Nguyen Khac Vien : « Ho Chi Minh et la voie léniniste »

[ndlr] Extrait d’un entretien avec l’intellectuel communiste Nguyen Khac Vien sur le choix de la voie léniniste par Ho Chi Minh. Documentaire de Gérard Guillaume diffusé le 7 octobre 1973 sur la première chaîne de télévision française. Retranscription ci-dessous des huit première minutes de l’entretien. Texte en support de la séance 1 du séminaire (2015).

Nguyen Khac Vien : « Ho Chi Minh et la voie léniniste »*

Documentaire de Gérard Guillaume, 1973.

NguyenKhacVien_HoChiMinh
Nguyen Khac Vien © 1973

Gérard Guillaume [GG] : Est-ce que Ho Chi Minh, plus exactement Nguyen Ai Quoc ou je ne sais pas comment l’appeler appartenait à cette jeune génération qui se posait des questions, qui se disait mais comment faire, tous les mouvements ont échoué, quel a été son chemin ?

Nguyen Khac Vien [NKV] : Il s’est posé cette question, je crois que… avant les autres, étant déjà très jeune.

GG : Comment s’appelait-il ?

NKV : Il s’appelait Nguyen Tat Thanh mais peu nous importe les différents noms qu’il a pris au cours de sa vie clandestine, le fait important c’est que, il a pris conscience de l’impasse bien avant les autres, donc il était parti avant les autres à la recherche d’une nouvelle voie, d’une nouvelle solution. Alors que les autres partaient pour le Japon, pensant à une aide aussi des Japonais, lui il était parti vers la France, vers le monde occidental, pour voir sur place comment était l’ennemi, comment agissait l’ennemi, de quoi était fait, pour ainsi dire… l’ennemi principal.

GG : Il avait quel âge à l’époque ?

NKV : Il avait vingt ans à peu près. Donc il s’était engagé sur un bateau comme aide cuisinier, il était parti, il a fait tous les ports, il a été en France, il a été à Londres, il a été en Amérique, il a été un peu dans tous les pays mais il s’était fixé après à Paris. Et c’est à Paris qu’il a fait la rencontre essentiellement de la classe ouvrière française, du Parti Socialiste français à l’époque, mais aussi de toute la gauche française. Il assistait par exemple à toutes les réunions du club du Faubourg [1].

Voix off [incarnant Ho Chi Minh] : Madame, avant de vous remercier très sincèrement, permettez-moi de vous résumer en deux mots le livre très intéressant que vous avez eux la bonté de me prêter. Les deux mots sont JE VEUX…

NKV : La première révélation qu’il a eu c’est que, en France, il y a des gens de progrès, il n’y a pas de que capitalistes, des colonialistes, il y a des gens qui pouvaient prendre parti aussi pour le peuple vietnamien. Et, il y a des ouvriers français qui sont exploités aussi par le capitalisme français. Et c’est là qu’il a pris cette image : le capitalisme est comme une pieuvre qui a deux ventouses, une ventouse qui suce le sang du prolétariat français et l’autre qui suce le sang du peuple vietnamien et des peuples coloniaux en général. Il faut couper les deux ventouses à la fois. Si on en laisse une, elle repoussera, l’autre repoussera. Cette solidarité entre la classe ouvrière française et les peuples coloniaux, il l’a découvert pour ainsi dire pratiquement avant d’aborder la théorie. Mais à un moment donné, au moment crucial, au moment de la révolution d’octobre en (19)17, la question principale qui se posait dans le parti socialiste français à l’époque : est-ce qu’on était pour ou contre la révolution d’octobre 17 ? C’est-à-dire, est-ce qu’on était pour la troisième ou la seconde internationale ? Et c’était la question qui s’était posée au congrès de Tours, et lui il a dit que ce qui lui importait à l’époque c’était pas la deuxième internationale, deuxième internationale et demi, ou troisième ce qui lui importait, mais quelle est l’internationale qui prenait partie pour les peuples coloniaux ?

