Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2015 : séance 7

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 7 : mardi 17 novembre 2015

Récits graphiques de réfugiés vietnamiens

L’avènement de nouveaux régimes communistes totalitaires dans la péninsule indochinoise provoqua une vague sans précédent de réfugiés par mer et par terre (Boat and Land People). En novembre 1978, la détresse des Vietnamiens réfugiés de la mer mobilisa les intellectuels français autour du projet « Un Bateau pour le Viêt-Nam« . Jean-Paul Sartre, Raymond Aron, André Gluksmann, Michel Foucault, Bernard Bouchner mais aussi les acteurs Simone Signoret et Yves Montand se firent les défenseurs des droits humains élémentaires au-delà de leurs différences politiques.

GlucksmannSartreAron_1979
André Glucksmann, Jean-Paul Sartre et Raymond Aron sortent de l’Elysée le 16 juin 1979 après avoir défendu la cause des réfugiés vietnamiens et cambodgiens © Photographie de Richard Melloul.

Des décennies plus tard, les anciens boat-people commencent à décrire leur expérience traumatisante de survie. Cette séance discutera de ces témoignages et en particulier de la mise en récit graphique de « The Boat » de Nam Le. Nous visionnerons le récit illustré d’un père interrogé par son fils de 10 ans et le témoignage de la famille Tran ouvrant une porte sur l’actualité des migrants d’aujourd’hui.

Sources orales à discuter :

BoatPeople_France3

Exposés oraux

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux suivis d’une discussion générale conclusive sur l’ensemble du séminaire.


  • TheBoat_TheStorm_MattHuynh_NamLeAutour de la nouvelle de Nam Le, The Boat (Le Bateau) et du travail de Matt Huynh : « 1975-1990 Récits et mémoire des Boat People »

Exposé de Maëva Pegliasco

Voir en ligne le récit visuel The Boat


  • TrinhDinhKhai_DécolonisationDuVietNamTrinh Dinh Khai, Décolonisation du Viêt Nam. Un avocat témoigne Me Trinh Dinh Thao, Paris: L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1994.

CR de lecture de Louise Gatinot

Présentation de l’éditeur : L’Harmattan


  • LucienTrong_EnferRougeMonAmourTrong, Lucien, Enfer rouge, mon amour, Paris : Seuil, 1980.

CR de lecture de Colette Bottazzi

Ouvrage en ligne : http://enferrougemonamour.free.fr/


* * *

Pour en savoir plus :

  • Cargill, Mary Terell & Huynh, Jade Ngoc Quang (ed.), Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2001.
  • Chanda, Nayan, Les frères ennemis. La péninsule indochinoise après Saigon, Paris, Presses du CNRS, Ligne Pacifique, 1987. (trad. de l’américain par Michèle Vacherand et Jean-Michel Aubriet…).
  • Law, Sophia Suk-Mun, The Invisible Citizens of Hong Kong. Art and Stories of Vietnamese Boatpeople, Hong Kong: The Chinese University Press, 2014.
  • Nghia M. Vo, The Vietnamese Boat People, 1954 and 1975-1992, Jefferson, NC – London, McFarland, 2006.
  • Nguyen, Nathalie Huynh Chau, Voyage of Hope. Vietnamese Australian Women’s Narratives, Altona : Common Ground, 2005.
  • Nguyen Van Canh, Vietnam Under Communism, 1975-1982, Stanford, CA: Hoover Institution Press, 1983.
  • Scott, Joanna Catherine, Indochina’s Refugees. Oral histories from Laos, Cambodia and Vietnam, Jefferson (NC) : McFarland,  1989.
  • Vaillant, Barbara, Boat people vietnamiens. Entre mémoire et diaspora, Paris : L’Harmattan, Recherches asiatiques, 2013.

[« Ne m’oubliez pas », avis de recherche concernant les disparus]

[L’exposition de 2010 à Rennes]

Liens :

Vietnamese Boat People Museum


4 réflexions sur « Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2015 : séance 7 »

  1. Il y déjà une énorme différence quantitative entre 10 millions de paysans et 1 à 2 millions de boat people (BP).
    Qualitativement, il y a aussi d’énormes différences. Il faudrait d’abord se demander parmi les BP, combien y a t-il d’anciens paysans déracinés ?

