« Désinformation » [Le Viêt-Nam Libre, n° 54, 12-1983]

[ndlr] Reproduction ci-dessous du texte de l’éditorial du bulletin d’information Le Viêt-Nam Libre, n° 54, novembre 1983 publié à l’occasion de la diffusion de la série « Vietnam a Television History ». Texte en soutien à la séance 1 du 29 septembre 2015.

LeVietNamLibre_uneLa télévision britannique (Channel 4) a projeté une série « Viêt-Nam, a television history », consacrée à l’histoire récente du Viêt-Nam (1925-1975).

A Londres, la communauté des réfugiés vietnamiens a envoyé des lettres et distribué des tracts pour protester contre la manière dont l’histoire du Viêt-Nam a été maltraitée.

Aux États-Unis, il y a eu également de nombreuses protestations.

Bien sûr, à chacun sa vérité : nous ne sommes pas comme ces ayatollahs de Hanoi et leurs mollahs. Chacun est libre de commenter, d’interprêter les faits. Mais les faits sont les faits et doivent être respectés comme tels.

De l’histoire récente du Viêt-Nam, nous en rappelons quelques-uns :

  • Dès les premières années de lutte pour l’indépendance (1946), au sein d’une ligue de tous les partis dénommée Viêt-Minh, Hô Chi Minh s’est ingénié à éliminer progressivement les partis nationalistes. C’est ainsi qu’il a confisqué le patriotisme vietnamien pour instaurer au Viêt-Nam « la révolution prolétarienne ». Cela, il [l’]a avoué après.
  • En 1954, après le partage du Viêt-Nam à hauteur du 17e parallèle, il y eut quelques années de trêve relative entre les deux Viêt-Nam. Mais, à partir de 1959, le Nord s’est donné pour objectif de s’emparer du Sud par la force. Il créa alors, au Sud, le FNL, un paravent derrière lequel il s’abritait, pour pouvoir accréditer, le moment venu, la fable du « soulèvement populaire » de la population du Sud contre ses dirigeants.
  • Le gouvernement du Sud, ensablé dans ses coups d’État successifs et incapable de se défendre seul contre l’entreprise nord-vietnamienne, fit appel à l’aide aux États-Unis. On peut faire de sérieuses réserves sur la façon dont les Américains faisaient la guerre au Viêt-Nam [1], Mais c’est un fait qu’ils n’avaient été au Viêt-Nam que parce qu’appelés par le Gouvernement du Sud Viêt-Nam, celui-ci ne faisant alors qu’exercer un droit lié à sa souveraineté.

Le 30 avril lorsque tomba Saïgon, c’était les chars et soldats nord-vietnamiens qui défilèrent dans les rues. Quelques soldats du FNL pour la figuration. Par ailleurs, sitôt après, le FNL fut dissous, jeté comme un emballage perdu.

  • Ce jour-là le Nord Viêt-Nam a violé, à visage découvert, les Accords de Genève et de Paris, pourtant revêtus de sa signature.
  • Depuis ? En fait d’indépendance nationale, c’est la satellisation par l’URSS. Plus de 6000 « conseillers » soviétiques sont au Viêt-Nam. Le flotte soviétique bénéficie de larges facilités portuaires dans les bases de Danang et de Cam Rang.
  • En fait de liberté pour les Vietnamiens, il y a les camps de rééducation. Et ceux qui n’y sont pas subissent les contraintes d’un Etat confisqué par une petite minorité qui proclame ouvertement qu’elle exerce « la dictature du prolétariat ».
  • Le Viêt-Nam a 50.000 soldats au Laos et 180.000 au Cambodge où il s’enlise.

Voilà quelques faits.

Les films à thèse, les faits triturés pour illustrer la position à défendre, c’est de la désinformation [2].

[notes]

[1] Voir notamment le n° 52 du Viêt-Nam Libre (édito).

[2] Le Nhân Dân du 28 août a consacré un article exceptionnellement long à ce reportage qu’il présente comme une « entreprise grandiose ». Il explique la genèse du film, décrit les différents chapitres, vente la qualité des images et des commentaires. Il rappelle la contribution de Hanoi dans la réalisation du film : permission accordée aux journalistes anglais de passer deux mois au Viêt-Nam, d’interviewer plus d’une centaine de hautes personnalités du Parti, du gouvernement et de l’armée, don de Hanoi de documents filmés, lesquels ont sûrement été pré-sélectionnés et comportent une grande teneur de propagande. Il se félicite du chapitre sur le Têt Mâu Thân qui met en lumière le talent exceptionnel de notre Parti dans la conduite de la guerre », du chapitre sur les « crimes américains », de l’épisode sur le « front intérieur aux États-Unis… »

Cette production « capitaliste » leur est tellement favorable que – une fois n’est pas coutume – les dirigeants de Hanoi l’ont fait diffuser à la télévision vietnamienne, sur plusieurs jours consécutifs, fin août début septembre. Pour qui connaît les communistes, c’est là la meilleure preuve de la partialité du reportage.

Source : « Éditorial : Désinformation », Le Viêt-Nam Libre, n° 54, décembre 1983, p. 1 et p. 8.