Les résidus de la guerre, la mobilisation des réfugiés du Nord pour un Vietnam non-communiste (1954-1965)

[ndlr] Thèse soutenue récemment à Montréal. Nous adressons toutes nos félicitations à Phi Vân.

Les résidus de la guerre

la mobilisation des réfugiés du Nord pour un Vietnam non-communiste (1954-1965)

Phi Vân Nguyen

mardi 13 octobre 2015

Résumé :

Au terme de la guerre d’Indochine, le cessez-le-feu établi par la conférence de Genève  de 1954 regroupa les forces belligérantes de part et d’autre du 17ème parallèle. En plus des soldats, plus de 800 000 individus, dont une majorité de catholiques, évacuèrent le nord pour rejoindre la zone non-communiste dans le sud. Ngô Đình Diệm, le dirigeant de Saigon, avait protesté contre les clauses établies à Genève et confirma sa position lorsqu’il déclara ne pas organiser de référendum sur l’unification territoriale tant que les communistes demeureraient au pouvoir dans le nord. Dès lors, l’exil de ces personnes allait s’éterniser. Comment la migration de 1954 influença-t-elle la mobilisation politique et culturelle des réfugiés du nord dans le sud du Vietnam ?

À l’aide d’archives privées et gouvernementales venant du Vietnam, de France et des États-Unis, notre thèse étudie le parcours politique et culturel des réfugiés depuis leur arrivée dans le sud en 1954 jusqu’au déclenchement de la guerre du Vietnam en 1965. Leur histoire s’étudie au travers de quatre séquences d’action convergentes.

  • Une première partie aborde la façon dont les États-Unis et la république utilisèrent l’épopée de ces réfugiés pour illustrer leurs combats politiques et économiques. En dépit de cette instrumentalisation, les réfugiés développèrent leur propre discours nationaliste inspiré par leur exil et dont l’objectif ultime était de venger leur départ forcé du nord.
  • Une deuxième facette de notre étude souligne que cette lutte pour un Vietnam unifié et débarrassé du communisme constituait pour eux le seul moyen de rendre justice à leur exil.
  • Le troisième volet analyse la relation qu’entrenaient les réfugiés vis-à-vis de la république. Loin d’être de simples marionnettes, ils appuyèrent Ngô Đình Diệm mais s’opposèrent aussi à sa concentration des pouvoirs ou ses méthodes pour combattre le communisme.
  • Enfin, une dernière partie examine les rapports entre les réfugiés et le reste de la société sud-vietnamienne et du monde occidental. Aveuglés par des années de médiatisation internationale, les réfugiés étaient persuadés d’avoir le monopole de la pensée nationaliste et combattirent tout alternative politique, venant de l’extérieur comme de l’intérieur du Vietnam.

Le cessez-le-feu de Genève avait marqué la fin de la guerre d’Indochine et précipité ces réfugiés dans l’exil. Pendant près de dix ans, ils exhortèrent le gouvernement et l’opinion internationale à reprendre la guerre et ainsi rétablir cette injustice. Cette détermination à reconquérir le nord et combattre le communisme, souligne la double nature du conflit indochinois. Ce n’était pas qu’un front chaud de la guerre froide, que la conférence de 1954 avait neutralisé. Ces affrontements étaient aussi l’enjeu d’une véritable guerre civile, opposant différentes visions de la nation vietnamienne. Ainsi, les réfugiés refusèrent de baisser les armes et incitèrent toute la société sud-vietnamienne à suivre leur exemple, jusqu’à ce que les troupes américaines débarquent en mars 1965 pour combattre d’elles-mêmes les insurgés communistes.

Mots clés : guerre d’Indochine, guerre du Vietnam, guerre froide, guerre civile, réfugiés, diaspora, neutralisation

 

Direction de recherche:

  • Christopher Goscha, directeur de recherche
  • Laurence Monnais, codirectrice de recherche

Membres du jury:

  • Andrew Barros, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal
  • Christopher Goscha, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal
  • Edward Miller, professeur au Département d’histoire du Darmouth College
  • Laurence Monnais, professeure au Département d’histoire de l’Université de Montréal
  • Philip Taylor, professeur, School of Culture, History and Language, Australian National University
UQAM – Pavillon Hubert-Aquin (A) / A-6290

400, rue Sainte-Catherine Est

Montréal (QC) Canada  H2L 2C5

Image « à la une » : manifestation nationaliste en 1954 au Nord © 1954 Life


4 réflexions au sujet de « Les résidus de la guerre, la mobilisation des réfugiés du Nord pour un Vietnam non-communiste (1954-1965) »

  1. Charles Keith avec « Catholic Vietnam » dépeint une évolution plutôt idéalisée de la communauté catholique vietnamienne qui se serait « décolonisée », le clergé « vietnamisé » et les catholiques ayant rompu avec leur image de soutiens des colonialistes en s’intégrant avec leurs compatriotes. Une lecture un peu rapide de l’attitude et des prises de position de la communauté et de certains de ses membres dans les années 45 à 75 laisse de sérieux doutes.

