Marie 1er roi des Sedangs, l’improbable retour

En l’espace de quelques mois, deux ouvrages relatant la vie « extraordinaire » de Marie 1er, le Roi des Sedangs, sont parus. Depuis 1927, avec les premières biographies dressées par Jean Marquet et Maurice Soulié, la figure de cet aventurier iconoclaste continue de nourrir notre imaginaire colonial jusqu’à hanter la littérature d’André Malraux.

Dix ans plus tard, en 1937, Jean Dorsenne publie à son tour Un boulevardier roi des sauvages, roman qui dit-on inspira La Voie royale de Malraux. Le grand écrivain il est vrai avait évoqué ce destin dans ses Anti-mémoires (1967) puis dans un roman inachevé publié après sa mort (Le règne du malin).

Le célèbre roi boulevardier poursuivit sa route dans les années 1980 à travers une nouvelle apparition dans le roman Le Royaume oublié (1986) de Michel Aurillac qui lui est dédié et Gerald C. Hickey, un éminent chercheur américain, spécialiste des populations montagnardes du Centre du Viêt Nam, étudia de près son cas dans Kingdom in the morning mist (1988).

Le personnage de Marie 1er est ainsi devenu célèbre et la parution de ces deux nouvelles biographies va le rendre encore plus populaire (même mon voisin de palier connaît les exploits du brave homme !). Au fil du temps, Marie 1er s’est inscrit dans l’imaginaire colonial français mais en héros décalé du colonialisme gaulois.

Le premier ouvrage, paru chez Perrin, au titre éloquent Marie Ier, le dernier roi français convoque le lecteur à suivre cette aventure épique pour une ultime réhabilitation : « « Fantôme de gloire », selon l’expression d’André Malraux, il n’a cessé d’inspirer les écrivains par son destin hautement romanesque. Né en 1842 dans une famille bourgeoise et bonapartiste, Marie-Charles David de Mayréna fuira toute sa vie les conventions de son époque. C’est cet aventurier que le gouverneur général de l’Indochine envoie secrètement, en 1888, fédérer sous son autorité les ethnies montagnardes et indépendantes de l’hinterland central convoité par l’Angleterre, l’Allemagne et surtout le Siam. Mayréna y réussit au-delà de toute espérance. Elu roi des Sédangs sous le nom de Marie Ier, il établit une constitution, légifère, fait la guerre aux insoumis et quitte sa nouvelle patrie pour aller demander le protectorat de la France. Mais celle-ci choisit de l’évincer du royaume qu’il a créé. A l’issue d’une lutte acharnée, il mourra dans une île malaise en novembre 1890, après avoir échoué à reconquérir son trône de bambou. Faisant la part entre légende et vérité, cette biographie au souffle épique rend enfin justice au dernier roi français ». [présentation de l’éditeur]

Réf. : Antoine Michelland, Marie Ier, le dernier roi français. La conquête d’un aventurier en Indochine, Paris, Librairie Académique Perrin, 2012 / aperçu sur Google Books

Le second, chez L’Harmattan, est intitulé Maris 1er Roi des Sedangs en Indochine : « Cette histoire donne au lecteur l’occasion de se plonger dans le monde disparu de l’Indochine française en redonnant vie à l’aventurier Charles David de Mayréna, né en 1842 à Toulon. Prodigue par nature, marié et père de famille, ce dernier devient roi à 46 ans de l’autre coté de la Terre, à Saigon. Après s’être donné pour mission de convaincre les peuples indépendants de cette région de confier leur futur à la France, il se fera élire roi à titre personnel par ces derniers ». [présentation de l’éditeur]

Réf. : Lionel Lecourt, Marie 1er. Roi des Sédangs en Indochine, Paris, L’Harmattan, 2012.

Les exploits de Marie 1er continuent donc de faire rêver. Le site Belle Indochine qui lui consacre une page illustrée ne cache pas sa fascination : « « Conquérir un royaume » : voilà le rêve fou que Mayréna réussit à mettre en œuvre. Pour moi, cette histoire reste le symbole d’une époque où tout était encore possible, et notamment la conquête de territoires quasi inconnus avec des moyens dérisoires… ». Le personnage a rejoint la liste des souverains éphémères et divers sites farfelus lui rendent hommage avec humour : « Maintenant avec Internet on peut être Roi, ou Princesse en quelques coups de souris et de clavier… Mais avant ce n’était pas si facile, pourtant certains ont essayé… » proclame Majorie 1ère, comtesse d’Artichaud sur son site.

La fascination que continue d’exercer Marie 1er sur les Occidentaux est elle-même fascinante. Est-ce le signe du retour d’une Indochine fantasmée ? Qu’en pensent les premiers intéressés, les Sédangs ?

 

Autres références :

Lire le long CR de lecture de Marcel Ner publié en 1927 dans le BEFEO (en ligne sur Persée).

L’ANAI (Association Nationale des Anciens et Amis de l’Indochine et du Souvenir Indochinois) a consacré une page à Marie 1er sur son site.

Une biographie de Marie-Charles David de Mayréna est en ligne sur Lettres du Mékong.

Le Figaro online dans ses pages culture se lance à la recherche des traces de Marie 1er au Viêt-Nam (voir billet à suivre).

Nicolas Vidal, Les jungles perdues. Regards sur des Montagnards du Laos et du Viêt Nam, sur leurs jungles et sur leur destin, Le Capucin, 2003 / aperçu sur Google book

Gerald C. Hickey, Kingdom in the Morning Mist: Mayrena in the Highlands of Vietnam. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 1988.