Voix off [Ho Chi Minh] : Camarades, j’aurai voulu venir aujourd’hui collaborer avec vous à l’œuvre de la révolution mondiale mais c’est avec la plus grande tristesse et la plus profonde désolation que je viens aujourd’hui comme socialiste protester contre les crimes abominables commis dans mon pays d’origine. Plus nombreuses que les écoles, les prisons sont toujours ouvertes et effroyablement peuplées. Tout indigène réputé avoir des idées socialistes est enfermé et parfois mis à mort sans jugement. C’est la justice dite « indochinoise ». Dire que ce pays peuplé de plus de vingt millions d’exploités est prêt aujourd’hui à une bonne révolution est faux. Mais dire qu’il ne la désire pas et est content du régime comme prétendent nos maîtres serait plus faux encore. Empoisonnés moralement et physiquement par l’opium, l’alcool, etc., on pourrait croire que ce troupeau humain est pour toujours destiné à l’autel du bon dieu capitaliste, qu’il ne vit plus, qu’il ne pense plus et ne sert à rien dans la transformation sociale. Non ! L’Indochinois n’est pas mort, il vit encore, il vit toujours. Sous le masque d’une docilité passive, il cache quelque chose qui bouillonne, qui gronde, et qui, le moment venu, explosera formidablement.

NKV : C’était d’abord la révolution d’octobre et ensuite la lecture des thèses de Lénine, qui avaient éclairé le chemin de tous ceux qui pensaient le problème à l’époque et en particulier à des coloniaux, à Ho Chi Minh. Et il a écrit une page… saisissante quand il a raconté comment il a découvert les thèses de Lénine et comment s’était pour lui la révélation [2]. Et il a écrit, il a dit que, tout seul dans sa chambre, il s’était écrié, il s’écrié tout seul à haute voix : voilà mes compatriotes, on a trouvé, c’était là. C’était vraiment cette révélation d’une nouvelle voie, d’une nouvelle solution pour le problème national. Et, … cette révélation, c’était à peu près la même pour tous les patriotes vietnamiens qui, peu à peu, étaient venus au marxisme après. A un moment donné, on a toujours cette impression d’une porte qui s’ouvre alors que tout était bloqué jusque là, vous voyez. On a trouvé les… la compréhension du problème, les moyens de résoudre le problème, les méthodes d’action et les principes d’action, vous voyez, avec cette certitude on partait pour l’action. Il a milité dans le parti communiste, dans les syndicats, il a milité dans les milieux coloniaux, puis il a milité à l’internationale communiste après, toujours pour montrer cette idée, l’importance des mouvements de la libération des peuples coloniaux dans la lutte anti-impérialiste. Et c’est toujours l’image de cette pieuvre à deux tentacules… qu’il faut briser à la fois et cette solidarité entre mouvement ouvrier de la métropole, vous voyez, des nations impérialistes et les peuples colonisés. Pour ainsi dire, toute sa vie, il a bâti, là-dessus, sur cette thèse, toute son activité militante.

Voix off [Ho Chi Minh] : Ouvriers, paysans, soldats, jeunes gens, écoliers, le parti communiste indochinois est fondé. C’est le parti de la classe ouvrière. Sous sa conduite le prolétariat dirigera la révolution dans l’intérêt de tous les opprimés et des exploités.

Source : http://www.cinearchives.org/Films-447-297-0-0.html

Notes

* Le titre est de nous.

[ndlr 1] Le Club du Faubourg était un lieu de débats politiques situé dans le 17e arrondissement de Paris en activité de 1918 à 1939. Sur ce sujet voir le mémoire en ligne de Claire Lemercier : Le Club du Faubourg, Tribune libre de Paris, 1918-1939 (mémoire IEP de Paris, dir. Nicolas Offenstadt, 1995).

[ndlr 2] Nguyen Khac Vien fait référence au texte d’Ho Chi Minh, « Comment j’ai choisi le léninisme (avril 1960), in Ho Chi Minh : action et révolution, Paris, Union Générale d’Éditions, coll. 10/18, n° 413, 1968, pp. 17-19. Article rédigé à l’occasion du 90e anniversaire de Lénine, publié dans la revue soviétique Problèmes de l’Asie en avril 1960.