et enseignant à l’INALCO © 2016 DdM

La communication de Jean-Philippe Eglinger, ingénieur et entrepreneur, s’est concentrée sur des aspects purement économiques. Avec grand réalisme, ce spécialiste des « Entreprises générales vietnamiennes » (sujet de sa thèse de doctorat à l’INALCO où il enseigne) opta pour nous soumettre ses questions et pas de certitudes. En introduction de son exposé, construit sur la littérature officielle qu’il décrypte avec soin et sérieux, étant lui-même vietnamisant, il souligna que si l’intégration du Viêt-Nam au monde marchand était parfaitement réussie, le souci majeur repose désormais plus sur cette nouvelle donne : l’exposition de l’économie vietnamienne et les différentes implications de cette exposition. Le Viêt-Nam fut jusqu’alors relativement préservé (voir par exemple lors de la crise en Asie du Sud-Est en 1997).

Aperçu de la communication de Jean-Philippe Eglinger à la Fondation Gabriel Péri © Viet Phap Stratégies / photos : FG

Un gros travail attend le pays dans le nouveau cadre d’une mondialisation accélérée, source de croissance mais aussi de nécessaires restructurations. L’auteur rappela le déficit de 30 milliards de dollars avec la Chine, soulignant ainsi indirectement une certaine dépendance à prendre en compte. Selon M. Eglinger, le tableau du tissu économique vietnamien reste fragile. Sur 800.000 PME, 400.000 sont inopérantes ou en quasi faillite. A titre d’exemple pour 66 millions d’habitants la France possède 3 millions de PME, une véritable force économique en constante évolution et adaptation. Qu’en sera-t-il pour le Viêt-Nam, comment capter la valeur ajoutée faite au Viêt-Nam ? Telles sont les questions que se posent ce chercheur avisé. A titre d’exemple, pour les téléphones mobiles produits par Samsung au Viêt-Nam, 5% de la valeur ajoutée revient au Viêt-Nam et le reste à l’entreprise coréenne. Ce simple chiffre démontre l’ampleur du travail à accomplir. La délicate restructuration des Entreprises générales (Tổng công ty) et des Conglomérats (Tập đoàn) est au programme des réformes. L’enjeu est d’augmenter la valeur ajoutée vietnamienne en l’intégrant dans la chaîne de valeur globale. Il s’agit de capter cette chaîne de valeur puis de la remonter pour affermir le potentiel économique du Viêt-Nam. Le défi est important d’autant plus que chaque année, 1,5 millions de jeunes entrent sur le marché du travail.

Journoud_DeGaulle&VietnamLe chercheur Pierre Journoud, historien, spécialiste des relations internationales à l’université Paul-Valéry Montpellier, s’est focalisé sur la politique étrangère vietnamienne. Il fit auparavant le constat que la recherche sur le Viêt-Nam était à renforcer en France (constat que je partage ayant fait moi-même remonter cette information auprès du CNRS dans le cadre de notre laboratoire lyonnais). Pierre Journoud a exposé dans les grandes lignes l’origine de la politique étrangère (défense comprise) actuelle en partant du Renouveau de 1986-87. Pour ce chercheur, et il a raison, le Ðổi Mới constitue bien une rupture sur le plan des affaires extérieures. Trois actes illustrent ce processus : la résolution n° 32 en 1986 mène le pays sur la voie de la normalisation des relations avec le Cambodge ; la résolution 13 de 1988 engage la RSVN dans une politique étrangère multidirectionnelle ; enfin, le Congrès de 1991 du PCV, à la suite du règlement cambodgien et de la normalisation des relations avec la Chine, proposa une politique de recentrage diplomatique. Cependant, on observe aussi des continuités : le retour des éléments de la diplomatie des années de guerre (les 3 fronts : politique, militaire, diplomatique) et la préservation d’un équilibre entre la Chine et la Russie. A partir des années 1990, la RSVN se lance dans « une stratégie intégrale ». La fameuse « diplomatie Facebook », visant à acquérir le plus d’amis possibles est mise en route avec succès comme le démontre ce chiffre étonnant : en 1986, la RSVN avait des relations diplomatiques avec 57 États, en 2000, avec 169 États, on passe du simple au triple.

