Décryptage 4 : le premier « storytelling » de la Révolution d’Août

Pour faire suite à notre billet d’hier (corrigé), voici quelques pistes de réflexion sur la Révolution d’août.

Pouvant être considéré comme un véritable storytelling* de la révolution indépendantiste vietnamienne, un tract édité par le Viêt-Minh/PCI (Parti communiste indochinois) fut édité après les événements historiques de l’année 1945. Il retrace en huit vignettes le processus révolutionnaire menant à ce qu’il est communément appelé par l’histoire officielle la « Révolution d’août » et aboutissant également à l’indépendance nationale proclamée le 2 septembre 1945 par Ho Chi Minh sur la place Ba Đình à Hanoi.

CachMangThangTam1945Source : ANOM / Photo : FG

Décryptage

1 / Traduction de la légende : « Lors de l’occupation franco-japonaise, notre peuple a été doublement opprimé, exploité sans vergogne. Les colonialistes français, valets des Japonais, ont exécuté les patriotes vietnamiens ».

La première vignette rappelle le contexte de la double occupation franco-japonaise de 1940 à 1945. L’image présente un militaire français bedonnant accompagné d’un administrateur colonial en civil coiffé d’un chapeau mou (symbolisant la Sûreté coloniale toute puissante ?). Le militaire pointe son arme dans le dos d’un patriote vietnamien menotté qui s’effondre. La scène se situe dans un décor de maison coloniale avec le portrait du maréchal Pétain affiché sur un des murs de la pièce. La moustache du soldat/policier colonial et celle de Pétain sont similaires. Engoncé dans un uniforme noir, casque colonial sur la tête, il contraste avec  le patriote vietnamien en tunique traditionnelle. La scène veut rendre compte de la violence d’une répression à armes inégales. Il n’est fait aucune mention de l’appartenance politique du « patriote » mais sa tenue indique tout de même des origines mandarinales, il ne s’agit à priori ni d’un paysan ni d’un ouvrier.

2 / « Notre peuple ne supportant plus cette oppression s’est soulevé. En 1941, des révolutions ont éclaté à Bắc Sơn, Đô Lương et au Sud. Le drapeau rouge à l’étoile jaune a surgi dans la tempête ».

La seconde vignette représente l’insurrection révolutionnaire renforcée par un ciel tourbillonnant et orageux. Quelques personnages incarnent la direction du mouvement populaire : un homme armé d’une hache, un autre homme coiffé une casquette tenant des deux mains une pioche, une femme criant brandissant une pique au milieu des deux hommes. Deux autres insurgés se font menaçants sur le côté gauche de l’image : le premier lève le poing, le second brandit un couteau. Deux autres personnages au second plan et au fond de la foule portent la bannière du Viêt-Minh. L’image se veut percutante. Il s’agit de rendre compte de la colère du peuple. La légende mentionne à juste titre les insurrections communistes de 1940 et 1941 sous la direction du Parti communiste indochinois mais celui n’est pas explicitement nommé. L’apparition du drapeau du Viêt-Minh est mentionnée comme contemporaine de ces insurrections. Le drapeau est censé incarner le processus révolutionnaire en cours qui mènera quelques années plus tard à l’indépendance du pays (il apparaît sur cinq vignettes sur huit). Le peuple insurgé est uni contre l’oppresseur décrit dans la vignette 1. L’insurrection nationaliste du Phục Quốc Quân (Việt Nam Kiến quốc Quân, armée du prince Cường Để) de septembre 1940 n’est pas évoquée, ni la présence d’autres mouvements révolutionnaires anticolonialistes, comme le VNQDĐ ou les partis Đi Vit, ou encore d’autres représentations du mandarinat vietnamien.

3 / « Le 9 mars 1945, les Japonais renversent les Français. Victime de la réquisition du paddy par les Français et les Japonais, notre peuple meurt de faim massivement dans les rues, tandis que les Japonais laissent partir les camions remplis de vivres et de paddy ».

