Commémorations de Yên Bái en 2015 : intérieur / extérieur

Le 17 juin 1930, le révolutionnaire Nguyễn Thái Học (1902–1930) et douze de ses camarades de parti étaient guillotinés à l’aube à Yên Bái. La sinistre exécution des membres du Parti national du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng, VNQDĐ) fut décrite avec émotion en son temps par le journaliste Louis Roubaud. Ce jour noir, véritable drame historique pour le Viêt-Nam, est depuis lors dédié aux martyrs de l’organisation nationaliste révolutionnaire qui s’était soulevée en février 1930 dans ses places fortes du Tonkin et de l’Annam contre la puissance coloniale. Gravée dans la mémoire du VNQDĐ, la journée du 17 juin est l’occasion à l’intérieur du pays comme à l’extérieur de revendiquer une filiation à la fois anticoloniale et révolutionnaire mais aussi dans une certaine mesure anticommuniste car le Parti reste toujours interdit au Viêt-Nam.

« Négliger la psychologie est une faute. Chaque fois qu’on la commettra délibérément et longuement en Indochine, il y aura des réactions sauvages, du massacre, de la répression et tout cela se résoudra en affaires sanglantes » (Bon Mat, La nuit rouge de Yên Bay, p. X).

NguyenThaiHoc
Couverture de l’ouvrage de Bach Dien sur Nguyen Thai Hoc et le VNQDD paru à Hanoi en 1950 (Ngày Mai) © TTXVA

Le Parti national du Viêt-Nam, fondé le 25 décembre 1927 par un groupe de jeunes intellectuels de Hanoi alors investis dans une maison d’édition « subversive » pour le pouvoir colonial, connut une destinée rudement mise à l’épreuve par la brutale décolonisation puis par la guerre civile, en particulier lorsque celle-ci prend forme dans les limbes de la « Révolution d’août » en 1945-1946. Entre sa date de création et 1930 date du soulèvement général, l’organisation nationaliste révolutionnaire était pour ainsi dire la plus forte et la mieux organisée sur le territoire vietnamien (Nord, Centre et Sud), inquiétant de fait les autorités coloniales qui l’avait infiltrée, espionnée et qui traquait ses adhérents pour contrer leurs objectifs politiques. A cette époque, toute organisation révolutionnaire était automatiquement raccrochée à la « bolchévisation » de l’Indochine, terme aisé pour stigmatiser l’ennemi anticolonial intérieur. La Sûreté coloniale, pourtant bien au fait du programme de libération nationale de l’organisation révolutionnaire, préfère « voir rouge » plutôt que de considérer avec sérieux la revendication indépendantiste. Il était plus facile en effet de faire croire qu’une lutte s’était engagée contre le diable bolchévique que d’avouer que l’on s’attaquait à une organisation d’étudiants infortunés et d’intellectuels idéalistes qui plongeait leurs références culturelles dans l’histoire ancienne du Viêt-Nam et ses symboles dans la Révolution française ! La devise du programme du Parti n’était-elle pas « Liberté, Égalité, Fraternité« , cinglant camouflet pour une République coloniale qui ne voulait reconnaître ses fils rebelles, formés et éduqués par la France mais ne bénéficiant d’aucun droits politiques.

FRCAOM08_9FI_00079R_P
Affiche du Secours Rouge international © ANOM / CAOM

En Métropole, le fait était si frappant que les défenseurs des futurs guillotinés de Yên Bái appelaient à soutenir des « camarades » que l’on croyait affiliés au communisme international. Après « le soulèvement général » dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 février 1930, prématuré et plutôt chaotique, le Parti nationaliste entra dans une spirale de l’échec. Il fut très sévèrement pourchassé, ses militants traqués et tués quand ils n’étaient pas envoyés au bagne pour de longues années. Certains finirent leurs jours bien loin de leur terre natale… en Guyane, un des lieux de mémoire du Parti que les descendants entretiennent toujours aujourd’hui. Entre l’échec de Yên Bái et 1933, le Parti national fut quasiment décimé à l’intérieur de l’Indochine. Par cet acte, la France laissa le champ libre à une organisation concurrente mue par la détestation du nationalisme du VNQDĐ jugé petit-bourgeois ou « réactionnaire » : le Parti communiste indochinois (PCI), branche kominternienne du communisme international et régional. Celui-ci eut en effet désormais le champ libre pour organiser sous son contrôle ce qu’il restait des forces antifrançaises et promouvoir son credo de la violence révolutionnaire. Pourtant, de leur côté, les militants communistes payèrent également le prix fort pour leur constitution en Soviets dans l’ancienne province de Nghệ Tĩnh. En 1930-1931, une répression de feu, de fer et de sang, appuyée par l’aviation et la Légion, devait s’abattre sur les apprentis révolutionnaires qu’ils soient « rouges ou bleus ».

