Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 3

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 3 : mardi 13 octobre 2015

Affirmation de deux Viêt-Nam (1945-1975)

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les Accords de Genève (juillet 1954), accords qui prévoient la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle. Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution et en guerre de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) au Nord (1945-1976) et de la République du Viêt-Nam (1955-1975). La situation des deux Viêt-Nam pendant les années soixante sera analysée dans le contexte de la Guerre froide à partir des entretiens avec des personnalités de premier plan : Ho Chi Minh, le président de la RDVN, Nguyen Van Thieu, le président de la Seconde République du Viêt-Nam (1967-1975), Pham Van Dong, Premier ministre de la RDVN et Bui Diem, ancien conseiller de Phan Huy Quat puis de Nguyen Cao Ky et ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux.

Sources orales à discuter :

Cinq Colonnes à la Une : Interview de Ho Chi Minh, juin 1964  [Extrait] Phỏng vấn chủ tịch Hồ Chí Minh – Tháng 6/1964 – Source originale : INA.

HoChiMinh_5ColonnesUne_une[date : 5 juin 1964, durée : 09:38, texte retranscrit ici]

 

Profils INA : Nguyen Van Thieu (Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu )
Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam
Un film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source originale : INA.

NguyenVanThieu_Profils[date : 5 avril 1973, durée : 52:23, texte retranscrit ici]

Interview with Pham Van Dong, 1981

OpenVault_PhamVanDong[date : 19 février 1981, durée : 58:03, texte traduit en regard]

Interview with Bui Diem [1], 1981

BuiDiem[date : 03 juin 1981, durée : 32:55, texte en anglais en regard]

Exposés oraux

  • RobicDiaz_L'IndochineDansLeCinémaFrançaisRobic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, PUR, coll. Histoire, 2015.

CR de lecture de Lorène Delhoume

Présentation de l’éditeur : PUR

  • NguyenCongLuan_NationalistVietnamWars Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Vietnam wars. Memoirs of a victim turned soldier, Bloomington: Indiana University Press, 2012.

CR de lecture de Lauriane Simony

Présentation de l’éditeur : IUPress

 

Pour aller plus loin :

Consulter les sources de la séance de l’année dernière (2014) en fin de billet.


4 réflexions sur « Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 3 »

  1. Dans l’article, il est écrit « les Accords de Genève entérinent la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle ». Ici, le verbe entériner semble inapproprié d’après le dictionnaire entériner = admettre, confirmer, approuver, rendre définitif, valable par approbation juridique. On ne peut pas entériner quelque chose de provisoire ; il semble qu’il y ait télescopage de 2 notions.

    Sur le fond, (il y en a trois concernant chaque pays) ce sont des accords de cessez-le-feu entre le CEFEO et l’armée populaire Vietminh. De facto, ils reconnaissent (entérinent ?) la scission de l’Indochine française en 3 pays : Vietnam, Laos, Cambodge. Ils ne donnent aucune base juridique à l’Etat du Vietnam ; ils semblent sous entendre que de facto, le régime de Ho Chi Minh est le successeur de l’Indochine française sur le territoire du Viêt Nam, mais pas sur les 2 autres pays.

    La République du (sud -) Vietnam qui succède à l’Etat du Viêt Nam ne peut se targuer des accords pour établir sa légitimité, d’autant plus qu’elle ne les a pas reconnus ; même cas de figure pour les Américains. Ces deux protagonistes ne peuvent pas se plaindre ultérieurement d’être victimes d’une (soi-disant) agression nord-vietnamienne.

    1. Bonjour, le verbe « entériner » faisait référence précisément à un acte juridique, ce que sont les Accords de Genève. Il était utilisé ici dans le sens « d’admettre » ou « de décider que » mais vous avez raison cela peut sembler contradictoire. J’ai modifié avec le verbe « prévoir » dont le sens est plus neutre.

      Vous savez bien que ces Accords sont très problématiques car contestés par l’Etat du Viêt-Nam (Bao Dai) qui refusait la division. Ces accords n’engageaient que la République Démocratique du Viêt-Nam de Ho Chi Minh et la République française. Raison pour laquelle le président Ngo Dinh Diem qui fonde la Première République du Viêt-Nam (1955-1963), après l’éviction de Bao Dai, s’est refusé à procéder aux élections nationales en juillet 1956 comme le stipulaient les Accords (art. 7). Ngo Dinh Diem ne se sentait aucunement lié à ces accords. Dans le contexte de la Guerre froide, c’est un nouvel Etat qui voit le jour au Sud du 17e Parallèle sur le modèle de la Corée du Sud.

      Le Viêt-Nam allait être ainsi divisé pendant deux décennies (1955-1975). Au Nord, la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) présidée par Ho Chi Minh et dirigée par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Lao Dong), soutenue par la Chine populaire, l’URSS et affiliée au bloc communiste ; au Sud, la République du Viêt-Nam (RVN) présidée par Ngo Dinh Diem (jusqu’à son assassinat le 2 novembre 1963) et dirigée par le Parti Révolutionnaire Personnaliste du Travail (Can Lao Nhan Vi Cach Mang Dang, en abrégé « Can Lao »), soutenue par les Etats-Unis et le « Monde libre » en général. Une Seconde République du Viêt-Nam au Sud, présidée par Nguyen Van Thieu, de 1967 à 1975 après trois années de chaos politique, succède à la Première République.