La troisième image présente tableau saisissant de l’effroyable famine de l’hiver 1944-1945 qui fut photographiée par Vo An Ninh. A l’arrière-plan un Japonais tient en laisse deux Français menottés illustrant ainsi le changement des rapports de force en Indochine à partir de mars 1945. Au premier plan, des paysans vietnamiens squelettiques meurent à même le sol. Un camion militaire, présent au fond de l’image, sans doute prévu pour charger les vivres, parachève la scène dramatique. L’intérêt de cette image est d’informer le lecteur de la cruauté des Japonais mais également de signaler (en creux) que la famine fut un des ferments essentiels du processus révolutionnaire en cours (sur ce sujet voir David Marr, 1995, pp. 96-107, 207-210 [1]). Notons qu’il n’est aucunement fait mention du fait indépendantiste sous hypothèque nipponne. En effet, le 11 mars, l’Empereur Bảo Đại proclame l’indépendance de son pays dans le cadre de la Sphère de co-prospérité de la Grande Asie orientale. Le 17 avril 1945, le cabinet Trần Trọng Kim prend les rênes de l’Empire du Viêt-Nam, nouvelle appellation du pays en cours de réunification.

Flag_of_the_Empire_of_Vietnam_(1945).svgPavillon national de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam)

4 / « Les appels à la lutte du Viêt-Minh retentissent, ses tracts sont diffusés dans tout le pays. Le drapeau rouge à l’étoile jaune apparaît partout, même au milieu du Lac de l’Épée restituée. Les combats contre les Japonais éclatent. Le Peuple prépare tumultueusement l’insurrection générale ».

Cette quatrième vignette concentre tout l’imaginaire du mouvement insurrectionnel. Le « Peuple », écrit dans la légende avec une majuscule, est unifié dans le combat. Le drapeau et les mots d’ordre du Viêt-Minh sont clairement identifiés. Signe fort hautement symbolique permettant d’ancrer dans l’histoire nationale la révolution qui se prépare, le drapeau du Viêt-Minh flotte au milieu du Petit Lac au centre de Hanoi. L’insurrection se place dans les pas de Lê Lợi, le libérateur et grand vainqueur des Chinois au XIIIe siècle. Deux tracts flottent dans cette atmosphère plutôt bucolique : le premier, illustré de l’ombre d’un insurgé, affiche les termes « quốc dân », nation/peuple et Viêt Minh. Le tract au premier plan affiche les termes « Insurrection générale » en titre d’un appel aux compatriotes. Il est signé du Viêt-Minh. La carte postale au paysage tropical, chargée de ces symboles, indique qu’une révolution nationale est en marche. Nous sommes au cœur d’un récit national en cours d’élaboration.

5 / « L’armée de partisans s’est emparée de six provinces du Nord, fondant ainsi la zone de libération. En juillet 1945, le Comité National de Libération s’est réuni dans la zone, élisant Hồ Chí Minh comme président ».

Changement de décor avec la cinquième vignette, nous revenons à une scène plus intime au cadre serré présentant Hồ Chí Minh debout en compagnie de quelques hommes clés du Viêt-Minh. Là, se joue la direction du mouvement insurrectionnel. Le Comité National de Libération est représenté par ces quatre membres du parti ainsi que deux miliciens coiffés d’un calot soit un noyau de révolutionnaires professionnels chargé de porter l’ensemble du mouvement. Il est indiqué qu’Hồ Chí Minh est élu « Président » de la zone libérée dès juillet 1945. Il s’agit là encore de placer la figure du vieux révolutionnaire respectable (cụ Hồ Chí Minh) dans un processus naturel (d’accession au pouvoir) mais aussi démocratique (élu par des citoyens) puisqu’il sera effectivement Président de la RDVN jusqu’à sa mort en 1969. Notons également qu’Hồ Chí Minh apparaît (on pourrait dire seulement) à partir de la vignette 5, au beau milieu de l’histoire. Peut-être une façon de le présenter comme l’homme providentiel à un moment crucial d’une histoire qui n’était pas écrite.

6 / « Du 6 au 19 août, les Japonais capitulent devant les Alliés. Partout dans le pays, le Viêt-Minh dirige le peuple dans l’insurrection pour la prise du pouvoir. La Révolution d’Août a réussi ».

La sixième vignette représente une image désormais familière de la Révolution d’Août à Hanoi : la foule insurgée est positionnée devant l’Opéra de la ville. Les protagonistes ne brandissent plus d’armes, il s’agit d’une foule enthousiaste levant le poing ou les bras en signe de victoire. Image idéal-typique d’un peuple uni dans le processus de conquête du pouvoir faisant écho à la célèbre photographie du meeting du Viêt-Minh du 19 août (ci-dessous).

