Mer et îles du Viêt-Nam : une vision « dai vietnamienne » de l’histoire

Mer et îles du Viêt-Nam : une vision « dai vietnamienne » de l’histoire

Mise en ligne sur YouTube le 23 juin 2015 par la chaîne de télévision HTV (la télévision de Ho Chi Minh-Ville) du  film réalisé par le journaliste Nguyen Quy Hoa « Mer et îles du Viêt-Nam, les origines séculaires ». En cinq parties d’environ 30 minutes chacune, une fresque historique, agrémentée de courts entretiens de spécialistes [1], se déroule sous nos yeux pour promouvoir et expliquer la souveraineté vietnamienne sur les îles contestées de la mer de Chine orientale. Ce travail de (re)conquête d’une opinion publique interne et internationale pourrait s’avérer payant sur le long terme.

En deux heures et demi, un destin « dai-vietnamien » est retracé avec la mer comme toile de fond et, selon les auteurs, facteur essentiel de la survivance nationale. La mer est décrite comme un « espace vital et un espace culturel » tous deux intimement liés à la lutte pour l’existence du pays. Dans la première partie, les civilisations de Dong Son, Sa Huynh, Oc Eo et même du Champa (!) sont mobilisées à cet effet. Les dessins des tambours de bronze attestent de l’identité maritime des anciens Viet. L’empereur Ly Thai To est présenté comme le grand inspirateur de la protection du territoire national relayé par la célèbre diatribe du général Ly Thuong Kiet. Trois étapes permettent aux auteurs du film d’expliquer la souveraineté vietnamienne : la découverte de terres sans propriétaires ; l’appropriation de ces terres de façon légale ; l’administration de la souveraineté (des territoires découverts). On perçoit la complexité de la question à travers la terminologie de ce processus qui s’avère ni stable ni linéaire. Ainsi, pour appuyer cette « histoire écrite avec du sang » sont passés en revue les textes anciens vietnamiens et les encyclopédies chinoises mentionnant l’utilisation de la mer au profit du Viêt-Nam.

Cette utilisation « régulière » de la mer forme le fil directeur de la seconde partie. Les relations de voyage des étrangers sont mises en valeur pour appuyer la démonstration. En particulier, le rôle du Japon sur cet espace maritime entre le XVIe et le XVIIIe siècle est rappelé ainsi que les relations commerciales ou culturelles, voire matrimoniales, entre la ville de Hoi An et les Japonais. Le périple en mer se poursuit avec l’expérience des Portugais et des Néerlandais, grands navigateurs dans la région et témoins de l’expansion du royaume d’Annam.

Dans la troisième partie du film, une équipe de chercheurs mène l’enquête (qui a débuté de fait déjà dans la seconde partie) dans différents centres d’archives et bibliothèques au Portugal, en Hollande, en France, aux Etats-Unis, en Italie à la recherche de documents sources (cartes, lettres, traités de géographie, atlas) comme autant de précieux indices ou preuves. Ceux-ci doivent illustrer la légitimité de la revendication vietnamienne. Le voyage ne s’arrête pourtant ni en Inde, ni en Chine, ni en Indonésie, trois grands pays susceptibles d’avoir produit des cartes et des relations de voyages sur l’occupation des mers. Les relations de voyages des marchands arabes ne sont pas convoquées.

Cette série documentaire révèle l’importance que revêt l’espace maritime dans l’imaginaire national et la géopolitique vietnamienne d’aujourd’hui. Le destin « dai-vietnamien » de la lutte pour l’existence mis en scène avec un certain sens de la dramaturgie chère aux documentaires révèle également la portée transnationaliste de cette opération de communication à destination des Vietnamiens du monde entier et de la communauté internationale. Les expressions « espace vital » (không gian sinh tồn) et de « lutte pour l’existence » (tranh đấu sinh tồn) rythment le discours narratif. Elles rappellent, volontairement ou non, les discours des nationalistes Dai Viet des années quarante sur la « survivance nationale » (dân tộc sinh tồn) [2].

BandoHanNom_une
Cuốn Càn khôn Nhất lãm do Phạm Đình Hổ (1768-1839) biên tập có Đại Nam dư địa chí toàn đồ có bản đồ vẽ Hoàng Sa © 2014 Viet Bao

Si l’accent est mis sur la mention cartographique des archipels Paracels et Spratleys, la constitution de l’espace national vietnamien à travers les siècles n’est pas réellement abordée. Le processus multiséculaire de la marche vers le Sud (Nam Tiến), la destruction puis la disparition du Champa et la conquête des anciens territoires khmers ne sont pas mentionnés donnant la fausse impression que l’espace vietnamien actuel était déjà formé au Xe siècle. La quatrième partie, revient de façon plus détaillée sur le destin particulièrement tumultueux du Viêt-Nam au cours d’un vingtième siècle.