Des priorités sont maintenues comme les « relations spéciales » avec les voisins indochinois (Laos et Cambodge) et les questions stratégiques liées aux différends en Mer de Chine orientale. La diplomatie culturelle et économique se développe mais reste le plus souvent au stade traditionnel d’État à État (on est, il est vrai, assez loin de la puissance du solf power sud-coréen). La multi latéralisation des relations diplomatiques s’exprime avec l’adhésion à l’ASEAN en 1995 que le Viêt-Nam préside en 1998, la fondation de l’ASEM en 1996 dont la RSVN est membre fondateur, le sommet de la Francophonie à Hanoi en 1997, l’entrée dans l’OMC dix ans plus tard et enfin au Conseil de sécurité de l’ONU en 2008-2009 comme membre non permanent. La recherche de l’équilibre entre Washington et Pékin est constante. D’un côté comme de l’autre, il reste des « irritants ». Les États-Unis interpellent régulièrement le Viêt-Nam sur la question des droits de l’homme et la religion et Pékin pratique sur le plan militaire, une politique de fait accompli en Mer de Chine et, sur le plan économique, laisse courir le déficit commercial vietnamien.

Sur le plan de la sécurité militaire, la question qui suscite aujourd’hui le plus d’inquiétude est sans doute celle de la mer de Chine. On observe depuis quelques années une militarisation croissante de la région et la menace chinoise se précise. En 2009, un livre blanc du gouvernement vietnamien faisait état d’un risque de conflit limité. Depuis, le pouvoir vietnamien réactive en matière de polémologie la notion de guerre populaire si un éventuel conflit venait à exploser. En outre, la RSVN modernise son appareil militaire notamment auprès de la Russie. Pour Pierre Journoud, sur le plan diplomatique, le XIIe congrès du PCV s’inscrit dans une continuité évidente. Cependant, il signale avec justesse que les processus de décision revêtent un caractère secret et collectif. La position sur la Chine évolue à petits pas et la marge reste très étroite entre stabilité politique et repositionnement diplomatique. C’est un facteur de risque. Le Viêt-Nam peut-il se permettre de tourner le dos à la Chine ? Certainement pas. Notons que la stratégie de rééquilibrage vers l’Asie préconisée par le Président américain Barack Obama a été bien accueillie par la RSVN. Le maintien de l’équilibre entre les deux premières grandes puissance économiques du monde apparaît comme la solution la plus logique. Selon ce chercheur, si la diplomatie vietnamienne est une réussite incontestable, des efforts peuvent être encore faits en direction des compatriotes de l’étranger, dans un cadre plus général encore à bâtir, celui d’une politique d’authentique réconciliation à l’égard de tous les Vietnamiens patriotes, quels que fussent leurs engagements passés.

Bui The Giang © DdM
M. Bui The Giang, Directeur général de la Direction de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, Commission des relations extérieures du Comité central du PCV © 2016 DdM

Dernière intervention de cet atelier, M. Bùi Thế Giang, Directeur général de la Direction de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, Commission des relations extérieures du Comité central du PCV, organisa sa communication à deux reprises autour du chiffre 7 (chiffre porte-bonheur chez nous). Dans une allocution enjouée, M. Bùi Thế Giang a confirmé que l’attention portée au XIIe congrès avait été plus importante que d’habitude (chú ý nhiều hơn). Cela s’explique, selon lui, par le déroulement des événements régionaux qu’il n’a pas directement nommé si ma mémoire est bonne (comprenons Mer de Chine orientale, transition birmane et ouverture du marché au sein de l’ASEAN) et l’attente des partenaires étrangers sur le développement du Viêt-Nam. Il rappela fort justement que peu de pays possèdent aujourd’hui une direction communiste dans le monde d’où l’intérêt que pouvait susciter le Congrès. La Chine elle-même avait démontré cet intérêt en soulignant l’importance du Congrès vietnamien et, vu des États-Unis, le secrétaire général du Parti Nguyễn Phú Trọng avait reçu la confiance d’Obama quelques mois auparavant. Le Viêt-Nam était désormais sur une voie nouvelle se résumant par une formule amendée par M. Giang : « peuple riche (dân giàu), pays fort (nước mạnh), engagement (cam kết) et droit (pháp quyền) » comme pour signaler que désormais le Viêt-Nam ne devait manquer la marche de ce progrès vers l’intégration internationale aux fortes implications sociales. Selon lui, les questions économiques et sociales furent d’ailleurs les plus débattues lors du congrès (thảo luận nhiều nhất). La transformation du pays vers l’économie capitaliste était un fait avéré tout comme le doublement de la population vietnamienne depuis 1976.