      Sur la question de la reconquête du Sud par la force, les dernières études de Lien-Hang Nguyen et de Pierre Asselin montrent que la question a été âprement débattue au Nord au sein du Politburo communiste et que la voie de la réunification par la violence révolutionnaire défendue par Le Duan (Premier secrétaire du Lao Dong puis Secrétaire général du PCV de 1960 jusqu’à sa mort en 1986) l’a finalement emportée. L’assassinat de Ngo Dinh Diem et de son frère Ngo Dinh Nhu (conseiller politique) et du renversement du régime en novembre 1963 fut considéré par le Nord comme une belle opportunité pour reconquérir le Sud.

      Sur la question de l’agression, je vous renvoie à l’article en ligne de Paul Isoart : « Les conflits du Viêtnam. Positions juridiques des États-Unis », Annuaire français de droit international, volume 12, 1966, pp. 50-88. http://www.persee.fr/doc/afdi_0066-3085_1966_num_12_1_1870
      FG

      1. On répète tout le temps que les accords allaient diviser le pays en deux alors que ces accords n’étaient que militaires et délimitaient deux zones pour séparer les forces Vietminh et le CEFEO. Cette fable de la division politique allait être la base des faux prétextes sur lesquels s’appuyaient les Américains pour justifier leur intervention: venir au secours d’un pays agressé.

        Dire que « L’Etat du Viêt Nam refusait les accords à cause de la division du pays qu’ils allaient entrainer » est erroné. Il refusait parce qu’il se pensait avoir droit à gouverner tout le pays ; cela montre de sa part un manque total du sens des réalités.

        Ces accords, il faut le clamer, n’ont pas attribué le nord Viêt Nam au Vietminh, ni le sud à l’Etat du Viêt Nam. Ils impliquent tacitement l’unité du Viêt Nam.

        Le régime du sud-vietnamien est né d’un coup de force visant à créer un fait accompli : l’invasion et la conquête de la zone française de regroupement par les restes des forces supplétives du CEFEO et des centaines de milliers de catholiques. Une analogie serait le Grand Trek des Boers.

        1. Permettez-moi de répondre succinctement sur un sujet qui mérite une réflexion plus poussée. Les Accords de Genève avaient des implications bien plus larges qu’une simple délimitation géographique provisoire. De fait, le pays fut divisé à la hauteur du 17e Parallèle pendant vingt ans de 1955 à 1975. La division politique ne fut malheureusement pas une fable. Elle était effective depuis les années 30 et s’était révélée au grand jour lors de la Révolution d’août et de la prise du pouvoir du Viêt-Minh, organisation unitaire, dirigée en sous-main par le Parti communiste indochinois. S’il n’y avait pas eu de divisions politiques au Viêt-Nam à cette époque, la réunification du territoire aurait pu se faire dès 1956 comme le prévoyait les Accords. Or, la réalité fut bien différente. La conception du pouvoir du Lao Dong, calquée sur le maoïsme le plus brutal (nous sommes en 1954 en pleine réforme agraire) et une paranoïa policière, modelée sur l’exemple de la RDA, interdisait tout rapprochement avec l’Etat du Viêt-Nam, acquis au multipartisme, voire au factionnalisme et au pluralisme religieux. Il faut relire Bui Tin, Hoang Van Chi, Nguyen Manh Tuong ou Gérard Tongas pour saisir l’ambiance à Hanoi à partir du milieu des années 50.

          Je vous rejoins lorsque vous dites que l’Etat du Viêt-Nam « se pensait avoir droit à gouverner tout le pays », il affichait ainsi sa détermination en tant qu’Etat légitime reconnu par une partie de la communauté internationale, France, Etats-Unis et autres pays du « monde libre ». Le même problème se posait pour la RDVN de Ho Chi Minh, reconnue par la Chine et l’URSS, et soucieuse de conserver sa légitimité acquise en 1945. Les deux Viêt-Nam, concurrentiels, se battaient pour le même territoire et pour l’unité du Viêt-Nam. Mais ils ne pouvaient s’entendre politiquement. C’est pour cela qu’il y a eu scission.

          La création de la République du Viêt-Nam par Ngo Dinh Diem visait sûrement à créer une situation irréversible. Si ce fut « un coup de force » comme vous le pensez, il fut acclamé par une partie non négligeable de la population du Viêt-Nam qui refusait la dictature communiste.

          Sur les Accords de Genève, deux ouvrages clés :

          François Joyaux, La Chine et le règlement du premier conflit d’Indochine : Genève 1954, Paris, Publications de la Sorbonne, Institut d’histoire des relations internationales contemporaines, 1979.

          Christopher E. Goscha & Karine Laplante (sous la dir.), L’échec de la paix en Indochine, 1954-1962 / The failure of peace in Indochina, 1954-1962, Paris, Les Indes savantes, 2010.
          FG

Les commentaires sont fermés.