Cette partie, débutant par la colonisation française, rappelle le nouveau cadre juridique et administratif qui s’impose à la dernière dynatie vietnamienne des Nguyen. Les Français exploitent et mettent en valeur les Paracels. L’investigation se poursuit pendant la période de l’occupation japonaise lors de la Seconde Guerre mondiale et celle de l’Etat national de Bao Dai entre 1948 et 1954. Enfin, sont rapidement évoqués la division du pays puis le rôle clé de la République du Viêt-Nam dans le maintien de la souveraineté sur les Paracels jusqu’en 1975 (bataille perdue de Hoang Sa en 1974). Ainsi, les Paracels changent quatre fois de tutelles (française, japonaise puis de nouveau vietnamienne) entre 1885 et 1975.

La dernière partie, consacrée au Viêt-Nam officiellement réunifié depuis juillet 1976, présente la lutte contre la Chine populaire comme un enjeu majeur, d’abord sur le front du Nord en février 1979 puis sur le front maritime de Truong Sa en 1988. En particulier, cette partie insiste sur les nouvelles et récentes prétentions chinoises, la fameuse « langue de boeuf » en neuf ou dix traits (suivant les cartes), sur cet espace maritime international. Dans cette partie se succèdent les différents avocats du discours officiel sans éviter l’effet propagandiste. Sur le plan esthétique, l’image est assombrie par un effet de lumière (halo plus filtre) peu valorisant. Enfin, les cinq dernières minutes ne nous épargnent pas une lourdeur de plus en nous résumant le film pour le cas où n’où n’aurions pas saisi son objectif premier.

L’intérêt majeur de ce film documentaire réside ainsi autant dans ce qu’il montre que dans ce qu’il omet de dire sur la formation du Viêt-Nam indépendant que l’on connaît aujourd’hui et sur la réalité des relations sino-vietnamiennes entretenues entre la République socialiste du Viêt-Nam et la République populaire de Chine. Ce dernier aspect, notamment les tractations secrètes entre les deux Etats communistes depuis 1990, permettrait de mieux saisir les raisons, les tenants et les aboutissants de la politique de fait accompli chinoise. Le mutisme des autorités vietnamiennes sur ces accords est peu rassurant et ouvre la porte à toutes les interprétations.

Enfin, réalisé par la télévision d’Ho Chi Minh-Ville avec un narrateur à l’accent sudiste, le film témoigne de la résurgence depuis quelques années d’un nationalisme anti-chinois porté à la fois par de nombreux intellectuels du pays [2] et par des figures importantes de la dissidence (par ex. Cu Huy Ha Vu). Dernier point quelque peu surprenant : le film documentaire donne la priorité à l’histoire des Paracels (Hoàng Sa), les ilôts vietnamiens perdus en 1974, alors que l’on sait que la mainmise chinoise est effective sur ce territoire depuis cette date.  Ce qui nous amène à conclure que le Viêt-Nam place sa « lutte pour l’existence » dans une perspective de longue durée, ce qui, par le passé, a démontré une certaine efficacité.

FG, 10/07/2015, MàJ

[1] Avec la participation des chercheurs, journalistes, avocats, religieux et experts (par ordre d’apparition) :

[2] Un vocabulaire qui trouve ses origines dans le social-darwinisme en vogue au début du XXe siècle et que l’on peut suivre dans les textes de l’école Dong Kinh Nghia Thuc ou du lettré révolutionnaire Phan Boi Chau.

[3] A titre d’exemple, voir la mise en garde de Mme Bui Tran Phuong, rectrice de l’université Hao Sen (Ho Chi Minh-Ville), à ses étudiants lors du discours d’ouverture de la campagne de recrutement. Cf. Diễn văn Hiệu trưởng nhân lễ trao bằng tốt nghiệp lần thứ 26, Dai Hoc Hoa Sen, 23/06/2015.

 

English version

Episode 1: https://www.youtube.com/watch?v=gTfnz7TSedk

Episode 2: https://www.youtube.com/watch?v=Cu00mR9X_NE

Episode 3: https://www.youtube.com/watch?v=i93hfKUrZP0

Episode 4: https://www.youtube.com/watch?v=XYFCshLoEDY

Episode 5: https://www.youtube.com/watch?v=B22KfiCfDcU

 

Image « à la une » : carte du Dai Nam du XVIIIe siècle sur laquelle apparaît les Paracels (Hoàng Sa), source Viet Bao (lien ci-dessus).