30NamDoiMoi_1986-2016

M. Bùi Thế Giang dressa ensuite un tableau des réalisations du Ðổi Mới. Il insista sur les 7 grandes réalisations de la politique du Renouveau : la fin de l’isolement et l’ouverture sur le plan diplomatique, la résolution des conflits régionaux, le développement économique et la réduction de la pauvreté, l’intégration internationale, le regard différent porté sur les Vietnamiens d’outre-mer et les nouveaux engagements dessinant les perspectives d’un Viêt-Nam fortement tourné vers l’avenir. Souligner ces indéniables réalisations n’empêcha pas M. Bùi Thế Giang de mettre en avant les faiblesses de ce processus, en particulier sur le plan du développement durable et à travers le pesant facteur chinois (yếu tố Trung Quốc). Il précisa trois autres limites : la compréhension générale de l’évolution qui n’était pas toujours acquise au sein du PCV, l’évolution de la situation internationale également pas toujours comprise et l’intégration économique au monde pas assez forte (ce que devrait corriger le TPP). Sept tâches importantes (nhiệm vụ lớn) attendent le PCV. Faute d’inattention, je n’en ai relevé que cinq (je m’excuse auprès de l’auteur et des lecteurs) : la rénovation de l’éducation (đổi mới giáo dục), une culture avancée (văn hóa tiên tiến), la garantie de la sécurité sociale et alimentaire (bảo đảm an sinh xã hội), l’exploitation mesurées des ressources naturelles, l’esprit d’indépendance (độc lập), d’autonomie (tự chủ), le multilatéralisme (đa phương). En clair, M. Bùi Thế Giang, en sortant un peu du discours officiel, a insisté sur le fait qu’aucun retour en arrière n’était ni possible ni souhaitable et qu’un nouveau Viêt-Nam pouvait émerger si tous ces défis étaient relevés.

La matinée se termina sur cette note encourageante et positive.

François Guillemot, MàJ 17/03/2016.

Image « à la une » : Sur la route de Dong Nai © 2014 FG.

Les portraits des intervenants sont de Dominique de Miscault

Lire la suite : Troisième atelier : le marxisme-léninisme vietnamien questionné


2 réflexions au sujet de « Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? # 2 »

  1. Je trouve le ton des discussions trop solennel. Il faudrait dédramatiser, aborder les sujets comme si le Viêt Nam est un pays sinon normal mais en voie de normalisation :

    – au point de vue économique : tout simplement, comme tout le monde, on devra gérer et s’adapter à la mondialisation ;
    – au point de vue relations étrangères : on oublie trop que le Bắc quôc (« Chine « ) sera éternellement le voisin tandis que la présence américaine risque d’être marquée du sceau de l’impermanence, vu leurs dissensions potentielles suite à la victoire de Trump. La demande passionnelle de « thoat Trung » semble relever de l’ignorance complète des facteurs historiques, géographiques et culturels.

    A propos des exactions « chinoises » en mer, que faire : comme dirait Chomsky, les grands pays font ce qu’ils veulent les petits supportent comme ils peuvent. L’actualité toute récente, Obama à Cuba, montre les risques à défier un voisin trop puissant : 60 ans d’un embargo cruel, vindicatif qui reste toujours actif comme on l’oublie trop souvent.

    En plus des 5 tâches importantes, il y en a une culturelle à laquelle il faudrait penser, le retour partiel aux caractères Han. La présence occidentale et américaine ne date que depuis plus de 100 ans. Qu’est ce cela, en comparaison des 2000 ans de culture asiatique ?

  2. Bravo F.G. et D. de M. ainsi que les intervenants du Congrès.
    Cependant, on se demande si aux discours suivront des faits :
    « Le poids politique, militaire et économique de la Chine est remis en cause et un rapprochement plus net avec les États-Unis est préconisé. Le changement même du nom de l’État communiste et l’abandon pur et simple du marxisme-léninisme, devenu inopérant, sont également à l’ordre du jour de cette faction la plus ouverte du Parti ». OU des vœux pieux !

Les commentaires sont fermés.