    Sans remonter au déluge, pendant la guerre d’Indochine, il n’y avait aucun doute sur le parti que la communauté avait pris. Après Dien biên Phu, ce fut la grande migration pour continuer le combat. Sur les exactions de la famille Ngô, lire la version English de [Ngô dinh Thuc]

    Autres aspects :
    – dans les années 60 et 70, les prêtres commençaient leurs offices par l’exhortation « tournons nous, tournons nous vers le Vatican ». Est-ce que c’est toujours la même chose de nos jours ?
    – dans la même période, l’intellectuel Nguyên Hiên Lê a raconté qu’il avait reçu une lettre de « reproches » de la part d’un prêtre lui promettant l’enfer pour avoir dit sur une ligne d’un de ses ouvrages qu’il était d’accord avec Darwin ; on voit l’ouverture d’esprit !!!
    – à propos d’intégration, les catholiques ont une « nomenclature » qui les différencie trop des autres vietnamiens. Entre autres, ils ont un prénom français en plus du prénom vietnamien ; leur nom de famille est parfois bizarre, c’est un nom à rallonges. Par exemple, un monsieur s’appelle Robert TRAN van Minh ;
    Tran au départ est un nom de famille, van et Minh sont habituellement des prénoms ; l’ensemble Tran van Minh sont le nom et prénoms de l’ancêtre qui s’est le premier converti, initiant la lignée non dynastique mais de conversion. Pour l’instant, cela ne détonne pas trop mais le jour où on reviendra en partie aux caractères Han, ça sera plus net : Robert TRAN van Minh deviendra: Robert 陳 文 明.

    1. La recherche de Charles Keith repose sur une documentation solide à l’appui de nombreuses archives et d’autres sources primaires. Il faut relire la presse catholique qui soutient le Viêt-Minh et l’indépendance du Viêt-Nam en 1945-1946. C’est au contraire parce qu’ils sont catholiques (et donc adeptes d’une religion nouvelle étrangère à la « tradition vietnamienne ») qu’ils sont souvent plus nationalistes que les nationalistes. C’est une façon d’affirmer leur total soutien à l’indépendance nationale. Avec la Guerre froide, le mouvement catholique a été très divisé. Ngo Dinh Diem incarnait un catholicisme rigoureux anticommuniste pendant qu’un autre courant (voir les travaux de Tran Thi Lien) incarnait un catholicisme social (de gauche) moins opposé au communisme. Et ce jusqu’à la réunification. Aujourd’hui, le catholicisme est très bien intégré et comme toutes les religions vietnamiennes il possède ses codes, ses valeurs, son fonctionnement propre. Qu’il y ait des prêtres d’esprit peu ouverts, c’est possible et pas spécifique aux catholiques : toutes les religions véhicules des formes de radicalité exclusive (voir à titre d’exemple le bouddhisme birman vis-à-vis des musulmans). Quant à la question de la nomenclature, ce que vous dites est discriminant, que dire alors du bouddhisme avec le changement de nom lorsque l’on fait son entrée en religion (nom bouddhique / nom civil) et des lettrés qui adoptent des pseudonymes sans parler des autres religions qui ont chacune leurs pratiques d’allégeance ? Pourquoi in fine voulez-vous siniser les noms vietnamiens ?
      FG

  2. Avec le recul, en fin de compte, 60 ans après, que reste t-il du fameux « Passage to Freedom », le vote avec les pieds en faveur de la liberté, de la démocratie ? Ce n’était qu’un complot, ça faisait partie d’une grande manœuvre stratégique (copiée du plan Navarre), pour « sauver » le sud Viêt-Nam et à terme poser les fondements pour une reconquête du nord Viêt-Nam.
    Les catholiques vietnamiens ont toujours été des corps étrangers, les suppôts, les fourriers de la conquête catholique romaine, des ennemis de leurs compatriotes ; [Cao Huy Thuân : Christianisme et colonialisme au Viêt-Nam]
    Ils ont toujours compté avec le soutien de l’étranger, fait appel après les colonialistes, aux impérialistes étrangers. Ces derniers avaient après un massacre à la mongole précurseur des atrocités au Viêt-Nam, volé l’indépendance des Philippins et comptaient rééditer leur succès. Les deux comparses ont, à l’instar des Boers, commis un acte de piraterie internationale en débarquant au sud Viêt-Nam pour voler les fruits de la victoire Vietminh. Ces inconscients allaient se mettre en travers de la résolution de la « question vietnamienne », en travers du tsunami anticolonialiste, du réveil chinois.
    Curieusement, l' »épisode philippin » est soigneusement occulté dans tous les débats historiques sur les motivations et les causes de l’implication et de l’enlisement US ; ceux-ci devaient avoir une grande confiance dans le succès de leur entreprise vietnamienne vu leur expérience philippine et les similarités entre les 2 pays asiatiques.

    1. Votre approche est vraiment caricaturale et idéologique, très « vintage 70 ». Je ne peux que vous conseiller de lire les études de Peter Hansen (dans la revue Journal of Vietnamese Studies de Berkeley, 2009) ou de Charles Keith (Catholic Vietnam, 2012). Par contre, une étude croisée Philippines / Viêt-Nam sur la pénétration du catholicisme et sa réception par les populations serait intéressante à mener.
      FG

Les commentaires sont fermés.