VNQDD_12LietSiTuanQuoctaiYenBay
Portrait de 12 condamnés de Yên Bai, revue Cong Hoa, 1964 © Dien Dan Sach Xua / « Giay Goi Xoi »

Mais, après le tremblement de Yên Bái, le VNQDĐ n’avait pas dit son dernier mot. Grâce à une série d’amnisties décrétées par le pouvoir colonial et qui intervinrent entre 1934 et 1936, quelques intellectuels reprirent du service sous la surveillance accrue de la Sûreté. Tel Nguyễn Ngọc Sơn qui, en 1938, se voyait bien à la tête d’un nouveau Parti nationaliste socialisant, tel Nguyễn Thế Nghiệp qui réorganisa avec Sơn et des anciens comme Ngô Thúc Địch un Nouveau VNQDĐ (Tân VNQDĐ) à l’aube de la Seconde guerre mondiale pour répondre aux nouvelles exigences historiques. Le Parti, sous diverses formes à la fois culturelles, sociales et politiques, put renaître de ses cendres. A l’extérieur du pays, il s’était particulièrement bien développé, notamment au Yunnan où sa branche dirigée par le redoutable chef Vũ Hồng Khanh avait activement recruté chez les employés des Chemins de fer.

A l’intérieur du pays, il fallut attendre le tournant de 1938-1939 pour que les anciens affiliés, jeunes descendants ou simples sympathisants, s’organisent contre le pouvoir colonial en créant de multiples factions révolutionnaires aux résonances du Viêt-Nam ancestral. Le Đại Việt Quốc Dân Đảng (ou Parti nationaliste du Grand Viêt-Nam), dirigé par Trương Tử Anh, fut fondé en compagnie d’anciens membres du VNQDĐ en décembre 1938. L’organisation révolutionnaire originale n’avait pas pour autant disparu. Elle reprit le contact avec l’extérieur pour préparer le « grand soir » nationaliste, anticolonial et révolutionnaire. Mais, entretemps, depuis 1941, un front unitaire, dénommé Ligue pour l’Indépendance du Viêt-Nam, en abrégé Việt Minh, s’était solidement implanté aux confins de la Haute-Région du côté de Cao Bằng dans le territoire des Nùng puis dans la province de Thái Nguyên. Si elle se présentait aux habitants comme un front nationaliste indépendantiste, elle était en réalité tenue par une poignée de cadres du PCI déterminés à s’emparer du pouvoir sur le modèle de Lénine.

MLBVN_DaiTuongYenBai_2015
Extérieur 1 : Monument aux morts du VNQDD à Yên Bai, parc Yên Hoa © Panoramio

L’organisation kominternienne, le PCI, s’avéra être la formation concurrente la plus dangereuse pour le VNQDĐ. En effet, les militants nationalistes s’étaient affrontés aux militants communistes dans les bagnes coloniaux, plus particulièrement au sein du bagne n°2, réservé aux détenus politiques. Ce furent de véritables batailles rangées de plusieurs centaines de détenus politiques qui devaient amoindrir encore l’organisation nationaliste révolutionnaire. Certains de ses cadres éminents comme Trần Huy Liệu (futur ministre de la propagande du gouvernement de Hồ Chí Minh) et Nguyễn Bình (futur chef de la résistance antifrançaise sudiste) rejoignirent le Việt Minh/PCI et quelques années plus tard prêtèrent main forte à la Sûreté Việt Minh pour détruire un peu plus leur ancienne organisation.

En 1945-1946, c’est le combat fratricide entre les différentes organisations révolutionnaires. L’alliance nationaliste formée du VNQDĐ, du Đại Việt et du ĐMH affronte les armes à la main la Garde nationale du Viêt-Minh (Vệ Quốc Đoàn) et sa police d’assaut. Mais je ne compte pas ici me lancer dans cette histoire complexe faite de trahisons sanglantes et de retournements de situation ni même disserter sur la dichotomie faite encore aujourd’hui par les historiens officiels à Hanoi entre un « bon VNQDĐ » (celui de 1927-1930), authentique et révolutionnaire, et un « mauvais VNQDĐ » (celui de 1945-1946), falsificateur et réactionnaire, pour considérer les traces de la révolte de Yên Bái dans les actes commémoratifs à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

LeTuongNiem1946_NguyenThaiHoc
Extérieur 2 : Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi le 18 juin 1946 © 2013 Xua & Nay
LetuongniemNTH-PHT1946
Extérieur 2 bis : Même manifestation du 18 juin 1946, vue plus lointaine © TTXVA

