Nguyen Duy Vinh : Entre la célébration et le deuil national [Le Devoir]

30-04-1975[ndlr] « La chute de Saïgon, quarante ans plus tard », témoignage de Nguyen Duy Vinh, ingénieur à la retraite à Montréal pour mieux comprendre la fuite.

Le 30 avril 1975 marqua la fin de la guerre du Vietnam. Pendant que les tanks soviétiques T-54 de l’armée populaire du Nord-Vietnam déferlaient sur la ville de Saïgon, l’exode des Vietnamiens qui avait débuté quelques semaines auparavant se poursuivit de façon plus intense. Aujourd’hui, 40 ans plus tard, alors que le gouvernement de la République socialiste du Vietnam (RSVN) continue de célébrer la journée du 30 avril en l’appelant « Journée de la grande victoire et de la libération du Sud-Vietnam », ce jour-là est, pour la plupart des Vietnamiens qui sont originaires du Sud-Vietnam, plutôt rempli de tristesse. Pour les Vietnamiens qui ont perdu leur pays (le Sud-Vietnam), cette journée est commémorée chaque année dans différentes communautés vietnamiennes de la diaspora comme une Journée de deuil national, Ngay Quoc Han.

Le sénateur Ngô Thanh Hai a réussi à faire adopter récemment un projet de loi par le Sénat du Canada, le S-219. Il a été approuvé par la Chambre des communes et signé par le gouverneur général du Canada le 23 avril. Elle instaure une Journée nationale au Canada pour :

  • commémorer les vies perdues et la souffrance subie lors de l’exode des réfugiés vietnamiens ;
  • souligner l’accueil des réfugiés vietnamiens par la population et le gouvernement, et la gratitude du peuple vietnamien à l’égard de cet accueil, et enfin ;
  • reconnaître les contributions apportées par les Canadiens d’origine vietnamienne à la société canadienne.

Lire la suite : Le Devoir, 30/04/2015.