C. Michele Thompson: Vietnamese Traditional Medicine – A Social History

[ndlr] Une nouvelle publication très intéressante. Présentation de l’éditeur.

Medical manuscripts in Chinese and in Nom (vernacular Vietnamese) capture various aspects of the historical interaction between Chinese and Vietnamese thought. In Vietnamese Traditional Medicine: A Social History, Michele Thompson argues that indigenous Vietnamese concepts regarding health and the human body helped shape Vietnam’s reception of foreign medical ideas and practices, first from China and then from the West. To illustrate this theme, she presents a detailed analysis of the Vietnamese response to a Chinese medical technique for preventing smallpox, and to the medical concepts associated with it, looking at Vietnamese healers from a variety of social classes. Thompson’s account brings together colorful historical vignettes, contemporary observations and interviews, and textual analysis. One particularly instructive episode was Jean Marie Despiau’s 1820‒21 journey from Vietnam to Macau to secure doses of smallpox vaccine to vaccinate the royal children of the Nguyen Dynasty. The documentation associated with Despiau’s effort provides insight into the Vietnamese receptiveness to one foreign medical technique and the concepts of the body associated with it.

Thompson_VietnameseTraditionalMedecine_SocialHistory_book

Ref. : Thompson, C. Michele, Vietnamese Traditional Medecine. A Social History, Honolulu: University of Hawaii Press, 2015, 248 p. ISBN: 978-9971-69-835-5

Source : University of Hawaii Press


4 réflexions sur « C. Michele Thompson: Vietnamese Traditional Medicine – A Social History »

  1. Au début [du texte], on parle de caractères Nôm qu’on traduit par « Vietnamien vernaculaire », ce qui est erroné.
    Je crois que la plupart des gens confondent un peu tout : vietnamien oral, vietnamien écrit ainsi que : caractères Nôm, littérature Nôm, quốc ngữ, chữ quốc ngữ.

    – vietnamien vernaculaire = quốc ngữ (domaine de l’oral) = langage populaire, simple ;
    – caractères Nôm = chữ Nôm (domaine de l’écrit) : utilise phonétiquement les caractères Han pour transcrire les mots du vocabulaire « non Hán Viêt » ;
    – văn ngôn (écrit) = Hán littéraire servant auparavant pour composer en style poétique la littérature ou les documents administratifs et utilisant exclusivement des mots Hán Việt ;
    – littérature Nôm ou quốc âm (écrit) : comme le Hán littéraire mais utilisant les mots Hán Việt et non Hán Việt ;
    – chữ quốc ngữ (écrit) : transcription latine des mots non seulement Nôm mais aussi Hán Việt ;

    La littérature « vietnamienne » moderne sur le modèle occidental est devenue prosaïque ; les règles de composition du Hán littéraire sont abandonnées.

    Le vocabulaire vietnamien est composé de trois 1/3 : purs Han, purs Nôm et faux Nôm vrais Hán (dérivés du « chinois ») ; les purs Hán sont transcrits par les caractères Hán, les 2 autres par les caractères Nôm).

    1. Nous avons discuté ensemble de cette question sur Mémoires d’Indochine : Sur et autour du Quốc ngữ – Entretien avec M. Tô Mi : http://indomemoires.hypotheses.org/6393
      Je laisse le soin aux spécialistes de répondre sur ces différents aspects qui constituent aujourd’hui la richesse du vocabulaire vietnamien. Pour plus d’efficacité, votre démonstration devrait être accompagnée d’exemples précis.

      1. – Nguyễn Trãi (Bình Ngô đại cáo) est aussi l’auteur de « Quốc Âm Thi Tập » http://nguyendu.com.free.fr/langues/thonom/nguyentrai-qatt.htm : des centaines de poèmes en quốc âm. En lisant ces poèmes, on voit qu’il utilise des mots Nôm et des mots Hán-Viêt en un style qui n’est pas du Hán littéraire ni du quốc ngữ de la vie de tous les jours.
        – exemple de mots Hán viêt : les noms des 4 saisons ou des 4 directions.
        – exemple de mots faux Nôm, vrais Hán : les 4 couleurs de base, xanh (vert) ; đỏ (rouge) ; tím (violet) ; vàng (jaune), dérivent de 青 thanh, 丹 đan, 紫 tử, 黄 hoàng.
        Dans la vie ordinaire, les 3 sortes de mots sont intriqués ; il est quasi impossible de parler ou d’écrire avec que des mots purs Nôm.
        Quand on dit que Kiêù est de la littérature Nôm, on veut dire que c’est une oeuvre qui n’est pas écrite en Hán littéraire (văn ngôn).

Les commentaires sont fermés.