Pour ce faire, nous devons garder en mémoire que la première commémoration officielle des nationalistes anticolonialistes se déroula en juin 1945 précisément à Hanoi lors d’une célébration en hommage à Nguyễn Thái Học, chef du VNQDĐ exécuté en 1930 et à Phạm Hồng Thái, le militant révolutionnaire de la Société des Coeurs (Tâm Tâm Xã) instigateur de l’attentat de 1924 à Canton contre Martial Merlin, le Gouverneur général de l’Indochine de l’époque. Cette première célébration officielle intervint après le démantèlement du pouvoir colonial par les Japonais le 9 mars 1945, la chose ne pouvant bien évidemment être concevable avant. La seconde célébration d’envergure se déroula également à Hanoi une année plus tard le 18 juin 1946 alors que la situation entre le Viêt Minh et l’opposition incarnée principalement par le VNQDĐ était des plus tendues. Mais dans les deux cas, les frères ennemis de la révolution vietnamienne pouvaient rendre hommage ensemble aux deux martyrs qui avaient montré le chemin de la libération nationale : Nguyễn Thái Học dans un acte délibéré, assumé et revendiqué (voir sa lettre aux députés français) ; Phạm Hồng Thái dans une action terroriste qui le mena, dans sa fuite, à se noyer dans la Rivière des Perles bordant Canton.

Si Phạm Hồng Thái bénéficia d’une sépulture dans le cimetière des révolutionnaires chinois de 1911 grâce au soutien de Sun Yat-sen en personne, je ne sais ce qu’il est advenu du corps de Nguyễn Thái Học. Son corps et ceux de ses compagnons d’infortune ont-ils été brûlés, enterrés, jeté dans un fleuve ou dans une fausse commune ? Il serait intéressant d’enquêter sur ce que sont devenus les corps décapités et les têtes de ces martyrs du colonialisme. Nous avions signalé dans un billet précédent cette absence d’image permettant d’entretenir la mémoire des hommes et du parti et la substitution d’une autre image du début du XXe siècle pour tenter d’incarner les treize guillotinés de Yên Bái.

LesTroisCouronnesFunéraires_YenBai2015
Extérieur 3 : Trois couronnes funéraires © 2015 MLBVN

Extérieur : Sans sépultures nominatives, peut-être (il faudrait pouvoir vérifier) mais pas sans autels et autres tombes reconstituées. Le nom de Nguyễn Thái Học n’a pas disparu de l’imaginaire national vietnamien. Toutes les grandes villes du pays possèdent une rue à son nom, une école, un lieu dédié. Le 85e anniversaire de l’exécution des révolutionnaires de Yên Bái a été l’occasion de voir que cette ville n’a jamais oublié son héros. Situé dans un grand parc bordant un petit lac, un monument imposant, en béton, présente cinq cadres du Parti, debout, à la fière allure : Nguyễn Thái Học, Nguyễn Khắc Nhu, Phó Đức Chính, Nguyễn Thị Giang, Ngô Hải Hoàng.

C’est au pied de ce monument que les mémoires continuent à s’affronter pour revendiquer l’héritage de Nguyễn Thái Học. Un des membres du Mouvement des Blogueurs du Viêt-Nam a déposé le 14 juin une couronne de fleurs en hommage aux révolutionnaires. Celle-ci côtoie deux autres couronnes « concurrentes » ou complémentaires selon le choix. On peut observer (mais difficilement) sur celle de droite (sur la photo) l’inscription « danchuonline.com« , un blog de propagande contrôlé par la Sécurité vietnamienne pour contrer tout ce que le pays peut compter de jeunes dissidents (nous rectifierons si l’on nous signale qu’il s’agit d’une erreur). La couronne du centre est offerte par un des Lycées (THCS) de la ville ou de la province.

L’hommage discret de quelques dirigeants importants du Parti communiste vietnamien (PCV) est visible dans le parc de Yên Hòa : Đỗ Mười en 2002, Phạm Gia Khiêm et Nguyễn Tấn Dũng en 2004, Tô Huy Rứa en 2011 ont fait planter un arbre souvenir aux héros révolutionnaires (cf. Video ci-dessus, tournée en septembre 2013). Quels fruits donneront ces arbres ? Une stèle commémorative dédiée à la révolte de Yên Bái et offerte par le comité culturel de la ville est illustrée d’une dédicace d’Aragon, traduite en vietnamien : « Quel est ce vocable qui rappelle qu’on ne bâillonne pas un peuple, qu’on ne le mate pas avec le sabre courbe du bourreau » écrivit l’intellectuel communiste français en 1931 dans Front Rouge en souvenir de Yên Bái (cf. Littérature de la révolution mondiale, no 1, Moscou, juillet 1931).

