Huỳnh Long Hương

HuynhLongHuongM. Huỳnh Long Hương, né en 1872 à Phú Hưng, (Bến Tre, Cochinchine).

A fait ses études au Collège Chasseloup-Laubat. A servi comme secrétaire : à l’Inspection de Mỹ Tho, puis, aux Cabinets du Résident Supérieur au Tonkin, du Gouverneur Général de l’Indochine et du Gouverneur de la Cochinchine (1893 à 1905).

Promu Huyn, puis Phủ et Đốc-phủ-Sứ et a rempli les fonctions de délégué administratif à Bc-trang (Trà-Vinh), Thốt Nốt (Long-Xuyên), Tràng Bang [Trảng Bàng] (Tây-Ninh), An Hòa (Mỹ-Tho), Chef-lieu de Bc Liêu et enfin Chef-lieu de Vĩnh-Long (1905 à 1927).

Admis à la retraite pour ancienneté de services en 1928 après six ans de grade de Đốc-phủ-Sứ.

Admis, ainsi que sa famille, à jouir des droits de citoyen français.

Inscrit au Livre d’Or et membre du Comité consultatif du Livre d’Or de la province de Bến Tre.

Membre titulaire français du Conseil de province, puis membre de la Commission mixte provinciale de Bến Tre.

Officier de l’Ordre Royal du Cambodge.

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 36.



Citer ce billet
indomemoires (2015, 11 juin). Huỳnh Long Hương. Mémoires d'Indochine. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q5fh

2 réflexions sur « Huỳnh Long Hương »

  1. Quel est l’équivalent de Doc Phu Su en France ?
    Des Amis qui ont connu mon Grand-Père dont Mme Henriette BUI, première Doctoresse au Vietnam, m’ont dit qu’il a été Gouverneur et Mandarin. Pourriez vous me le confirmer SVP. Je vous en remercie infiniment.

    1. Chère Madame,

      je vous confirme que le titre de Doc-phu-Su était l’équivalent de celui d’un chef de province en Cochinchine pendant l’époque coloniale. Votre grand-père a donc bien été chef de province sans doute à Ben Tre comme le stipule la notice. Il a été secrétaire au Cabinet du Gouverneur de la Cochinchine mais n’a pas été lui-même Gouverneur. Il faisait partie de l’élite mandarinale et fut promu citoyen français pour ses services rendus dans l’administration sous la colonisation.

      Quant à Henriette Bui, il existe un article intéressant sur sa vie dans la revue Carnets du Viêt-Nam.
      En espérant vous avoir apporté les renseignements ou confirmations que vous attendiez.
      Bien à vous. FG

Les commentaires sont fermés.