    Parmi les BP, combien sont des urbanisés de longue date ? Pour eux, le déracinement est moins traumatisant ; leurs liens avec la terre, avec leurs ancêtres est beaucoup moins fort. Les premiers partis au cours des premières vagues sont majoritairement des Chinois et des catholiques ; pour les vagues suivantes, la majorité ont des motivations économiques. Ils sont partis plus volontairement que de force avec l’espoir d’une vie meilleure. Pour les paysans, le reste de leur vie ne fut qu’un long désespoir.

    Pour les déplacés après 1975, ce fut aussi un calvaire. Le gouvernement avait des motivations constructives différentes de la « pacification », mais ce fut très mal organisé et non financé. (je n’oublie pas aussi la réforme « cai cach ruông dât » [ndlr : Réforme agraire radicale, 1953-1956])

    En faisant le parallèle entre les BP et les paysans déplacés, peut-on dire que, du point de vue de la problématique du Viêt-Nam depuis 1885, la reconquête de l’indépendance et de l’unité, pour le peuple vietnamien dont 90% sont des paysans, le « médecin » le plus légitime ne semble t-il pas être le Viêt Minh ; un médecin doit connaitre son patient et adapter son traitement au terrain, c’est-à-dire à la constitution du patient. Les Américains sont venus, entre d’autres motifs, pas pour coller à la problématique du Viêt-Nam mais pour contenir le communisme et construire accessoirement un Sud Viêt-Nam démocratique à l’occidentale.

  2. Parmi les motifs de souffrance des boat people, il y a la séparation avec leurs parents et l’impossibilité de rendre les devoirs de piété filiale. Dr Kelly aborde ce sujet : Cold War Confucian Diasporas (27/02/2013).

    Ce qu’on oublie, ce sont les millions de paysans sud-vietnamiens déplacés par la « pacification » nord-américaine.
    Un billet d’un pilote d’hélicoptère US éclaire d’une effroyable concision le calvaire de ces victimes méconnues tout à la fin de l’article : America Officially Lost the Vietnam War 40 Years Ago This Week
    [« On one mission where we were depopulating a village we packed about sixty people into my Chinook. They’d never been near this kind of machine and were really scared but they had people forcing them in with M-16s. Even at that time I felt within myself that the forced dislocation of these people was a real tragedy. I never flew refugees back in. It was always out. Quite often they would find their own way back into those free-fire zones. We didn’t understand that their ancestors were buried there, that it was very important to their culture and religion to be with their ancestors. They had no say in what was happening. I could see the terror in their faces. They were defecating and urinating and completely freaked out.]
    Leur nombre allait jusqu’à 10 millions, les boat people de 1 à 2 millions.

    1. Je vous rejoins sur le premier aspect de l’exil des Vietnamiens soulevé par Liam Kelley (« Dr Kelly? »), historien à l’Université de Hawaii. Il y a sûrement des études d’anthropologie sur les diasporas qui abordent ces aspects cultuels qui, il me semble, ne sont pas spécifiques aux Vietnamiens.

      Quant aux déplacements de populations pendant la guerre, rappelés ici à travers le témoignage de Jim Soular en 1967, utilisé par l’historien Christian Appy dans son article en ligne (sur le média alternatif américain TomDispatch), ils ont été effectivement très importants au Sud Viêt-Nam pendant la guerre. Je ne sais d’ailleurs si une étude spécifique sur ces migrations forcées internes à la République sudiste existe. La guerre vue sous cet angle-ci compléterait sans aucun doute notre connaissance du conflit.

      Il me paraît prématuré de lier les deux aspects et périlleux de mettre sur le même plan (10 millions contre 1/2 millions, que vous voulez-vous signifier à travers ces chiffres ?) deux types de migrations ou d’exil (intérieur/extérieur) bien différents tant sur la forme (fuite du pays par mer et terre, il ne s’agit pas de relocalisation) et sur le fond (motivations principalement politiques). Il faut également signaler après la chute de Saigon le déplacement d’environ 10 millions de Sud-Vietnamiens, politique du nouveau pouvoir communiste visant à désengorger les villes des réfugiés de la guerre. Les boat people s’inscrivent plutôt comme une conséquence de cette nouvelle distribution forcée (sans parler de la discrimination sociale pour les familles liées à l’ancien régime) qui s’est avérée être un échec.

      Quoiqu’il en soit, vous avez raison, dans les deux cas, ces aspects sur les migrations internes/externes mériteraient d’être creusés.
      FG

Les commentaires sont fermés.