NhanDanHaNoiTaiQuangTruongNhaHatLon_8-1945Source : VGP News

Voici un plan rapproché plus proche de l’illustration du tract : manifestation du 19 août avec la foule descendant de l’Opéra. Prise de vue de la rue Tràng Tiền.

EffervescencePopulaireHanoi_19-8-1945Source : TTXVN (sur le site de Nguyen Phu Trong).

La place de l’Opéra est aujourd’hui connue sous le nom de Place de la Révolution d’Août ou Place du 19 août (Quảng trường Cách mạng tháng Tám, Quảng trường 19-8). De nouveau, le contexte politique vietnamien reste invisible : chute du Cabinet Trần Trọng Kim, manifestation des fonctionnaires de l’Empire du Viêt-Nam en soutien à Trần Trọng Kim le 17 août… Le Viêt-Minh se présente comme l’unique représentant du peuple. Le contexte international mentionné dans la première phrase de la légende est également absent du tableau.

7 / « Le 2 septembre, le Président Hồ Chí Minh rentre à Hanoi, se présente à la foule, créé le Gouvernement provisoire et proclame l’indépendance du Viêt-Nam ».

Vignette de la déclaration d’indépendance du 2 septembre sur la Place Ba Đình. Quatre membres du gouvernement provisoire se tiennent aux cotés d’Hồ Chí Minh sur l’estrade officielle devant une foule enthousiaste et un immense drapeau du front Viêt-Minh. Cette image est à rapprocher de la photographie aujourd’hui bien connue.

[18/08/2012 17:44:50]  Ngày 2-9-1945, t?i Qu?ng tru?ng Ba Ðình (Hà N?i), Ch? t?ch H? Chí Minh thay m?t Chính ph? lâm th?i Vi?t Nam tr?nh tr?ng d?c Tuyên ngôn d?c l?p, khai sinh nu?c Vi?t Nam Dân ch? C?ng hoà.                                     ?nh: Tu li?u - TTXVN

Source : TTXVN

Voir également le document filmé de cet événement historique (dont l’histoire reste à écrire).

Images du film « Le jour de l’Indépendance » (Ngày Độc lập 2/9/1945), remonté par Phạm Kỳ Nam en 1975, mais dont l’auteur véritable reste à ce jour encore inconnu.

8 / « Depuis lors, notre peuple résiste et construit l’État tout à la fois. La Révolution d’Août a été une victoire, mais pour qu’elle soit une réussite définitive, nous devons encore poursuivre nos efforts et lutter ».

La dernière image présente un peuple en action dans sa tâche de fondation de l’État (Kiến Quốc). L’État est symbolisé par une construction en dur à mettre sur pieds avec les outils et matériaux nécessaires : marteau, masse, burin… Hommes et femmes en action. Les outils présentés comme des armes lors de l’insurrection de 1941 sont devenus des outils pour édifier le nouvel État. La légende stipule que l’œuvre révolutionnaire n’en est qu’à ses débuts. Il n’est pas fait mention des divisions au sein du Viêt-Minh, de l’opposition nationaliste (« réactionnaires » dans la propagande future de l’État communiste) ou du retour des forces militaires françaises au Tonkin. Tout le contexte périlleux qui mène à la guerre d’Indochine n’est pas abordé.

Dits et non-dits

Ce que montre cette succession d’images est un processus cohérent, dessiné à grands traits par une plume alerte, au croquis efficace et vivant. Cette histoire cohérente expose bien la situation du pays dans son contexte de la double occupation franco-japonaise et ses conséquences (la famine, la colère, l’insurrection) mais elle efface les contraintes internes. On retient de cette histoire un seul nom celui du Président Hồ Chí Minh et la vision d’un peuple uni, soudé derrière son leader et son drapeau. Géographiquement, les événements ne concernent que le Nord du Viêt-Nam (Bắc Bộ) et prioritairement Hanoi (vignettes 4, 6 et 7). En bref, la Révolution est présentée comme la prise du pouvoir des mains des Japonais. La réalité fut toute autre.

