Au Cambodge aussi la BD raconte le génocide – par Laureline Karaboudjan

[ndlr] Article intéressant sur le rôle pédagogique de la bande dessinée pour exorciser les génocides contemporains et sensibiliser un large public au devoir de mémoire. « La bande dessinée est un outil formidable pour lutter contre l’oubli des crimes contre l’humanité » rappelle Laureline Karaboudjan.

 

Le procès de Douch, ancien dirigeant khmer rouge génocidaire, vient de s’achever. Au Cambodge, comme pour le Rwanda, l’ex-Yougoslavie ou Auschwitz, la bande-dessinée sert le travail de mémoire.

Avec le procès de Douch, qui s’est achevé lundi dernier par la condamnation à 35 ans de prison de l’ancien responsable du camp S-21, le génocide cambodgien est revenu sur le devant de l’actualité. Cet épisode terrible de l’histoire du Cambodge, entre 1975 et 1979, durant lequel près de 2 millions de personnes périrent, n’est pas très bien connu en France. L’amateur de bandes-dessinées peut pourtant trouver facilement matière pour mieux réviser son Histoire. Car le génocide cambodgien, comme d’autres événements historiques similaires, à commencer par la Shoah, a suscité l’attention d’auteurs du neuvième art, déterminés à utiliser les cases et les bulles pour témoigner des événements.

L’œuvre la plus connue sur le génocide perpétré par les Khmers Rouges est la trilogie signée par Séra, Impasse et rouge, L’eau et la terre et Lendemains de cendres. Si le premier ouvrage n’aborde pas directement le génocide, se concentrant sur la guerre civile au Cambodge, le second album y est directement dédié. A travers différents récits l’auteur tente de donner une image plurielle et donc la plus juste possible des événements. On retrouve d’ailleurs ce procédé de  la mosaïque de témoignages et des histoires entremêlées dans de nombreuses bandes dessinées consacrées à des génocides. L’album a été récemment traduit en khmer et distribué au Cambodge. Comme son nom l’indique, la troisième bande dessinée parle de l’après-génocide. Toute l’œuvre de Séra est minutieusement documentée d’archives et de témoignages, un trait également commun à de nombreuses BD mémorielles du même type.

On ne badine pas avec les génocides.

A propos de Pol Pot et de sa bande, j’avais déjà eu l’occasion de vous parler un peu de Palaces, de Simon Hureau. A l’occasion d’un voyage dans le pays, l’auteur tient un carnet de croquis comme le font beaucoup de ses condisciples dès qu’ils bourlinguent. Mais là où l’on retrouve souvent un peu de tout, des “choses vues” à l’intérêt divers, Hureau se concentre sur les hôtels abandonnés dont il croise la route, et qui servaient de lieux de détention et de torture aux Khmers Rouges. Trente ans après, le sile nce y est toujours aussi glaçant et le dessinateur, à travers de funestes encres et lavis, m’a donné la chair de poule.

Lire la suite : Le blog BD de Laureline Karaboudjan