YenBai_AragonUn anneau géant, reposant sur 17 piliers, est bardé de la célèbre devise de Nguyễn Thái Học : « On devient un être exemplaire même si on échoue » (Không thành công thì thành nhân). Ce mausolée à ciel ouvert rassemble en son sein deux sortes de stupas, une plaque en marbre noir biseautée, censée incarner la guillotine, sur laquelle est inscrite la phrase « Mourir pour sa Patrie, c’est mourir glorieusement » (Chết vì tổ quốc, chết vinh quang). Une grande plaque commémorative est gravée du nom de 21 membres du Parti : 4 exécutés le 8 mai 1930 et dix-sept autres le 17 juin 1930. Elle sert de lieu de recueillement comme le montre l’encensoir de pierre placé devant la plaque. Loin du tumulte de la ville, le lieu est propice au recueillement. Les révolutionnaires de Yên Bái bénéficient bien d’un lieu de mémoire digne de ce nom mais si silencieux ce 17 juin 2015.

VNQDD_LeTuongNiemYenBay_2015
Intérieur 1 : Cérémonie à l’hôtel Sheraton à Little Saigon le 14 juin 2015 [lien vers vidéo] © 2015 Viet Quoc
BanThoNguyenThaiHoc_2015
Intérieur 2 : Autel de Nguyen Thai Hoc à San Jose (Californie) [lien vers vidéo] © STBN

Intérieur : A l’étranger, point de mausolée en dur, celui-ci prend la forme d’autels patriotiques à l’effigie des héros, fluctuants au gré des cellules survivantes du parti exilé. Principalement aux États-Unis, le 85e anniversaire a donné lieu à une grande commémoration dans un hôtel de Garden Grove (Little Saigon) en Californie. Trois orateurs se sont succédé à la tribune pour rappeler la signification de cette journée mais aussi les défis et enjeux du Viêt-Nam actuel. Les objectifs révolutionnaires du Parti sont réaffirmés et le Parti communiste, l’ennemi de toujours, vilipendé pour sa gestion des affaires. Le drapeau à l’étoile blanche du Front QDĐ (Mặt Trận Quốc Dân Đảng) de 1945-1946 décore l’autel, le pavillon rouge et jaune de l’armée insurrectionnelle de 1930 entoure le portrait du chef vénéré… La célébration sert à maintenir et à pérenniser l’identité et le combat du Parti nationaliste. On s’y recueille, on s’y retrouve entre amis et on compte ses forces ; maigres forces peut-être par le nombre, mais pas si faibles dans ce qu’elles incarnent : une page essentielle et indélébile de l’histoire de la révolution vietnamienne.

* * *

Pour conclure rapidement, la mémoire du VNQDĐ continue d’être clivée à l’image du processus révolutionnaire anticolonial vietnamien : d’un côté, pas de commémoration officielle mais une marque de respect discrète dans un espace décentré ( Yên Bái et non plus Hanoi comme en 1945-1946) ; de l’autre, la revendication de l’héritage, des valeurs politiques de l’organisation et l’affirmation d’une continuité dans la lutte malgré l’extension programmée de la descendance dans un espace transnational où la toile sert de caisse de résonance. Entre les deux, un blogueur téméraire portant sa couronne au nom de sa petite organisation (issue de la société civile), elle aussi, interdite. Une organisation non officielle rend hommage aux héros d’un parti interdit dans un site historique officiel, voilà une belle contradiction vietnamienne. L’ombre grave de Nguyễn Thái Học plane encore.

De fait, si l’on se penche un peu plus sur l’historiographie de ce Parti et sur ce qui est en dit au Viêt-Nam même, on pourra déceler une admiration non feinte pour les valeurs démocratiques et sociales portées par cette organisation tout au long de son existence. Le VNQDĐ est très respecté mais celui-ci ne peut être aujourd’hui apparent dans un pays dirigé par un État-Parti communiste qui l’a toujours combattu.

 FG, 17/06/2015. (MàJ)

Références évoquées dans le billet :

  • Bon Mat, La nuit rouge de Yên Bay, sur Gallica. L’auteur, Sergent français surnommé « Quatre z’Yeux », revient sur le déroulement des événements, la question de l’armée coloniale et les conséquences à tirer de « dix ans au moins de mauvais travail » (p. 29).

Image « à la une » : portrait de Nguyen Thai Hoc tiré de la vidéo musicale hommage de Ngo Nguyen Tran :