Ce que ne montrent pas les images n’est pas moins important. Le processus fait fi de la situation particulière que connaît le pays entre le 9 mars 1945 (date du coup de force japonais) et juillet 1945 (date de la crise du cabinet impérial). Un certain nombre de points ne sont pas évoqués :

  • la pluralité du choix révolutionnaire dans les années trente et quarante ;
  • la création de l’Empire du Viêt-Nam et la formation du Cabinet Trần Trọng Kim à la suite de l’indépendance déclarée le 11 mars 1945 ;
  • l’abdication de l’Empereur Bảo Đại, fait majeur qui permet au Viêt-Minh d’acquérir sa légitimité symbolique de la plus haute autorité de l’Empire ;
  • l’existence des partis révolutionnaires concurrents (non communistes) et rivaux ;

Géographiquement, les événements de Huế (abdication) et de Saigon (manifestations et départ de la résistance armée contre le retour de la France) ne figurent pas dans la bande dessinée. La datation du document n’étant pas spécifiquement mentionnée (« vers 1945 » dit le fonds d’archives), il peut s’agir d’un document à valeur pédagogique édité à Hanoi (imprimerie Minsang) vers la fin de l’année 1945 ou au cours de l’année 1946. Ni les alliances réalisées avec les partis nationalistes, ni le retour de la France sur les fronts militaires et diplomatiques et les accords passés le 6 mars 1946 ne sont en effet évoqués. Le document a peut-être été édité avant ces événements ou ces derniers ont été volontairement exclus de la mise en récit. La légende de la dernière vignette laisse entrevoir que la tâche révolutionnaire n’est pas terminée, elle se poursuit tout comme la lutte. Mais on ne sait contre qui il faut désormais lutter (les Français de retour, les autres mouvements politiques vietnamiens?) puisque l’indépendance est acquise.

L’objectif de la propagande n’est assurément pas de complexifier une histoire aux multiples rebondissements mais bien de signifier à grands traits le rôle capital du Viêt-Minh et d’Hồ Chí Minh dans ce processus. Pourtant, comme le reconnaît la dernière vignette, ce processus s’ouvre sur une période d’incertitude car la construction du nouvel État s’avère en réalité belle et bien compromise.

La Révolution d’Août fut belle et bien une « création révolutionnaire » comme le stipulent les documents du parti [2]. Sur le plan intellectuel et historiographique, elle clive aujourd’hui encore les avis comme le démontrent les récents débats publiés sur le site de la BBC à l’occasion du 70e anniversaire [3]. La nature de cet événement est questionnée ; son statut de « Révolution » parfois remis en cause (dégradé en « insurrection ») ; les causes et les pratiques du processus révolutionnaire sont toujours discutées. Quel fut le poids de la terrible famine ?  Quel fut le legs du gouvernement Trần Trọng Kim ? Quel fut le legs du régime de Vichy dans la militarisation de la jeunesse ? Quelles furent les pratiques du Viêt-Minh vis-à-vis des opposants dans cette quête du pouvoir (Quid des assassinats politiques) ? Comment les nationalistes non communistes ont-ils laissé passer l’occasion favorable ? Qui a rejoint le Viêt-Minh parmi les intellectuels et les mandarins ? Quelles furent les conséquences politiques de la division des Vietnamiens en 1946 ? Autant de questions qui pesèrent lourdement sur l’histoire contemporaine du pays et, par ricochet, sur sa destinée actuelle.

FG, MàJ 21/08/2015

* Technique de communication visant à élaborer un récit construit, efficace et simple. Sur le plan politique c’est ici une mise en récit illustrée de la révolution vietnamienne visant à fixer les faits de façon définitive et à formater les esprits comme tout document de propagande. Les traductions des légendes sont de nous (et peuvent être améliorées).

[1] Marr, David G., Vietnam 1945. The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995.

[2] Guillemot, François, Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie 1938-1955, Paris, Les Indes savantes, 2012, pp. 233-237.

[3] , Ý kiến: Việt Minh nắm quyền do đâu?, BBC Viet, 19/08/2015 ; , Ý kiến: Nhìn lại Cách mạng tháng Tám, BBC Viet, 13/08/2015 ; débat en ligne : Tháng 8/1945: Cách mạng hay Khởi nghĩa?, BBC Viet, 14/08/2015 (voir ci-dessous).

* * *

* * *

Voir aussi dans la série Décryptage :